Les dix meilleurs disques de 2012 (ne souffre aucune contestation).

Toute la journée, j’écoute et je trie de la musique dans des tableaux Calc. Ça fait partie de mon boulot, autant en tant que fonctionnaire musical qu’en tant que bénévole dans une radio locale.

En deux ans, ça m’a permis d’écouter une quantité invraisemblable de merde, ou du moins de trucs qui ne m’intéressaient ni de près ni de loin. Et ça m’a collé pas mal de grosses claques musicales dans la gueule.

Ça vaut ce que ça vaut, mais si je devais impérativement ne retenir que dix albums sortis l’an dernier (du genre « choisis en dix sinon la Terre explose »), voilà ce que je choisirais sans doute*:

(ce n’est aucunement un classement, juste un empilement)

Claire Diterzi – Le Salon des Refusées

Carrément Valabe, même si c’est sorti on janvier dernier (on va pas chipoter). Rien qu’à cause des embrouilles qu’elle a eu pour faire l’album avec les vierges effarouchées de la Villa Medicis, et parce que Claire Diterzi est mon argument massue à ceux qui prétendent qu’on ne peut rien faire avec la langue française à part des chansons yéyé et des folk-song de bistro engagée contre le méchant patronat qui veut même pas légaliser la ganja. IL Y A DE LA PUTAIN DE VIOLE DE GAMBE DANS CET ALBUM.

Keith Kouna – du plaisir et des bombes

Petite bombe sortie à la fin de l’année dernière que j’ai trouvée par hasard sur mon disque sur (merci de retenir les cyber-chiens de la police des Internets, cet album est absolument introuvable en France, même en streaming legal, à moins d’accepter de payer une grosse taxe bancaire pour avoir acheté des mp3 de basse qualité en dollars. S’il était dispo sur Spotify, je l’aurais déjà écouté un million de fois.)
C’est de la chanson québéquoise, désabusée et puissante, avec un timbre unique. Je ne connais personne qui fasse la même chose que lui. Sa voix va vous énerver, mais moi j’aime bien.

King Charles – Love Blood

Quand je dis que c’est pas un classement trié, c’est surtout parce que si ça l’était, il faudrait que je place ce disque des kilomètres au-dessus de tout ce que j’ai entendu cette année. J’ai eu la chance de le voir en concert en Angleterre, ou il emmène son electropop de Dandy aux frontière de l’Afrobeat et du Hard Rock. J’ai jamais rien vu ni d’entendu d’aussi intense.

Depapepe – Acoustic & Dining (qui s’est battu à mort avec l’album du TSPO pour être là à sa place)

Deux Japonais, deux guitares, pas de paroles, et c’est super cool.

The Diablo Swing Orchestra – Pandora’s Piñata

)

J’ai eu la chance de découvrir ce groupe sur Jamendo, ou ils avaient eu le bon goût de mettre leur debut album il y a quelques années. Résultat, je suis devenu un fan hardcore, et j’ai quasiment day one buyé leur troisième et excellent album. Le style assez unique de ces suédois, c’est une sorte de Swing Metal hallucinant, qui emprunte autant au Jazz des big band qu’à Black Sabbath. Chant féminin, mais garanti sans poupée habillé en meringue qui fait des vocalises.

Grimes – Visions

La encore, coup de pot, j’ai pu la voir en concert. C’était extrêmement vachement bien. Claire Boucher a beau avoir un nom à la con, elle est pétrie de talent. Voir cette meuf qui fait 20 kilos tout mouillé manier je ne sais combien de consoles de mixage en même temps, chanter et faire le show devant 6000 anglais bourré, c’était priceless. Là-encore, vois énervante mais je vous merde.

Random Recipe – Fold It ! Mold It !

Encore des canadiens… Ca doit être le truc le plus mainstream de la liste (j’ai découvert ça sur le Mouv, c’est pas non plus le dernier Shy’m, m’enfin). Quelque part entre la pop, la beatbox et le n’importe quoi généralisé. C’est pas très produit, un peu crado, mais j’y reviens sans cesse.

The Hives – lex Hives

MEILLEUR PUTAIN DE CONCERT DE 2012  (si vous voulez jouer à Où est Zali, je suis dans la foule dans la vidéo)

The Inpector Cluzo – The 2 Mousquetaires

Une sale réputation me précède : je n’aimerais pas les gens qui viennent du Sud. c’est totalement faux. J’ai un très bon ami qui vit au sud de la Loire. Que ça soit très clair, je n’ai un problème qu’avec un seul endroit dans le sud, et cet endroit s’appelle Marseille. Et je blâme plus le jeu que le joueur. Je suis sûr que séparés à la naissance de cet enfer à ciel ouvert, les gens de Marseille… Bref, tout ça pour dire que je n’ai aucun problème avec le Sud (je l’ai même épousé, ok ?)
The Inspector Cluzo vient de ces contrées exotiques (Lou Moun). Et je serais même près à aller les voir en concert dans le 1-3 tellement je les aime.
Meilleur clip du millénaire, aussi.

Anti-flag – The General Strike

PARCE QUE JE SUIS ÉNERVÉ CONTRE LA SOCIÉTÉ ET QUE J’AI ENVIE DE CRIER MA RAGE CONTRE LE CAPITALISME QUI HUILE LES ROUAGES DE LA FINANCE AVEC LE SANG DES PROLÉTAIRES PUTAIN.

(Et si j’ai droit à quelques fichiers sonores en plus sans que la Terre explose , tout ce qu’a fait Lemon Demon ces derniers mois.)

Commentaires : Le Canada est sur-représenté.. 3 Canadiens et 2 suédois. Je dois être influencé par la neige. Et j’ai viré un autre groupe suédois de la liste, en plus. Aucun album de rap, signe que je deviens vieux, sans doute, ou que je retourne à l’adolescence (d’où un album de punk). Ceci dit, j’ai quand même entendu quelques excellents disques de rap dans l’année, mais rien ne méritant d’être emporté sur une île déserte (avec tout mon respect pour Azealia Banks, mais une carrière bâtie autour de trois chansons et demie, même excellentes, c’est sans doute un peu faible).

Bonus : Les déceptions de l’année

Le Klub des Loosers – 2è album dont je me souviens plus du titre, sans doute un rapport avec des vagins : je vais replacer ma blague préférée « super album d’électro, dommage que Fuzzati rappe dessus ».
Garbage – Blood for Poppies : Nous nous sommes tant aimés. Après un certain nombre d’écoutes, il s’avère que Blood for Poppies n’est pas si mauvais que ça, mais pas terrible non plus.
The Joy Formidable – The wolf chaispasquoi : Mon amour du premier album est à la mesure de mon absolue indifférence pour le second (mais là encore, un truc à voir en concert absolument.)
Caravan Palace : Oui, ils ont sorti un album en 2012. Il a fallu que j’écrive ce billet pour m’en souvenir.
C2C : A peu près aussi oubliable dans une sono que mémorable sur scène.

136009080714

* Je précise que je me retrouve toujours un peu con quand on me demande quel style musical j’aime bien (une fille m’a un jour reproché vertement de ne pas avoir de réponse toute faite). Les gens aiment bien les cases, mais en ce qui me concerne, le jeudi c’est power metal et le dimanche c’est chanson française à texte. Je suis un pansexuel musical.

Publicités

3 réflexions sur “Les dix meilleurs disques de 2012 (ne souffre aucune contestation).

  1. Wah The Hives ont un sacré peps en concert, ca donnait envie. Quelle drole de gueule, aussi. Je t’ai pas trouvé dans la foule.
    Le reste, j’aime un peu moins.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s