DIS CAMION POUET POUET DA. rig’n’roll.

Vous connaissez le principal point commun entre Square Enix et le fabuleux studio de daubes russes 1C Publishing (oui, je sais, ils ont fait King’s Bounty et quelques UFO, ça n’excuse rien) ? Les deux imposent leurs images aux courageux testeurs. Les premiers en utilisant leur énorme pénis financier pour verrouiller la communication et choisir les images imposées aux journalistes, les seconds en sortant des softs assez peu optimisés pour que la touche dédiée à la capture d’écran ne fonctionne pas.

Aussi, ce test sera extrêmement bref, hargneux et illustré par des copies glanées au fil du web.

YEA, HEAVY METAL

 

Rig’n’Roll, comme tout jeu de véhicule polluant post-soviétique, vous accueille avec de monstrueuses images de menus industriels sur fond de boucle de heavy metal seventies de trente seconde. Peu d’options, une traduction à la ramasse, aucun tutoriel et un jeu proposant par défaut des options graphiques optimisées pour un 486DX poussiéreux, pas de doute, on est bien dans un jeu de camion russe. Une fois que vous avez fini de faire comprendre au jeu que oui, votre PC peut supporter autre chose que du 800×600 en 16 couleurs, vous entrez dans la peau burnée d’un camionneur freelance sillonant les USA en quête de heu… Livraisons. C’est tout. Le reste du jeu est très simple : après un hideux pâté de pixel durant plus de trois minutes où vous voyez votre camion entrer dans un garage, vous devez choisir une marchandise à livrer, et une destination. Un autre pâté de pixel de trois minutes (pour sortir du garage) et vous voici sur les routes de Californie. Votre objectif : livrer la marchandise avant les autres camioneurs. Plus vous la livrez « « « « « vite » » » » », plus vous avez de fric, sachant bien entendu que vous pouvez avoir des accidents (donc, il faut réparer, ça coûte cher) et que si vous conduisez comme un kéké, la police vous prend en chasse et vous arrête (amende, ça coûte cher). Il paraît qu’il y a aussi un mode Story, mais qui, après avoir essayé le jeu trois minutes, aurait la moindre envie de s’y mettre ?

Nick Armstrong. Le Nico Bellic local. La démarche de Lazlo en Kuldes et le charisme d'Eric Woerth. Notez Tekitalex au fond.

 

Le pitch est simple, monstrueusement classique, c’est Crazy Taxi plus Need for Speed et basta. Ça pourrait parfaitement bien fonctionner. Après tout, les jeux les plus cons et parfois les plus moches peuvent laisser d’excellents souvenirs, si le fond suit. Or, comme je l’ai dit pas plus tard qu’au début de ce paragraphe, on a affaire à un Crazy Taxi/Need For Speed, à ceci près que, malheur trois fois malheur, Rig’n’Roll ne propose, en sus de sa bande son ultra heavy metal de poivrot de motel, ni folie, ni vitesse.

Autant le moteur physique du jeu tient plus ou moins de la SF (touchez une brouette à 50km/h avec votre 33 tonnes, et appréciez les tonneaux), autant le fond du jeu propose une expérience, hélas, extrêmement réaliste, à savoir que conduire un camion, c’est bien un métier de merde. Vous vous traînez sur des autoroutes moyennement encombrées et terriblement linéaires (sandbox mon cul) en tentant de ne pas trop vous faire remarquer par la police. Tout est lent. Les paysages sont monotones. Les radios de l’autoroute sont immondes. ET C’EST PUTAIN DE TOUT. Enjoy ton trajet interminable, tes 90H/semaine, ton salaire de merde et l’aire de la turlutte.

Ce n'est pas intéressant dans la vraie vie non plus.

Plus qu’un mauvais jeu, Rig’n’Roll est sans aucun doute une des expériences les plus ennuyeuses qu’il m’ait été donné de vivre dans un jeu vidéo. Rien, absolument rien, ne vient briser la monotonie de ces paysages mous et morts, sauf la police, quand vous conduisez comme un con, mais inutile de songer à les semer : ils vont plus vite que vous. Rangez vous et prenez votre amende.

Je suis brutalement taraudé par une question. Ô, 1C Company avec tes articles Wikipedia étrangement rédigés à ta gloire, Pourquoi en avoir fait un jeu ? Est-ce une tentative d’alerter sur les conditions affreuses d’une profession mal aimée de tous sauf des photographes de pin-ups ? Est-ce une réflexion sur ce qu’est le jeu ? Est-ce une tentative d’expression poétique sur le vide et l’ennui et la vacuité du temps qui passe ? Est-ce un simulateur austère mais cohérent destiné à préparer les élèves en IUT Gros Camion ?

En quête de réponses et d’autres êtres ayant erré dans les affres de ce soft abyssal, j’ai parcouru divers Internets pour pister d’autres avis de consommateurs. Assez curieusement, le jeu est plutôt très bien noté sur Jeux-Vidéo.com. Intrigué (me manquerait-il une glande du cerveau uniquement développé par les anciens citoyens de la CEI ? L’homo superior seul pourrait-il apprécier Rig’n’Roll ?). 5 avis disponibles. Un pisse-vinaigre qui a noté le jeu 3/20 avec une mauvaise foi complètement honteuse dans cette époque ou on peut lever et baisser le pouce et qu’on était mieux à l’ORTF ma bonne dame, et quelques autres critiques effroyablement dithyrambiques dans un français un peu étrange, qui semblent toutes être des variations sur le thème imposé du synopsis publicitaire disponible sur le site de 1C Company.

32km/h.sadface.taz.rar.tiff

Inspecteur Falcam, je sens que vous tenez une piste. Les jeux de 1C Publishing seraient-ils effectivement de sombres merdes (800 sombres merdes, d’ailleurs. 800.) plus occupés à faire du comunity management toute la journée et dans toute les langues qu’à faire de bons jeux ?

La réponses, dans un prochain article que je n’écrirai jamais?

19.5/20

La prochaine fois, le résumé d’un demi film mélodramatique coréen, puis un truc sur la chanson française.

Publicités

4 réflexions sur “DIS CAMION POUET POUET DA. rig’n’roll.

  1. J’ai acheté le pack 1CC y’a un an, parce qu’il y avait pas mal de trucs qui m’intéressaient dedans qui valaient plus cher séparément (King Bounty et les UFO, en gros). Du coup je me suis retrouvé avec un tas de jeux de camion et de hummer en malus que j’installe de temps en temps par masochisme.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s