Avrelle à la porte de Baldur #5 : Gnoll Alamo

résumé des épisodes précédents : Baldur’s Gate avec 133 mods installés aléatoirement, personnage principal stupide, blabla. je dois aller sauver la sorcière Dynaheir, prisonnière d’une centaine de Gnolls (version vanilla). En route pour l’aventure !

Episode 1

Episode 2

Episode 3

Episode 4

01

C’est donc parti pour la Forteresse. C’est loin, le trajet est pas des plus intéressants, et s’avère assez peu modifié par les mods. A part quelques rencontres un peu bizarres, mais pas très intéressantes, le jeu est très vanilla dans l’esprit. A part le fait que des dizaines de bestioles respawent tout le temps partout, Farcry 2 stylez.

1
J’ai toujours un petit frémissement quand ça passe en anglais (mod débile et non traduit en approche ?), mais en l’occurrence, rien à signaler)

 

J’ai quand même quelques bonnes surprises en chemin, en constatant que les rencontres aléatoires sont devenues un peu plus bizarres qu’avant. Des alliages hétéroclites d’Ogres-mages et leurs ours dressés, des Tasloïs accompagnés de loups et de vers charognards, c’est une vraie farandole de streums. Je commence d’ailleurs à me rendre compte que sans ces bastons aléatoires, le jeu serait désormais un peu trop simple : je commence à avoir un équipement qui ferait pâlir le Dieu du Meurtre lui-même.

2
On peu plus promener son ours de compagnie tranquille.

Je fais ma première très grosse connerie pas très longtemps avant d’arriver à la forteresse. Un truc qui manque de me détruire ma partie, en fait. Suite à un récolte un peu aléatoire d’objets, j’équipe un sabre + 2 sans avoir vraiment lu la description. or, quelques banzaïs plus tard, je réalise que le truc est maudit, que je ne peux pas l’enlever, et que la malédiction consiste à m’enlever des points de vie DEFINITIVEMENT.

Eh oui Avrelle, si tu avais appris à lire, tu saurais qu’on équipe pas n’importe quoi. Je perds quand même un tiers de mes PV max le temps de réaliser. Mais hey, c’est RP ! Par chance, j’avais un parchemin de protection contre la malédiction sous la main.

3
Blablabla comme si j’allais lire tout ça .

J’arrive donc légèrement affaiblie à la forteresse Gnoll. Là, faisant face à des ennemis moddés (et très lourdement armés) qui essayent de m’assassiner, j’ai la confirmation que les mods ont complètement détruit l’équilibre du jeu. Mes persos, qui se seraient complètement fait tailler en pièce par les agresseurs, arrivent à s’en sortir sans trop de mal… En balançant des attaques entre 20 et 30 points de dégât comme on mangerait un cookie.

Si vous avez déjà touché à un Baldur’s Gate, vous savez ce que c’est que 30 points de dégâts. C’est genre, bah un petit 7777 dans Final Fantasy ? Pas le genre de truc qu’on fait dans le premier réacteur à Mako du début du jeu.

4
A noter que ça fait rage-fu des gens sur des forums aussi.
5
JE SUIS AVRELLE RATKILLER ET JE PEUX TUER DRIZZT A MAINS NUES, DUH

Ceci dit, des passages comme les Gnolls restent très amusants à jouer. Parce que tout ce qui est vanilla est trop facile, mais par contre, certains éléments rendent le jeu tout aussi ardu qu’avant. Le nombre des Gnolls, déjà. De quelques dizaines dans la version normale, ici, ils sont des CENTAINES. Et il RESPAWNENT. Et il y en a un nouvelle sorte, à 2000xp par tête, qui tape très dur. L’écran est tellement saturé de ces sales bêtes que le jeu se met à ramer et à avoir des problèmes d’affichages. En fait, l’assaut de la forteresse commence plus à ressembler à un épisode de Berserk qu’un une bonne vieille escarmouche de rôliste du dimanche.

Même si ces connards ne me touchent qu’une fois sur dix, eh bien je meurs un paquet de fois, sous l’effet du zerg rush hallucinant qui me menace à chaque escalier.

6
CES GNOLLS AVAIENT DES FAMILLES !

Enfin (après une bonne heure d’assaut quand même) vient la libération de la sorcière Dynaheir. Bien entendu, la libération a été réécrite, et la relation Minsc/Dynaheir entièrement retravaillée. C’est pas aussi inspiré que pour d’autres persos, mais ça reste très plaisant de voir la donzelle vanner son chevalier à propos de son handicap mental. Même si, mon personnage étant aussi un passager du shortbus, je trouve ça légèrement offensant.

7

 

En fait, je n’envisage absolument pas de faire une partie qui n’impliquerait pas Minsc d’une manière ou d’une autre. Et encore moins quand il se met à vraiment parler à son sacré hamster genre, TOUT LE TEMPS. A défaut d’être spécialement raccord avec l’histoire ou d’être super bien écrit, c’est super drôle.

8

 

Bien. Dydy étant saine et sauve (au passage, j’ai jarté le nain magicien, maintenant que j’ai un bon mage), retour à la quête principale : on a des mines à nettoyer, et une crise du fer à résoudre. Demi-ogre, Tazok, tout ça tout ça. Vu la qualité de mon équipement, les pièges types « projectile magique », les blèmes, les araignées et autres kobolds qui hantent les souterrains ne devraient pas me poser trop de problème.

9
Et pour faire un peu de foreshadowing : c’est encore rien par rapport à dans quelques heures de jeu.

Néanmoins, j’aborde le challenge minier avec entrain, en me disant qu’il réserve forcément quelques surprises, comme l’espèce de maboule qui me saute à la gorge à deux mètres de l’entrée.

10

Mais tout ceci attendra bien sûr le prochain épisode… Nashkel : Bastard !! Edition

 

 

Publicités

3 réflexions sur “Avrelle à la porte de Baldur #5 : Gnoll Alamo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s