Du Gonzo en Prime-Time (article sûr pour le travail)

Je ne regarde pas beaucoup la télévision. Je ne vais même pas avoir l’hypocrisie de vous dire que je regarde Arte parce que c’est bien et que toutes les autres chaînes c’est de la merde, parce qu’en vrai, je regarde pas beaucoup la télévision du tout. Dix minutes le matin, pour voir la gueule de Léon Mercadet, vingt minutes le midi pendant que je fais cuire mes pâtes, parfois un tout petit peu le soir, mais globalement, je suis assez loin des 4H que le français moyen est supposé passer devant son écran (de télé). Je ne vois pas bien comment je pourrais passer autant de temps sur Steam si je m’abrutissais chaque soir devant Cyril Hanouna hilare en train de passer des vidéos de chats qui font du trampoline avec une estampille « Buzzlol.com ».

Je ne condamne pas franchement les programmes de télé. Mais il y a trop de trucs que je ne supporte pas, à commencer par la publicité, le ton hystérique du chroniqueur lambda, l’incapacité à développer la moindre forme de pensée, ou la complaisance globalisée de la classe politique avec une forme d’interview basée sur le vide. A la rigueur, la seule chose qui me révolte vraiment au plus profond de moi sont les programmes types « Les Ch’tis à Las Vegas ». Je suis a peu près persuadé qu’un jour, on regardera ce type de programme avec les mêmes yeux qu’on regarde les zoo humains des années folles. Barreaux en moins, caméra en plus, c’est exactement la même chose. Mais peu importe, chacun fait ce qu’il veut, tant qu’il ne me colle pas le nez dessus en me demandant d’aimer.

J’ai un manque d’affinité tout particulier avec M6, ses séries basées sur des blagues carambar et des histoires de Toto, son orientation ménagère demeurée et ses cinquante mille émissions basées sur la bouffe et l’apologie de la lutte capitalistique.

Depuis, j’ai regardé un épisode de Norbert et Jean le Défi. J’ai compris que j’avais raté une donnée essentielle de mon analyse : M6 (ou 6ter, ou W9, je sais pas, chipotons pas) fait du Porno.

Je n’ai pas une culture porn très étendue, n’étant qu’un consommateur occasionnel, et relativement regardant sur la marchandise (je m’étends pas, ça ne vous intéresse pas) Mais ayant grandi avec Internet, ne nous leurrons pas, j’ai vu plus de filles nues en .jpeg et en .mp4 qu’il n’y en a eu de réelles dans mon lit. Je sais donc reconnaître un bon vieux gonzo dégueulasse des familles qu’en j’en vois un. Norbert et Jean, si c’est pas du gonzo, moi je suis l’Inspecteur Gadget.

Norbert et Jean, c’est deux super potes. Il y a un gentil avec les cheveux ébouriffés, un peu faussement angélique à la James Deen (mais qui sait mettre la main à la pâte, avec un doigté exemplaire), et un beauf faussement méchant, avec des rouflaquettes, un peu comme un taré sorti d’un truc dégueu de Bangbros, type humour dégueu-potache et zigounette sous le tablier. Bien sûr, ils sont malgré tout super potes, à la limite du combat d’épée, et toutes l’émission est sous-tendue par un homo-érotisme pas franchement refoulé pour plaire à la ménagère qui lisait du yaoi il y a dix ans et qui est passée au mommy porn. Ne me demandez pas qui est Norbert et qui est Jean, comme si j’en savais quoi que ce soit.

Nobert et Jean reçoivent à chaque épisode un défi culinaire en vidéo. Dans un décor plus ou moins bourgeois, ou issu de l’imaginaire populaire (pavillon de banlieue, cantine, chalet…), une télspectatrice (parfois, c’est un mec, ou une famille, il en faut pour toutes les bourses) enregistre une vidéo défi. Les deux cuistots se pointent chez la dame telle le livreur de pizza pervers qui a fait un trou au milieu du carton, et passent une heure à cuisiner. A la fin, le défi est gagné (faire bouffer une famille pour pas cher, faire aimer la cervelle de mouton à des enfants caprcicieux, faire bouffer un truc qui ressemble à de la viande à des vegans avec leur approbation, enfin, vous voyez le trip). Entre temps, on aura eu quatre bonne grosses coupures pubs pour des couche, de la lessives, du savon qui rajeunit que même ton mari il te reconnait plus et des serviettes hygiéniques aussi absorbantes que le Sahel contrarié par El Niño.

Alors bon, deux types dans une cuisine qui font cuire des beignets, ça manque un peu de dramaturgie, donc, il y a énormément de mise en scène. Et c’est là qu’on sent que les mecs qui font ce truc là ont une cuisine dans une main, et youporn dans l’autre.

Un gonzo, comment ça marche (en très gros) ? Comme il faut limiter au maximum les fioritures et tenir entre 20 et 50 minutes avec quand même pas grand chose, la mise en scène, en général peu convainquante, implique un lieu, si possible un lieu avec des canapés et des lits ou équivalents. Un protagoniste féminin est exposé sur le lit. On va la mettre un peu en scène, lui poser quelques questions (varia : elle va balancer quelques banalités du genre « j’aime bien donner des cours particulier tiens voila mon élève entrez oups ma jupe »), histoire de cerner la dame. Puis les pénis vont arriver. Après plus ou moins de temps passé à tourner autour du pot en fonction de la patte du studio, on en arrive au coeur du délit : un enchaînement rapide et filmé sous toutes les coutures de trucs que vous ne pouvez pas faire à la maison (parce que c’est physiquement impossible pour un humain normal, pas si intéressant que ça à essayer en vrai, non souhaité par un des partenaires, ou physiquement dangereux, enfin, c’est pas les raisons qui manquent), avec tout le monde qui jouit (ou fait semblant) à la fin, avec fréquente dégustation de secrétions diverses pour la dame qui reçoit. Et des tas de pubs tout autour.

Norbert et Jean, ça marche pareil, sauf qu’ils ont remplacé tout ce qui impliquait de voir des penny et des boobs par de la bouffe.

Dans l’épisode que j’ai regardé (mais j’étais déjà tombé sur des bouts d’autres, ça marche toujours un peu pareil), Norbert et Jean sont appelés par Jennifer, une riche bourgeoise qui a rien de mieux à foutre que faire un club de gâteaux chez elle avec ses autres copines pétées de thune. Jennifer, trop maquillée dans son intérieur très « je souris mais je suis morte à l’intérieur », leur lance le défi de venir dans sa cuisine créer des gâteaux salés qui doivent ressembler à des gâteaux sucrés (une tarte au citron qui est en fait au saumon, mais qui ressemble à une tarte au citron, vous voyez le truc ?). Les deux gaillards entrent donc en force, multipliant les allusions graveleuses pour le méchant, les sourires calins pour le gentil, et tout le monde va se mettre à presser des pâtes, à décortiquer des crevettes au ralenti, à afficher des sourires délirants, à faire jaillir des nappages, le tout finissant dans une dégustation organsmique des plats confectionnés (et qu’au passage vous n’avez aucune chance de réussir à reproduire chez vous) par toutes les copines qui attendent dans le salon.

Comme j’aime bien illustrer par des images ma mauvaise foi relative, nous allons donc comparer graphiquement ce qui se passe chez Jennifer et ce qui se passe dans le gonzo moyen. Tout ceci est sûr pour le travail, ne vous en faites pas.

Les deux programmes comparés seront donc « Norbert et Jean démoulent des cakes salés chez Jennifer, 32 ans » et « Rent Party ! » mettant en scène la jolie Taurus chez Burning Angel.com*

Etape 1 : One room, three people.

Taurus a un problème : elle ne peut pas payer son loyer (pas cool, en plus c’est son colocataire qui doit bosser et tout). Mais elle n’est pas inquiète, quand elle reçoit la visite du propriétaire, car elle affronte toujours ce genre de situation avec un calme olympien.

Pendant ce temps, Jennifer s’ennuie dans sa cuisine. Elle ne sait plus comment surprendre ses amies du club de pâtisserie. dans les deux cas, on nous passe quelques plans des deux mecs qui vont passer à la casserole (ho ho ho).

Salut, tout le monde se fout un peu de ce que je raconte et moi aussi, mais c'est une histoire de loyer gratuit."
Salut, tout le monde se fout un peu de ce que je raconte et moi aussi, mais c’est une histoire de loyer gratuit. »
3
Certaines pièces de son intérieur sont du porno japonais interdit à elles toutes seules.
2
(au passage « HAHAHA Ton coloc paye ta part de loyer et il ne le sait même pas, ce gros benêt », ce qui est une péripétie beaucoup plus drôle et dans l’esprit des vieux pornos libertaires que les blagues graveleuses et macho M6 touch)
4
Norbert, Jean, qui peut le dire ?

Rapidement, l’incipit achevé, on rentre dans le vif du sujet : il va falloir pénétrer dans l’appartement, tâter le terrain et pétrir des trucs. Ca passe dans les deux cas par des vêtements qui s’envolent dans la joie, accompagnés de blagues vaseuses, de zooms et d’angles de caméras plus performatifs qu’artistiques.

5
(je pense qu’à une certaine époque, j’aurais encore préféré payer mon loyer comme ça que de risquer le quasi procès avec Foncia, mon Employeur et la Banque de France. Vivement qu’on puisse voyager dans les mondes à dos de Boson pour que je sache ce qui était le pire).
"J'ai le boudoir humide (SIC)"
« J’ai le boudoir humide (SIC) »
6
Tout le monde est réuni, on peut commencer à se foutre à poil.
8
Tout le monde est réuni, on peut commencer à se foutre à poil.

Etape 2 : Cooking Mama

Très rapidement, le colocataire de Taurus et le propriétaire de leur appart (bien plus joli que celui de Jennifer, non ?) trouvent un terrain d’entente. Après quelques échanges assez-vif, ils décident d’explorer leur différence à coup de high-five et de doubles blowjobs dans la joie. No homo.
pendant ce temps, Norbert et Jean manient leurs spatules, échangent de folles techniques de décortiquage de crevettes (avec gros-plan et multi angles), le tout autour d’une Jennifer qui se pâme, et qui peine un peu à trouver sa place dans ce duel de battoirs virils (ne vous en faites pas, elle n’est pas en reste).

"Woops, can't show this in a librarian blog"
« Woops, can’t show this in a librarian blog »
11
m6 films les ingrédients un peu comme Joanna Angel filme la teub de ses acteurs. En gros plan, souvent, avec des types qui font des grosses blagues derrière. Celles de M6 ont tendance à être moins fun.
Essayez de faire ça sans vous casser la gueule, renverser le canapé, en restant concentré.
Essayez de faire ça sans vous casser la gueule ni renverser le canapé, en restant concentré.
Hahahaha ! (a part ça, comme pour le porn, on te montre surtout des plats que tu as très peu de chances de refaire chez toi, ne serait-ce que parce que tu n'as pas le TEMPS"
Hahahaha SPLORTCH ! (a part ça, comme pour le porn, on te montre surtout des trucs que tu as très peu de chances de refaire chez toi, ne serait-ce que parce que tu n’as pas le TEMPS)

Les figures imposées s’enchaînent dans les deux vidéos, avec une Taurus qui ne masque pas son enthousiasme contractuel à coup de cris de mélodiste lyrique et une Jennifer qui glousse de plus en plus fort aux attentions culinaires et à la drague peu subtile des deux cuistots.
La réal de M6 veut cependant trop en faire, mélangeant les effets de manche, les ralentis, les flash-back, là ou Burning Angel se contente d’un poli mais complet tour des figures imposées du trio.
Dans les deux vidéos, un tas de trucs complètement impossible et hasardeux sont tentés sous l’oeil d’une caméra qui en redemande, mais comme c’est du cinéma, à la fin, ça finit toujours bien (les choux montent, la crème arrête d’être acide, tout rentre dans les bons orifices, on festoie, et Assurancetourix est attaché à l’arbre).

13
Un moment de flottement qui se traduit assez bien par la gueule de l’acteur de droite (angle impossible), le fait que Taurus doive se relever parce qu’elle bouffait ses propres cheveux, et le fait qu’on ne voit plus du tout le deuxième mec.
15
C’est le drame, les choux n’ont pas pris on dirait « des couilles molles » (sic). Les invités ne pourront pas déguster blablabla (violons, musique dramatique, publicité).
14
Heureusement, un tabouret (kudasai) vient tout arranger, et c’est reparti pour 5 minutes de folie.
16
Toute la nourriture est bien cuite, les charlottes sont bien démoulées, vite vite « des câlins  de l’allégresse ! » (sic).  Puis, une scène ou les deux mâles vont soulever tout à tour Jennifer (pour la peser. classe !) On a entre temps eu droit à des dizaines de gros plan de mains masculines et féminines faisant dégorger des tubes de crème sur des pâtes.

Etape 3 : Il est temps de passer à table.

Après une heure de tripotage de crustacés en gros plan, nos chefs font tester leurs recettes à une assemblée de bourgeoises imbuvables, dont, après un instant de surprise, on verra les traits s’illuminer d’une jouissance intense des papilles, pendant que les deux chefs se congratulent dans une pièce voisine, avec de nouveaux moments intenses de Guy Love improbable.
Taurus, quand à elle, après avoir littéralement (oui oui) bouffé le chèque du loyer de son proprio**, elle se délectera comme il se doit de la lactance des deux bonhommes. Comme d’habitude dans ce moment toujours complètement absurde du porno contemporain, elle aura l’air de trouva ça hyper bon, ce qui est aussi étrange que les filles des pubs de café qui ont des trips de LSD au moindre nespresso (parce que bon, on peut aimer le goût du frtuoe, mais on ne fera croire à personne que ça met quiconque en transe, sauf dans le forum adéquat de doctissimo).

17
Le suspense est à son comble !
19
Quel sera le verdict ?

Il y a une petite différence finale dans ce pattern similaire : si la fin de la video de BA il y a un simple fadout sans fioritures, celle de M6 vire au grand n’importe quoi, avec applaudissements et le méchant cuistot qui finit par se jeter comme un morfale sur un de ses plats, ce qui, confronté à tout le reste, est assez perturbant.

18
Jusqu’à la lie.
La fille adore. Les deux cuistots se font des accolades sensuelles en coulisse.
La fille adore. Les deux cuistots se font des accolades sensuelles en coulisse.

Et puisqu’on en est au bilan, je dirais que confronté aux deux choix, il me semble que les deux expériences se valent. Le porno était un peu moins macho, avec un discours assez anarco-zinzin derrière et une réalisation très pro, mais dans Norbert et Jean, il y avait plus de rebondissements malgré une réalisation too much et à la ramasse.

21
« Maintenant que mes ustensiles ont bien été manipulés, je vais pouvoir m’occuper de cet affreux masque hanté dans mon dos ».

(Au passage : je ne regarderais plus jamais de porno sans qu’il y ait le moindre but érotique derrière, parce que c’est vraiment, mais alors vraiment trop chiant. Et Norbert et Jean, c’est mal barré pour que je m’en retape un aussi).

22
Si vous ne pouvez pas le dévoir, cet article aura atteint son but.

* Seul site porno de tout l’Internet auquel je ferais une pub sans relâche et assumée jusqu’à sa mort.

** A mi chemin entre du porn-wtf et un discours-sous tendu à base de faites l’amour pas le capital.

3 réflexions sur “Du Gonzo en Prime-Time (article sûr pour le travail)

  1. Il est à regretter que dans le porno le cuisinier ne se jette pas plus souvent sur son propre plat à la fin, vraiment bien dommage, ça relève de la prouesse technique. A part lorsqu’on cherche certains tags bien sûr.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s