Avrelle à la porte de Baldur #2

Résumé des épisodes précédents : J’ai installé Baldur’s Gate Trilogy avec 133 mods sans en regarder le contenu. Mon personnage est une tueuse de rats handicapée mentale.

01

Avrelle, Imoen et le clébard s’aventurent donc sur des routes pleines de loups moddés et de grouilleux à l’agressivité boostée par des scripts dont je ne sais absolument rien. J’essaye de retrouver mes marques habituelles en explorant la Croisée des Chemins. Normalement, rien de bien compliqué. La première carte explorable ne regorge pas vraiment de challenges énormes. On récupère Xar et Montaron, on nettoie quelques smurfs et c’est parti pour l’Auberge du Bras-Amical.

Entre temps, ça cause beaucoup avec Imoen. Les dialogues sont bien écrits, même si, contrairement à Fallout New Vegas, rien n’a été prévu pour un personnage dont l’intelligence culmine à 5 (ce qui, dans D&D, est l’équivalent à peu près exact de Hodor). Je m’imagine donc prononcer mes répliques avec une voix de mongolienne.

1
A vue de nez, les mods ajoutent des milliers et des milliers de lignes de dialogue.

Assez rapidement, je suis mis à mal par des putain de loups qui hantent la forêt. Chaque animal est un véritable challenge qui me demande à déployer des tactiques assez élaborées pour des monstres de début d’aventure. J’apprends à identifier les monstres les plus dangereux, et je m’y prends progressivement, en perdant beaucoup. Avrelle et Imoen finissent par abattre leur premier loup, sous une nuée de flèches. Rarement 125 points d’expérience n’ont autant flatté mon ego.

2
VICTOIRE

Quand j’en ai marre de ramer comme un veau à chaque grouilleux malade croisé, je me décide à abandonner la méthode rationnelle pour aller chercher Xar et Montaron. En général, je les dégage dès que je peux, mais sur les premières cartes, ça fait quand même un magicien et un guerrier dans l’équipe. Bon. La, au moins, j’ai la satisfaction d’avoir l’avis personnel d’Imoen sur les deux gaillards. C’est vraiment beaucoup plus vivant que le jeu Vanilla, incontestablement. J’ai peur, cependant, d’avoir installé pas mal de trucs qui peuvent conduire les persos à se foutre sur la gueule.

3

Nous sommes maintenant quatre. A ce stade de l’aventure, c’est simple, nous sommes normalement imbattables. Les combats contre les loups deviennent enfantins. Aucun problème pour révéler les recoins de la map de fond en c…. Eh merde. Une cinquantaine de gobelins et de hobegobelins. Avec des arcs. Avec un réalisme que ne renierait pas Cormac McCarthy en mode The Road, pas de miracle, je suis massacré en deux secondes.

Je ravale ma fierté, je recharge ma partie. Je finis par commencer le chemin vers le Bras-Amical. Prochaine étape : une rencontre avec « Un mystérieux vieillard qui n’est pas du tout Elminster a sa ses sure que non alore ».

4
Perdre_la_face.jpeg

 

5
Drunken Gandalf

La rencontre avec Elminster n’est pas vraiment différente, à part les remarques constantes d’Imoen. Je me demande comment j’ai pu supporter ce personnage à l’époque ou elle ne faisait qu’envoyer ses trois mp3 geignards et suraigus. Maintenant qu’elle parle pour de vrai, c’est quand même beaucoup plus smooth. Je ne dis pas que je ferais la probable romance qui la concerne, il ne faut pas non plus exagérer.

La deuxième carte est un peu moins atroce que la première. A quatre contre un, la survie est à peu près assurée. Je commence juste à moins faire le malin quand une bande de pillards se jette sur moi sans me demander mon avis. Et qu’ils sont beaucoup plus bourrins que dans le vanilla. Et que le pathfiding de mon personnage confine au happening. Et que mon loup se comporte de manière aléatoire. Il me faut un certain nombre d’essais pour arriver à m’en sortir vivant, mais avec tous mes personnages lourdement blessés.

Ce qui permet de déclencher une cinématique bizarroïde ou cette chère Avrelle utilise des mots bien trop élaborés pour son intelligence. En vrai, son journal devrait contenir des entrées comme « G’ai manger mé crotte LOL ». Ces mods ne respectent pas mon RP.

6
C’est beau comme du Gaborit récité verge au vent.

Pas longtemps après ce déchirant happening poétique et après avoir bourré mes troupes de médi-gel, des xvart avec des grouilleux dressés me tendent une embuscade au coin d’un fourré. C’est précisément le moment que choisit mon loup pour se suicider contre leurs épées, et précisément le moment également ou je choisis de ne pas recharger ma sauvegarde pour la cinquième fois parce qu’il est pas foutu de faire un truc intelligent.

Si j’osais faire une comparaison avec le plus grand chef-d’oeuvre de la culture websérie francophone du XXIè siècle, Régis-Robert assiste à la mort de Dagobert.

7
DUUUUUUUHHHHHHHHHH T_T

Bon. Imoen n’avait pas de script pour me réconforter, alors qu’elle en a un pour me parler du fait qu’elle aime les tuniques roses. J’imagine que le loup et l’amélioration des personnages ne sont pas dans le même paquet de mods.

C’est donc drapée dans le deuil de mon clébard, mais non sans avoir récupéré un genre de fémur tombé par terre à côté du cadavre qu’Avrelle et ses compagnons atteint enfin l’auberge du Bras-Amical, pour y rencontrer Khalid et Jaheira. A première vue, tout à l’air parfaitement normal. Cette bonne vieille auberge fortifiée, avec ses deux gardes à l’entrée pas très regardants sur le fait que des inconnus armés jusqu’aux dents déboulent jour et nuit et s’entretuent dans l’arrière-cour. Ce n’est que quelques dizaines de mètres après la porte massive que je me retrouve nez-à-nez avec l’inconnu.

8_musiquepique

 

Alors ouais. D’un coup, on sent mieux que le pays est en crise : les mecs des caravanes se baladent avec des gardes armés d’épées enflammées. Bon, c’est une crise due à la pénurie de fer et foutre le feu à toutes les épées des vigiles du coin n’est sans doute pas viable à long terme, mais psychologiquement, ça fait son petit effet. Je suis, par ailleurs, assez vite frappé par l’immense quantité de marchands de tapis qui ont envahi le Bras-Amical. C’est simple, on est plus dans une auberge de campagne, mais au bazar de Téhéran.

9
Ca n’a pas l’air de perturber la vache.
10
Je pense que face aux marchands du temple de cette partie, Jésus aurait baissé les bras assez vite (sans mauvais jeu de mot).

Sur les étals des divers marchands que je ne connais pas encore s’étalent une quantité astronomique d’objets délirants dont je n’avais encore jamais entendu parler. Potions bizarres aux noms imprononçables, robes de mage qui coûtent à peu près le PNB du Brésil en pièces d’or, baguettes étranges, sortilèges non identifiés… Il me semble que dans un futur lointain, quand j’aurais un peu plus que mes 220 piastres en poche, je pourrais facilement revenir me faire plaisir. Même si, entre temps, une sous-quête bizarre m’aura déjà fait l’héritier des biens d’un Drizzt avec l’avatar de Naruto.

11
C’est comme faire son shopping dans une épicerie fine quand on a que des tickets alimentaires du CCAS.
12
Les Qataris sont partout, ils ont même déjà racheté une roulotte au Bras-Amical !

Après avoir fait le tour des échoppes dirigées par une quantité astronomique de commerçants multiethniques gardés par des cracheurs de feu, et constaté que je ne pouvais absolument rien m’acheter à part des flèches pour Imoen (les prix sont d’ailleurs tous très bizarres, et semblent n’obéir à aucune forme de logique. C’est quasiment la surprise à chaque marchand), il me semble l’heure d’aller explorer l’intérieur de l’auberge, et de ramasser les quêtes habituelles du lieu (les mines de Nashkell, la nana qui veut qu’on tue des araignées chez elle -et ça tombe bien, je suis une tueuse de vermine !-, etc.).

Mais bien sûr, j’avais oublié que pour entrer à l’auberge, il fallait d’abord en découdre avec Tarnesh-le-tueur-à-gage. Beaucoup moins facile à étaler que dans mon souvenir, ma première tentative est une humiliation complète qui se solde par la mort de toute mon équipe. Mais ça fait bien longtemps que je fais des Quicksave toutes les 5 secondes.

13
Dédoublement, confusion, projectiles magiques, tout ceci était moins violent dans mon souvenir.

Après s’être un peu mieux préparée, Avrelle liquide le salopard. C’est l’occasion d’une scénette particulièrement marrante avec Imoen qui fait un gros foreshadowing de Baldur’s Gate II en lisant le grimoire du mage mort. Oui parce que vous savez, Imoen, dans BG II, les pouvoirs magiques, Irénicus, le twist comme quoi c’est votre frangine et que le mod Imoen-Romance est un mod sur l’Inceste, tout ça tout ça. J’imagine que si on commence Baldur’s Gate avec mon installation sans y avoir touché avant, cette scène n’est pas très intéressante. En ce qui me concerne, je trouve ça cool. Et ne jouez pas avec mon ordinateur, merci.

14
Tu pourrais même faire beaucoup plus *wink wink*

Je finis -enfin- par entrer dans l’auberge. Elle s’avère relativement plus peuplée qu’à l’accoutumée, avec entres autres un nain au nom ridicule (qui était peut-être bien dans le vanilla, à la réflexion), des PNJ sans intérêt particulier et, chose étrange, un barde qui propose de se faire payer pour REDUIRE ma réputation. Dès fois que j’ai aidé trop de petits chiens à traverser et que je veuille que les gens pensent que je les ai jetés dans un mixer après, je sais pas. Je décide avec sagesse de ne pas payer pour me faire calomnier. Avrelle est stupide, mais heu… On va dire que le reste de l’équipe l’a empêchée. Et puis j’ai beaucoup de points de sagesse. Stupide, mais pleine de bon sens. Voilà.

15
Si, si, essayez de prononcer les phrases avec une voix de triso ou de Timmy dans South Park, vous allez forcément rire.

Le reste de l’auberge est relativement « normal ». Les mêmes quêtes aux mêmes endroits. Après avoir nettoyé les environs de ses quelques rôdeurs hobgobelins, je fais donc route vers Beregost, la première « grosse ville » du jeu. Avec, bien entendu, le duo Khalid/Jaheira dans l’équipe. En général, je les vire après les mines de Nashkell pour recruter des gens moins chiants. On verra bien ce qu’on me propose en chemin. Je signale à Imoen que oui, quand on a vu une ville, on les a toutes vues. Bien entendu, c’est une erreur de ma part puisque à peine ces paroles prononcées, un personnage de Sacré Robin des Bois propose de rejoindre mon équipe.

16
Tout est normal…
1
Enfin presque….

Mais ceci, mes enfants, est une autre histoire… Avrelle survivra-t-elle à Beregost ? Will Scarlet intégrera-t-il le groupe ? Est-ce que tout le monde à des armes en feu sur la Côte des Epées ? Est-ce qu’un troubadour va me demander dix pièces d’or pour me chier dans la bouche ? Est-ce que je vais comprendre comment on peut utiliser le fémur de loup pour faire revivre mon familier ? Vous le découvrirez (peut-être(pas)) dans le prochaine épisode d’Avrelle à la Porte de Baldur : 3-Borogost

Publicités

6 réflexions sur “Avrelle à la porte de Baldur #2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s