Qu’en est-il que j’lise ta merde ? #7

Déjà, je suis de mauvais poil, parce que j’ai appris que c’était officiel, l’archéoptéryx n’est plus un ancêtre officiel du poulet, et ça me fait le même fussoir que quand Pluton a cessé d’être une planète pour devenir un vieux tas de merde qui tourne en jouant à touche-pipi avec Charon sans but et trop loin pour que ça ait le moindre intérêt .

En résumé, les gens écrivaient les mêmes cochonneries gnagnan il y a 5000 ans que maintenant (la différence, c’est qu’ils le faisaient sur des bouts de pots et pas dans les disques de Christophe Mae). Bla bla vous êtes belle sur les bords du Nil avec vos jolies hanches unf unf.
C’est bien de savoir que rien ne change.

Ah, enfin, un livre d’extrême-droite. Chouette synthèse, assez brève, sur les faux maquisards pendant la WWII.
En gros, la masse de gens qui ont profité du phénomène de la résistance pour piller la campagne et la montagne française : gangsters, maffieux, jeunes affamés réfractaires aux STO ou, plus délicat, authentiques maquisards reconvertis en authentiques filous après un ou deux hivers à crever de faim et de peur.
Le bouquin, en plus, a le mérite de faire un portrait assez juste de l’état de délitement complet des institutions de Vichy à partir de la fin 43.

Pis j’ai lu plein de BD, aussi.

« Une fille qui a un bdblog sort un album », en gros l’équivalent de la pluie sur Londres, un parfait non évènement. Ceci dit, pour une fois, c’est plutôt sympa, avec un recueil d’anecdote sinistre sur le mal logement à Paris. Aux septiques qui ressortiraient de là dubitatifs : OUI, c’est vraiment comme ça de se loger à Paris. Comme toutes les filles qui ont un bd blog, Yatuu ne sait pas dessiner de décor et imite vaguement Maliki. Perso, je m’en fous, on a pas coulé les pieds dans le béton de tout ceux qui ont imité Hergé.

Une BD qui reprend les codes de la série noire, globalement chiant. Enfin, c’est pas mal tasse de thé.

MEILLEUR-TITRE-JAMAIS.
L’intérieur est une sorte d’hommage complètement stone aux Fous du Volant, avec des pilotes nationalistes, des momies, des kidnappings, des cases qui explosent, des décapitations. Course de Bagnole est un des meilleurs albums de l’année, mais vous savez que j’ai des goûts de merde, pas vrai ?

Moi, faire la promotion d’une oeuvre Steampunk ? Mais vous êtes fou monsieur Falcam.
Bon, c’est très très beau, l’Histoire est confuse comme baise mais c’est pas grave parce que c’est tellement BEAU ! Ca doit être le machin où j’ai eu le plus la bouche en coeur à chaque seconde depuis l’épisode ou Fluttershy devient folle. Par contre, le vieux cliffhanger à la fin, putain.

C’est nul. Mais les 5 premières pages sont bien.

Si vous veniez sur ce blog pour lire mon avis sur des romans graphiques qui parlent du deuil d’un type dont le père a été dans un état végétatif pendant des années, je crois que je le saurais. De toutes façons, il n’y a que les nanars japonais avec des adolescentes qui font du kung-fu contre des homme en costume de plante qui vous intéressent.

Celle là, elle est résumable en une phrase : le fascisme, c’est mal, vois-tu. En gros, c’est la même histoire que Matin Brun : un type qui voit sombrer son pays dans le racisme et qui fait rien, et pis après c’est trop tard. Loin d’être mauvais, mais bon, j’ai l’impression que c’est la 333 francs cfa millième fois qu’on me répète le message depuis que je suis minot.

Fluide Glacial, monsieur F ? Comme vous êtes polisson.
C’est moins naze que ça en a l’air, en fait c’est même souvent assez drôle, parce que contrairement au sinistre Arthur de Pins, le biais choisi est ici l’absurde et le tordu plutôt que le « lol sexo dans GQ »

Une BD reportage sur comment on fait la gnôle. Bah, comment dire, c’est exactement ce que ça a l’air d’être : des histoires de paysan ultra-rustiques qui picolent avec quand même l’impression que quand cette France-là sera morte, on aura perdu quelque chose. Reste à savoir si c’est tant mieux ou tant pis. Je suis pas spécialiste du foie.

Des nichons, des poursuites, de la magie, des NAZIS, des favelas. MAIS QUE DEMANDE LE PEUPLE ?

Recueil un peu poussif des BD du mec qui fait les Lascars (j’précise que j’aime bien les Lascars, moi). Problème : ce sont essentiellement des travaux de jeunesse pas super jojos, et franchement datés (super, les privates jokes qui datent de 1991…), voire des croquis issus d’anecdotes/mouvements de mode complètement passés à l’as depuis. Truc pour les collectionneurs, ou chaipasquoi.

Eh ben.
Voilà.

 

 

Publicités

2 réflexions sur “Qu’en est-il que j’lise ta merde ? #7

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s