Ça a l’air Nul #1 : Zombie Planet (Eaters)

Inaugurons une nouvelle rubrique. Je vais prendre des trucs qui ont l’air nul et affronter mon destin.

Ça a l’air nul.

C’est quoi ?

Eaters : Un film de Zombie Italien produit par Uwe Boll et affublé d’un sous-titre (Zombie Planet) qui est le même sous-titre que celui de Zombie Massacre, autre film de Zombie coréalisé par les mêmes gens deux ans plus tard ou Uwe Boll joue le Président des Etats-Unis. Flying jaquette, tout ça.

Uwe Boll, donc des acteurs nains déguisés en nazis, une dizaine d’acteurs au compteur, tous complètement inconnus, deux décors (usines désaffectés) et une route. Des zombies, un savant fou, et une sombre histoire à base de « les dernières femmes en vie sur Terre sont infertiles ». J’ai déjà du mentionner le nain déguiser en nazi.

1
Les méchants : un nain nazi avec un genre d’afro et un savant fou qui ressemble à Cyril Hanouna.

De quoi ça parle ?

L’Histoire, assez rapidement parce que j’avoue que tout n’est pas ultra clair : 99.9% des gens sont désormais des zombies, et les femmes ne peuvent plus avoir d’enfants. Quelques soldats (allemands ? Italiens ?) survivent dans un hangar avec un savant fou et des consanguins. Deux buddys qui font office de force de frappe de la base doivent partir dans une mission ou ils vont, pour un prétexte quelconque, affronter des nazis, un prédicateur fou, des zombies, rencontrer une gamine, encore des nazis, des zombies qui parlent, un vieux, et finalement, ils vont revenir dans leur base du début, tuer tout le monde, et partir faire un couple à 3 avec la gamine, bonjour la gueule des petits enfants.

2
Le film est quasiment intégralement composé de gros plans. Ça évite de signaler au spectateur que tout a été tourné dans la même carrière.

Même en étant super indulgent, le scénario de Zombie Planet / Eaters est complètement con, et essentiellement composé d’incohérences. Un personnage se fait mordre, et puis en fait non. Les héros retournent sur leur pas sans raison apparente. Les flash-back sont incohérents, les comportements des méchants sont complètement aléatoires, et la fin est relativement incompréhensible.

Le réalisateur se débat avec un budget de 100 000€, et alterne montage complètement honteux, gros plans, recyclage de décors, tout pour donner l’impression qu’il se passe autre chose à l’écran que deux types qui se battent contre du vide dans une vieille CAMIF désaffectée.

Mais alors est-ce qu’il y a quelque chose à sauver ?

Le film n’est pas dénué de qualités (en insistant un peu et en regardant dans les coins). Déjà, comme les gens qui ont commis ça n’avaient pas grand chose à filmer, ils se permettent quelques plans contemplatifs sur fond de musique techno déprimante, pas complètement vains. On sent bien que tout est dores et déjà fini pour l’Humanité, ce qui n’est pas si mal vu qu’elle était capable de produire ce genre de films.
Ensuite, pour ceux qui aiment ça, c’est une sympathique collection de gueules.

3
Et bien entendu, le cabotinomètre est au maximum.

Enfin, le film n’est bizarrement pas dénué d’humour. Pas l’humour le plus subtil du monde (le gros dur qui se met à fredonner des tubes disco, l’attaque de zombies quand on fait pipi…), mais gloablement, le film s’en tire PAS TROP MAL dans ses passages comédie lourdique de bros.

Alors, est-ce que c’est nul ?

4
Un nazi gay. Cherchez pas à comprendre.

PAS COMPLETEMENT. Ou du moins, c’est moins pire que ça en a l’air. Le film alterne 2/3 de n’importe quoi avec 1/3 de tentative de faire quelque chose avec les touts petits moyens impliqués. Le film est nettement moins honteux que certaines arnaques à très gros budget du genre found footage moisi ou torture porn exploitant les mêmes ficelles à l’infini. Il se dégage de Eaters une sorte de personnalité propre, assez déplaisante, mais qui ne ressemble pas à grand chose. Le côté cabotin et nazillard de Uwe Boll, les décors fauchés d’un sentaï, les dialogues débiles d’un actionner VHS des années 80, l’enchaînement incohérent et étrange de situation d’un film de Syamalan. Et des zombies étrangement absents de ce film de zombies.

J’ai parlé du nain déguisé en nazi ?

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s