Es-tu en train de me plaisanter, Police ?

Cet article a été publié hier, dans votre tête, comme ça je continue mon « un jour, un article ».
Bien. Il semblerait qu’un journal satirique ait publié des caricatures. C’est fou, quand même. Vous lisez tous Soral, Fourrest, Dieudonné et Christophe Barbier, donc je ne vous fais pas l’affront de vous résumer en détail l’affaire. Un film (qui semble-t-il n’existe même pas) est balancé sur Youtube, des tas d’intégristes qui ne l’ont pas vu mettent des trucs et des gens en feu. Dans la foulée, un bon paquet d’éditorialistes bon teint nous expliquent que non, on ne peut pas tout dire, surtout pas dire du mal du grand au fond de la classe même si on sait que c’est lui qu’il a tué le hamster, sinon il va venir nous casser la gueule*. En réaction, le journal Charlie Hebdo publie donc des comics de Mahommet lol.
Avec le courage des gens qui ne sont plus dans l’opposition, le gouvernement (et d’ailleurs l’opposition copéiste aussi, jamais dernier quand il s’agit de manger la liberté celui-là) s’empresse de lâcher le journal, dès fois que. C’était plus facile de défiler au procès de Charlie pour soutenir le droit de dessiner Mithra avec un bonnet d’âne quand on gérait pas le bousin, pas vrai les gars ?

Et soudain, c’est la grande panique. Journalistes, politiques, militaires, écrivaillons et ces putains de chroniqueurs omniprésents partout lancent un défilé interminable pour nous expliquer qu’à cause de cette satané liberté de dessiner un sikh en slip en train de manger de la barbapapa, on allait tous être égorgés vendredis soir. On ferme les ambassades, les alliances françaises, les écoles, on fait protéger la France par des chars, on sort les robocops dans les rues.

Nous sommes donc dimanche matin, et le terrorisme vient de prouver qu’il a gagné, sous toutes ses formes. Oh, on s’en doutait un peu avec le coup de Bachelot qui a acheté cent milliard de doses pour soigner la grippe de la fin du monde, mais bon, c’était du terrorisme pharmaceutique, alors ça va.
Oui, parce que ce matin, donc, je me lève (tôt parce que je suis matinal et que j’ai fait un cauchemar que je vais pas vous raconter parce que c’est flippant sa race), et je lis, placide, la chose sur la fontpage d’une radio de service-public lol  (en gros) : « Vendredi, jour de prière sans événement notable grâce à la surveillance policière accrue ». Avec l’image d’une sorte d’Avenger français patrouillant sur le Champ de Mars.

Vraie anecdote, frangin

Que retenir de tout ça ? Primo, il y a une (deux ?) semaines, la « manifestation salafiste dont l’appel a circulé sur les réseaux sociaux parce que vous savez l’internet c’est pas bien d’ailleurs Valls a bien raison de vouloir maintenir le délit de consultation ma bonne amie » a réuni environ 200 personnes devant l’ambassade US. Quel triomphe. Il semblerait qu’une manifestation de fachos autrement plus rassembleuse se prépare sur Saint-Michel pour dans pas longtemps. Donc, déjà là, je me disais que y’avait un peu trop de caméras et de micros hystériques à l’idée de tous parler du même truc en même temps, et que déjà, c’était un peu comme si n’importe quel mec avec une ceinture de bombes en saucisses de Strasbourg pouvait conditionner l’évolution de toute la société.

Et puis Charlie, et puis la semaine est passée, et puis on a lancé en l’air des liasses d’euros pour protéger la France d’une menace qui, manifestement, n’en était une que du bout du bout du bout des lèvres : appels à manifester suivis d’aucune manifestations, pas de menaces, pas de revendication dans les médias. Juste des ministres affolés, des témoignages de français de l’étranger bien flippés par les consignes des ambassades, et des journalistes qui manifestement espéraient à fond la caisse que quelque chose allait péter.
Alors bon. Voilà, même quand il ne se passe rien, maintenant, le terrorisme réussit parfaitement à terroriser. Même plus besoin de descendre dans la rue mal rasé en robe de chambre en brulant des pneus : il suffit que qui que ce soit dessine un imam en train de se curer le pif pour que l’Univers entier retienne son souffle.

Pourtant, il y avait quelques indices (si ça pète demain, j’aurais l’air malin avec mon article, mais je m’en fous, liberté, sécurité, Benjamin Franklin, allez vous faire foutre). faisons des chiffres à la louche. Y’a combien de musulmans, en France ? Six millions, il paraît (un habitant sur dix). Ne faisons pas comme les journalistes qui considèrent tout ce qui est bronzé comme un pratiquant. J’ai lu un jour dans un journal Algérien (ça vaut ce que ça vaut) que 60% des musulmans français se déclaraient pratiquants, ça nous fait 3,6 millions de pratiquants divers. Là dedans (ça devient vraiment du n’importe quoi, j’ai aucun chiffre), enlevons ceux qui sont d’accord avec le fait qu’on a le droit de dessiner des trucs si on a envie (ou qui s’en foutent complètement de toute cette hisrtoire), ceux qui sont pas d’accord mais qui en restent là parce que bon, c’est qu’un témoignage perso, mais les musulmans que je connais sont pas vraiment des talibans en puissance, ceux qui sont vraiment pas d’accord du genre adhérents au CFCM parce qu’ils sont graves communautaristes et qu’ils veulent faire comme les noirs et les juifs militants. Il va vous rester, en gros, 12 000 personnes (là, je n’invente pas), dont les milieux militants sont complètement neutralisés. D’autant que si on enlève les quiétistes et les non-violents, il va vous rester une bande de 150 (donc) clowns, qui, dès qu’ils pètent de travers, dont cernés par un rideau de fer de ninjas-samouraïs de la police.
Il n’y a eu aucun incident impliquant sur le territoire français des terroristes depuis 1995. Depuis cette belle époque où on ne savait pas ce que contenaient nos poubelles. Mohammed Merah ne compte pas, parce que vla la gueule du réseau terroriste (ou il a agi seul, ou il était dingo, ou il a été formé et brieffé par des barbouzes avant de se la jouer chuck norris du crime, enfin bref, on est loin de la Nébuleuse du Mal). La principale menace qui pèse sur les intérêts français, c’est AQMI (500 hommes des sables en 4×4 et des mercenaires en turbans qui jouaient comme PNJ dans des films d’action dans les années 80), et grosso modo on parle surtout d’intérêts liés au pétrole. Lol, le pétrole, tellement 20è siècle.

Je ne dis pas que le risque d’avoir un Mohammed Breivik qui fera péter la Tour Eiffel n’existe pas. Je dis que, petits mickeys mis à part, il essayera de le faire de toutes façons, pour n’importe quelle raison, et que le réseau dont il fait partie doit être composé à 83% d’espions.
Sauf qu’il a même plus vraiment besoin de le faire. La terreur a gagné parce que maintenant, elle marche toute seule et que tout ce qui a un minimum de poids dans le pays (l’opinion publique fantasmée, les journalistes, FOG) se sentent obligé de faire de grands moulinets de bras à chaque fois que quelqu’un dessine quelque chose de travers. D’ailleurs, quand même, y’en a un peu marre des blagues sur les chinois, aussi. Et les meufs en string, ça me fait mal aux yeux. Et les obèses sont une insulte à ma maigreur, cachez-les.

(Au passage, d’ailleurs, à ceux qui se sentent offensés par des dessins au prétexte qu’on « tape toujours sur les mêmes ». BEN PUTAIN DE MERDE, DEAL WITH IT ! Si j’avais du me plaindre à chaque fois qu’on a caricaturé une minorité dont je fais partie, j’aurais du me faire poser une perf de salive, mon gars. Je n’en reviens pas que des gens qui se réclament d’une religion du Livre (donc patriarcale et essentiellement basée sur le fait de taper sur les clous qui dépassent du schéma reproductiviste hétéro-normatif) se comportent autant comme des chochottes. Pétez un coup, dessinez Charb en train de se faire culbuter par des orangs-outangs, fondez votre journal pour promouvoir je ne sais pas quelle truc auquel vous appartenez ou lancez une assoc de type « Chillax With Mahomet ». Arrêtez de jouer à « ouin-ouin il a dessiné mon copain », c’est grotesque et de vous forcer à faire semblant de lire un journal que vous ne lisez pas (vous avez raison, merde, tout ce que Philippe Val touche se change en méthane). Ce n’est pas parce qu’on vous porte de l’attention qu’il faut continuer. Vous ne toléreriez pas que votre gosse fasse une grosse colère au milieu du salon pour pas aller chez le dentiste. Bah voilà, hein. Donc bon.
Je vais faire un truc immonde de beaufferie, et citer Coluche : Quand on pense qu’il suffirait que les gens l’achètent pas pour que ça se vende pas !

Je pense que la prochaine fois, il faudra que je vous parle d’alt porn, ou d’un film avec des drogués qui font du rock en tutu (si vous avez une préférence…), ça me changera beaucoup les idées. Je n’ai rédigé cet article que parce que Reg réclamait un article politique.

* Ceci n’est pas une défense du film en question, bien que si une version longue existe, je rappelle que je suis un fervent collectionneur de nanars !

Publicités

3 réflexions sur “Es-tu en train de me plaisanter, Police ?

  1. Le coup des 200 manifestants me fait encore rigoler, avec les même 3 images en boucle au JT (un drapeau qui brûle, deux types qui se battent et un barbu). Alors qu’il y avait par exemple eu 500 religieux qui avaient manifesté lorsque la tentation du christ étaient sortie au cinéma.

    1. Bah j’ai toujours du mal à comprendre comment 3 millions de manifestants arrivent pas à faire plier un gouvernement, mais 200 hommes habillés en femme à barbe y parviennent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s