Reportage en immersion de 5 minutes environ avec plus de sang et de larmes qu’en Lybie : A Farewell to Dragons.

20H30 : Je tente de me documenter sur le RPG « A farewell to Dragons », acheté un jour de soldes dans un pack d’éditeur sur un site vaporeux.
20h31 : Ce jeu n’a été testé sur aucune forme de site de jeu vidéo francophone. J’apprends cependant que le jeu est basé sur une série de merveilleux romans russes steampunk, que c’est un jeu formidable, bien écrit, superbe avec des features décisives du genre les sorts de feu marchent pas la nuit et qu’on peut y jouer sur Windows 2000.
20H32 : Lancement du jeu. Plantage. Relancement du jeu. Un panneau m’annonce que « ma carte vidéo a plus d’un an et devrait être mise à jour ». Je revérifie la configuration minimale : le jeu prétend pouvoir tourner, et bien tourner, sur de vieilles Radeon pourries du cul. Je lance ce putain de jeu.
20H33 : Je tente de faire des screenshots. La touche impr.ecr fait planter le jeu. Dans la même minute, je tente de naviguer dans les menus et de configurer les touches. Le jeu croit que je suis en Qwerty, comme quand on était petit et qu’on avait des jeux sous DOS.
20H34 : Agacé par la difficulté extrême à naviguer dans les options, je lance le jeu. Une scène d’intro extrêmement confuse m’est contée en anglais, ou on m’explique que je suis un gars que l’univers rejette (la preuve : le mec tient un téléphone d’un air dépité) et qu’il y a une fille abandonnée devant son appartement, et qu’elle a les cheveux roux et…. La scène d’intro plante là et m’envoie dans le tutoriel.
20h35 : La caméra ne fonctionne pas. On m’apprend qu’on m’a confié ma première tâche sans me préciser ce dont il s’agit. J’essaie de revenir sous windows. Steam crashe.
20h36 : Je commence à rédiger cet article avec la satisfaction d’avoir ressenti extrêmement peu de frustration à abandonner ce jeu.

Un bien beau village en tout cas, qui a su préserver la confusion des batailles d'antan. Un reportage de notre envoyé Hubert Moullardier pour TF1

A Farewell to Dragons : 18/20

Publicités

Une réflexion sur “Reportage en immersion de 5 minutes environ avec plus de sang et de larmes qu’en Lybie : A Farewell to Dragons.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s