Bhorée

1) Je suis un putain de prophète. Frédéric Nihous déclare être candidat à la présidentielle. QUI C’EST QUI EN AVAIT PARLE HIER, BAISE OUI ?

2) La culture générale, y’a que ça de vrai, même quand elle est fausse. Toi, le jeune qui vient d’échouer à son bac de philo parce que, c’est bien connu, de toutte fasson sa change tro complaitement la note en fonxion du prof alore pourquoi je réviseré mé courre sa sers a rien, je te laisse une chance de te rattraper : ce blog ajoutera désormais régulièrement des portraits de gens qui n’existent pas, ainsi que des récits d’événements qui ne sont pas arrivés, et que tu pourras placer discrètement dans les dîners mondains. rassure-toi, la plupart du temps, on n’y voit que du feu.

____

Aujourd’hui et sans transition nous vous présenterons la vie et l’oeuvre de Bhorée, le trop méconnu philosophe Byzantin.

"ce qui ne nous tue pas nous rend plus flasque"

Enfance du « Philosophe des Ténèbres »

Bhoréasus, ou Borée (476 – 542), nait en mer, sur le bateau qui ramène piteusement les insignes impériaux à Constantinople. Fils d’esclaves affranchis, il s’installe avec sa famille à Athènes, ou sa famille se met au service d’un grand propriétaire agricole, Cyrille Lithandreos. Cyrille, fin lettré, remarque très rapidement les qualités suppérieures du petit Borée, qui, très rapidement, parvient à causer d’affreuses migraines à ses camarades en leur proposant des jeux bien plus compliqué que se taper dessus avec des bâtons. Il invente ainsi -dit la légende-, une variante de jeu de rôle impliquant livres de règles, lancers de dés et classes d’armures assez proche des formes de RPG sur table moderne. Si le texte a été majoritairement perdu, des fragments de règles sont conservés au Muséum d’Histoire Antique d’Addis-Adeba. Des versions plus complètes d’une plaquette intitulée « Dragonem Dongeonibus » circulent mais sont l’oeuvre d’un imposteur.
Lithandreos va faire éduquer Bhorée par de nombreux percepteurs entre ses six et dix-huit ans. Enfant difficile, violent, décrit par plusieurs historiens comme « psychopathe » (Phurée, relation de génies méconnus, Tome 4, chapitre 38) voire « incroyablement dangereux » (Argase le Noyé, Les épisodes sociaux, chapitre 11), Bhorée présente tous les traits de ce qu’on pourrait qualifier a posteriori de « génie du mal ». Huit de ses précepteurs démissionneront, trois s’ôteront la vie, et un disparaîtra même dans des circonstances difficiles à élucider. Cyrille restera toute sa vie aveugle à la nature sombre de celui qui devient son enfant adoptif, sans doute aidé en cela par le fait que Bhorée arrive à produire dès 490 un système de fraude complexe qui permet au domaine d’échapper à la pression fiscale impériale.

Anecdote : c'est Patrelin Givreblond, un acteur Auvergnat, qui incarnat le père adoptif de Bhorée dans le film "Les rappatriés d'Occident" tourné par Robert Rossen en 1951.

Les premiers travaux

Peu après la majorité de Bhorée, Cyrille décède sans héritier et c’est au jeune homme que revient la gestion d’une fortune qu’il fera fructifier tout le reste de sa vie. Persuadé de la nature inégalitaire et sinistre du monde, celui qui était reconnu comme un des mathématiciens les plus prometteurs de son histoire va se tourner vers la chronique et la philosophie. Si on a perdu la plupart des premiers textes de Bhorée (le guide de la domination du fort sur le faible, relation du très juste système des castes en Inde, manifeste pour la cruauté), les relations qui en sont faites par ses contemporrains laissent entrevoir la trâme d’une vie qui sera consacrée à étudier toutes les façons de dominer et d’écraser son prochain, ce qui lui vaut encore aujourd’hui le surnom de « Philosophe des Ténèbres ». Le plus vieux fragment qui nous soit parvenu de ces textes de jeunesse, issu du Manifeste pour la cruauté laisse peu de doutes sur l’absence d’altruisme de l’auteur :

« Or, on admet que le chauffage et l’éclairage des maisons […] se pose désormais en problème économique, plus que technique. La graisse humaine, cela a été prouvé par [illisible] et d’autres sages romains peut faire, mélangée aux bonnes huiles, un combustible peu onéreux pour peut qu’elle soit « cultivée » dans des fermes dont le plan [illisible] […] Il suffirait donc de prélever 30 à 35% des prisonniers de guerre pour [illisible] problème du chauffage et de l’éclairage des maisons. […] il ne serait pas vain d’utiliser pour ce faire les Bulgares. »

"Borée Conseille à Justin premier de détruire une communauté religieuse de son choix" - Miniature calomnieuse du Xè siècle destinée à salir la mémoire de Bhorée (qui n'en afvait pourtant pas besoin)

LE DOMINATISTE

Bhorée s’attachera par la suite à produire une philosophie de plus en plus agressive. Chante de l’inégalité extrême entre les hommes, désireux d’utiliser les mécanismes de l’Etat pour parvenir à ses fins, cynique et toujours habile à passer entre les rouages de la répression (il met son immense fortune au service du Basileus), Bhorée va tâtonner un moment avant de produire deux de ses principales oeuvres majeures Philosophie du Bon Meurtre et surtout Le sang des rats, oeuvre de théâtre philosophique destinée à présenter son idée-socle, le « dominatisme », forme de nihilisme extrême qui prône l’instauration d’une caste surpuissante dfont le rôle serait d’anéantir toute forme de vie. Animé d’un mysticime hystérique, Bhorée est en effet persuadé que seule la rivière du sang de millions d’hommes sera à même de faire renaître le Christ.*
Le sang des rats met en scène Saint Luc, présenté comme un béni-oui-oui chargé de faire une visite aux enfers pour tenter de ramener Lucifer à la raison. En chemin, il s’égarre sur Terre et, constatant avec effroi ce que la création est devenue, finit par se convertire au dominatisme. La pièce, jouée une seule fois devant des dignitaires religieux, valut un bref séjour en prison à Bhorée qui ne dut son salut qu’à l’intervention de l’adminsitration fiscale, qui comptait beaucoup sur le philosophe pour atteindre l’assiette prévue, quitte à truquer les comptes. la tirade la plus connue est celle dite Du Germain.
« Saint Luc : Bien, mais enfin, il y a de la beauté en toute chose. Vous ne me ferez pas croire que tout est si avili. Ecoutez les Enseignements du Père !
Le Bulgare : [grommellements et charabia]
Le Germain : Je dirai « Notre Église enseigne telle ou telle chose. Voilà les arguments dont elle se sert ». Vous tirerez en cette occasion pour votre paroisse tous les avantages pratiques de propositions auxquelles il ne souscrirait pas en toute conviction, car toute chose est avilie, que toute chose est motivée, et que toute motivation conduit à l’arbitraire et au partiel. Il s’est pourtant engagé à exposer parce qu’il n’est pas entièrement impossible qu’il s’y trouve une vérité cachée, et qu’en tout cas, du moins, rien ne s’y trouve qui contredise la religion intérieure : Il faut mourir, monsieur, pour atteindre la vérité, et cracher sur ces misérables en soutane qui prône l’amour. »

L’affaire du Dème Bleu et l’Exil

Areobindus, proche de Bhorée, perdit sa place de Logothète du Drome suite à l'Affaire du Dème.

En 520, Bhorée rédige cependant le texte de trop : son manuel « Guide pour un chaos politique » est utilisé par des conspirateurs pour tenter d’assassiner Justin Premier. Le Dème Bleu est gravement compromis dans l’affaire, et pour sauver sa hierarchie, livre le nom de leur conseiller occulte : Bhorée, pour tenter de causer une guerre violente entre le Dème Bleu et le Dème Vert, avait fourni des exemplaires de son manuel à tout le monde.
Bhorée doit partir en exil dans ce qui n’était pas encore la Bulgarie, région dont il haïssait pourtant les habitants avec une intensité particulièrement exacerbée (comme en témoignent la quasi intégralité de ses textes, y compris certains rédigés pendant son exil, comme Histoire du Pustule de la Volga, texte dont les fragments qui nous sont parvenus sont d’une violence extrême.)

« La Volga et les peuples qui l’habitent : c’est là le fecès d’un âne, c’est là surtout ce qui crée son inviolabilité : nul n’y peut aller sans défaillir. Ne touchez pas à la Volga. »

Le monastère Saint Marko, dans la campagne epiroise.

Bhorée vivote quelques années grace à son or dans un pays qu’il déteste, et laisse petit à petit ses obsession de destruction du monde s’effacer devant la haine farouche qu’il porte à l’Empire Romain d’Orient. Commence alors une période littéraire beaucoup moins intéressante (hélas, l’essentiel des textes conservés !) consacrée à la calomnie d’à peu près tous les gens que Bhorée avait fréquenté. Cette gigantesque entreprise d’anéantissement intellectuel de toutes ses connaissance aura raison de la santé mentale de Bhorée, qui se retire dans un monastère dans l’Epire. certains auteurs parlent d’exil forcé : certains documents (perdus) auraient commencé à propager des rumeurs un peu trop persistantes sur la virilité de la noblesse Bulgare qui aurait concordé avec un épuisement des richesses de Bhorée.

Bhorée connaît une triste fin. Ne supportant pas d’être reclus, il utilisera ses vieilles recettes pour créer divers factions chez les moines et les forcer à s’entretuer. Le Philosophe des Ténèbres disparaît le 14 mai 542, vraisemblablement assassiné dans le chaos qu’il a lui-même provoqué par un moine qui se prétendait pourtant son disciple, Michel Mexas.

CITATIONS

« Ce qui ne nous tue pas nous rend plus flasque. L’homme n’est beau que dans la mort de son prochain. »
« La seule sensation physique qui peut être éprouvée par soi, c’est la souffrance influgée à l’autre »
« Mon amour de la mort est aussi grand qu’est grand ma haine des ânes qui peuplent la Volga »
« De Tertullien, ne retenons qu’une période, celle ou il avait enfin touché à l’essentiel de la pensée : retiré dans une grotte, seul, haineux et méprisant les femmes. »
« L’enfant, ce vecteur de germe, ce perturbateur de la pensée. Toi, général, place le en première ligne, toujours, et que la sensiblerie perde ton ennemi. »
« S’il s’avère que le monde n’est qu’une boîte, que mon âme est dans cette noîte, jouet dans les mains de Dieu, et considérant que c’est ce qui pourrait être de plus mauvais, alors je vous pose une question sincère ? Pourquoi ne pas briser la boîte, pourquoi ne pas partir à la rencontre de Dieu ? »

* Un bref concile sera même tenu à Agde (trois ans avant la réunion bien plus fameuse) pour condamner cette doctrine qui ne rassembla pourtant jamais plus qu’une poignée de fidèles.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s