Lectures en vrac

Bonjour,

D’abord, je voulais faire une interview d’un morceau de viande halal (est-ce qu’un cochon abattu selon le rite halal fait exploser l’Univers ?), mais après avoir écrit des choses comme :
« Et quel est votre meilleur souvenir ?
_ Les Jeux Olympiques d’Halalbertville »
J’ai décidé de laisser ce genre de questions aux spécialistes du Parti. Etant un dangereux dissident, je suis beaucoup plus inquiété par le gel de mon point d’indice induisant une paupérisation accrue par le gel du barème de l’impôt qui réduit mécaniquement mon pouvoir d’achat que par le plan secret judéo-arabo-maya pour coloniser les croquettes du chat que je n’ai pas et financer des mosquées dont les minarets cacheraient des gundams.

Finalement, je vais dropper un peu les derniers trucs que j’ai lu/suis en train de lire, c’est tellement facile de faire du remplissage avec des critiques.

Emprunté un peu par hasard à la Bibliothèque (c’est bien les bibliothèque, je le rappelle, c’est comme la licence globale, sauf que c’est théoriquement plus varié, moins concentré, moins fliqué et plus convivial et moins cher que l’Internet*).

Pindare est un poète grec du 6è siècle avant J-C dont on a gardé quelques centaines de pages de poèmes consacrés essentiellement à lécher les couilles de vainqueurs aux Olympiades et autres Jeux Pythiques.  Supposément édition ultime de ces oeuvres, j’aurais aimé avoir beaucoup plus de notes de bas de page pour ne pas avoir à me taper la préface de 50 pages écrite par un quelconque vieux couillon spécialiste du déchiffrage d’épinicies. Parce que là, en fait, bah j’ai strictement rien compris à ce que je lisais. Et j’aime pas lire les préfaces.

J’aime bien les uchronies. Andrevon a beau avoir un million d’années, il a pas perdu un gramme de talent depuis des trucs aussi immenses que le Travail du Furet ou la Maison qui Glissait.
Bon, c’est un uchronie de plus à base de Nazixploitation, mais ça fait rien, c’est super bien branlé. En gros, ça raconte l’Histoire d’un Hitler pitoyable retourné à l’anonymat, en 1949 après avoir perdu la guerre contre Staline sans intervention américaine. Exilé politique, il est oublié de tous, malade, incontinent, gâteux et pathétique. La novella se passe sur les trois derniers jours de sa vie de merde, entouré de ses derniers deux ou trois fidèles.
C’est proprement excellent, ça se dévore en une heure, et ça a beau être un des trucs les plus complètement obvious que j’ai lu (et j’ai lu plein de LanceDragon), c’est un délicieux plaisir coupable.

Ce numéro n'est pas proposé par une contractuelle, j'en ai lu un autre, mais on s'en fout, n'est-ce pas ? Moi je m'en fous en tout cas**

Je suis fasciné par la littérature de droite (et encore plus par la littérature d’extrême-droite). Parce que ce n’est pas mon monde, parce que c’est drôle, parce que je ressens la même chose que quand je suis dans un Naturalia : un délicieux frisson de ne rien comprendre à ce qui m’entoure (et parfois l’estomac un peu secoué en sortant). Mais, bien que j’ai lu des conneries des Hussards, de Barrès, de la presse collabo, les Pamphlets de celui dont on ne doit pas prononcer le nom et divers sites de conspirationnistes nazis américains, je n’avais jamais lu un tout bête numéro de cette vieille et pompeuse revue catho-conservatrice-prout-prout-branchouille.
C’est maintenant à peu près fait, même si je me suis un peu arrêté au milieu.  J’ai donc lu un discours de Fillon donné aux Cercle de la Revue des Deux Mondes (si, si, ça existe), des extraits d’un livre sur Manet publié par un mec de la revue des Deux Mondes, le journal de Michel Crépu qui raconte sa vie formidable (je suis ravi de savoir qu’il a lui aussi lu les pamphlets de Céline et que quand même, s’il a viré antisémite, ça doit être la faute à la guerre des tranchées et aux généraux incompétents),  ou une interview de 15 pages de Philippe Sollers (le vieux monsieur pervers qu’on voit des fois à la télé mais dont personne n’a jamais lu une ligne) à propos de Manet (encore, devait y avoir une actu à ce sujet), parce que quand même Manet c’est de la révolution pas comme l’art moderne qui n’est que de la bouillie, et c’est à peu près tout ce dont je me souviens, mon cerveau a freezé à ce moment là.
Y’a un moment ou la cooptation littéraire, ça devient juste une forme grabataire d’inceste. La Revue des Deux mondes avec sa jolie charte graphique orange dégueue est précisément ce moment.

Je ne l’ai pas tout a fait fini, mais bon, voilà. Meilleur univers de fiction découvert depuis au moins dix ans. Tout y est excellent. Vocabulaire, coutumes, sociologie des personnages, background historique. Un QLB permanent qui tient en haleine comme j’ai rarement été tenu en haleine.
En résumé, c’est une sorte de monde post-apocalyptique ou les habitants (dont il n’est même pas certain qu’ils soient humains) ont fondé une société basée sur la couleur. On est classé socialement en fonction de sa capacité à voir le rouge, le jaune, le bleu, etc, et tout l’Univers est basé sur le fait de colorier des choses (et donc d’aller récupérer tous les objets de couleurs laissé par les mystérieux « Précédents »).
Bon, faut juste reconnaître que l’intrigue est bien ficelée, mais au prix d’une mise en scène littéraire proche du Telefono Bianco : ciel mon mari, machin entre, truc sort, cache toi dans le placard et si ce n’est toi c’est donc ton frère. Pas grave, ça fonctionne quand même très bien.
Principal défaut : tome 1/3, et les deux autres ne sont pas encore écrits.

* Le lecteur qui habite dans une ville avec une médiathèque de merde est prié de faire du commerce avec ça ou de prendre la baise dehors. Moi, la mienne est très bien achalandée.
** Je m’en fous complètement, mais ceci dit, vous pouvez tout à fait donner votre avis à ce sujet. Si vous avez envie que je mette la bonne couverture de la revue, allez en ***, si vous vous en foutez aussi, allez en ****.
*** Allez vous faire foutre ****
**** Bisous !

Publicités

2 réflexions sur “Lectures en vrac

  1. 13 euros ?? oO Même le prix est de droite.

    Mais évitons de nous moquer des rares auteurs sf qui ont de la gueule quand même, ça fait tache (ok il est pas tout jeune, ok, MAIS UN PEU DE RESPECT JEUNE HOMME).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s