Ma consommation Culturelle 2013 1/6

En 2013, afin d’évaluer ma consommation culturelle sur une année, j’ai reporté sur un tableau Excel l’ensemble des biens culturels avec lesquels j’ai été en contact cette année. Je les ai divisé en Livres, Films, Séries Télés, Dessins Animés, Jeux et Bandes Dessinées (il n’y a que ce dernier point que je n’ai pas suivi avec assez d’attention et qui est sous évalué). J’ai intégré certains trucs que je n’avais pas fini, mais j’ai considéré que j’intégrais tout ce que j’avais lu/vu assez pour avoir un avis (en gros, pas un bouquin lâché à la dixième page, mais oui pour un film arrêté aux 2/3).

Je n’ai pas intégré la presse (trop chiant à tenir au jour le jour) et la musique (je bosse comme discothécaire et j’ai deux émissions de radio, ça aurait fait des centaines et des centaines de disque)

Je sais, c’est pas plus intéressant que les « topito-top et topito-flops 2013 » moyen. Mais bon, crotte de nez, hein.

On va commencer par les bouquins, hors BD, donc.

 

Cette année, j’ai lu 42 livres (1 livre tous les 8,6 jours). C’est beaucoup moins que d’habitude, mais plusieurs de ces livres faisaient entre 800 et 1200 pages (22/11/63, Metro 2033, Le Salaire de la Destruction, Prélude a Trantor).

Aucun problème : le bouquin qui enterre tout le reste.

 

24 appartenaient au genres SFFF. Les plus marquantes étaient 21/11/63 de Stephen King, Metro 2033 De Dmitri Glukhwhatever, Chien du Heaume de Justine Niogret. Les moins marquants étaient A l’Est de la Vie de Brian Aldiss (je ne sais même plus de quoi ça parle) et Les Faiseurs d’univers de PJ Farmer (pareil, pas de souvenir particulier). C’est une proportion plus élevée que d’habitude (à cause des pavés qui m’ont occupé un bon moment). Beaucoup d’autres étaient sympa, mais un peu moins marquants que ceux que je viens de citer.

A noter aussi la Trilogie de Pevel, très chouette.

 

8 appartenaient à la Littérature générale ou au Polar. Les plus marquants étaient The City And The City de China Mieville, Le Postier de Charles Bukowski, et Les Remèdes du Docteur irabu de Hideo Okuda. L.A Confidential (Ellroy) et L’Homme qui apprenait lentement (Pynchon) me sont tombés des mains.

Sur la Panamericaine, de Guyomard, me semble devoir être cité également. L’intrigue est pas spécialement palpitante, mais c’est super bien écrit et c’est un portrait de l’Amérique Latine en crise a couper le souffle.

 

4 étaient des Romans et/ou pièces classiques. Citons-les tous les quatre : Le Portrait de Dorian Gray d’Oscar Wilde (très bien), A l’Ouest Rien de Nouveau de Remarque (marquant et traumatisant), Gog, de Luigi Pappini (sacrément original), et Le Roi se Meurt de Ionesco (méconnu et sympa).

Dans la liste des « auraient du être lus et ont été oubliés dans un coin », citons Chanteclerc.

 

4 étaient des Livres Documentaires. C’est très peu, mais ils ont tous été marquants à leur manière. Il s’agisait de Zeropolis de Bruce Bégout, du Salaire de la Destruction de Tooze, du Génocide au Cambodge de Kiernan et de Repenser la Pauvreté de Duflo et Abhijit.

De très loin le bouquin qui a le plus changé ma façon de voir le monde en 2013 et qui rejoint le pantheon des livres ayant et l’influence la plus déterminante sur moi.

 

1 était un ouvrage de poésie. Il s’agissait de « A Slow Year » de Ian Bogost. C’est un des deux seuls livres que j’ai lu sous forme ebook. L’autre étant le roman néo-nazi de William Pierce « les carnets de Turner » (pas la peine de composer le 18. J’ai un profond dégoût pour ce bouquin et ses idées, mais je ne crois pas inutile de lire et comprendre les pensées des dingues de ce genre.*)

On se refait pas.

 

32 de ces livres m’appartiennent, 9 ont été lus à la bibliothèque, 1 a, donc, été piraté. J’ai un peu de mal à évaluer mon budget bouquin sur  cette année année, car je n’ai pas acheté les 32 bouquins (certains l’ont été par ma femme, d’autres m’ont été offerts, et quelques uns étaient déjà dans nos bibliothèques). Il doit tourner entre 200 et 300€.

On continuera demain (si vous le voulez bien) avec les BD.

J’ai lu tous ces livres en VF à l’exception des poèmes de Bogost.

Terminons avec « le bouquin pas ultra marquant mais chouette quand même » : Françatome de Heliot.

 

 

* J’ai acheté le livre de Bogost, mais piraté le livre de Pierce. Il n’est pas légalement trouvable en France, et quand bien même il l’aurait été, je n’étais pas spécialement motivé pour donner mon fric à un nazi).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s