Avrelle à la Porte de Baldur #11 : War on Terror

Dans les épisodes précédents, Avrelle a enfoncé par hasard la porte d’un nain, l’a recruté et a porté sa classe d’armure à -12. La charmante idiote et ses compagnons, désormais armés comme des Labors, reprennent enfin la route du scénario de Baldur’s Gate 1.

01

C’est parti pour la liquidation du chapitre 4 vanilla. Je suis, vous l’aurez compris, infiniment plus fort que le challenge proposé par BG1 à ce stade du jeu (j’ai déjà rossé un Tanar’ri !). Et bien sûr, il faut ajouter à ça le fait que toutes ces aventures à Restenford m’ont apporté tout un tas de trucs à liquider. J’ai dépensé pas mal de sous pour équiper mon nain, mais il me reste une foule d’objets à identifier. Direction le Bras Amical (c’est mon chemin, de toutes façons) et tous ses marchands bizarres avec des épées enflammées. C’est l’occasion de boucler quelques quêtes du début du jeu… Comme celle de la meuf avec les araignées dans la cave.

1
OH WOW 120 PIECES D’OR

Ou encore celle du mec mort que je trimbale depuis une vingtaine de jours dans mon sac à dos. Ah bah oui normalement on doit faire cette quête un peu plus vite, mais là je pouvais pas, j’avais piscine à Restenford.

2
Au revoir, petit objet mort. Nous avions le même prénom.

Après, je fais mes commissions. Tout mes objets, potions et parchemins en trop ne me rapportent pas autant que je ne le pensais, alors je dois quand même trier un peu mes achats. Heureusement, pour une somme modique, je peux me payer des objets défensifs complètement absurdes qui permettent de baisser de 6 d’un coup la CA de n’importe qui. J’avais encore un ou deux bonhomme qui avait une CA positive : l’injustice est réparée.

3

Ensuite, en route pour l’aventure.Ma bande de tanks humains déboulent dans les bois grouillants de voleurs, à la recherche du fameux camp fédérant tous les voleurs de la région (hobegobelins, Iron Throne -non, pas celui-là, l’autre-, etc.). C ‘est une quête sympa, avec pas mal de petites variances selon l’approche. En se débrouillant bien, on peur carrément faire exploser le camp en infiltration, où y aller comme un veau armé d’un lance-flamme. En attendant, je suis assailli par des bandes de singes. C’est pas ULTRA passionnant.

4

Par contre, en chemin, je tombe sur un combat inédit assez intéressant, qui me demande un peu de tactique : un nain est prisonnier d’une cinquantaine de petites créatures genre gobelins et grouilleux, dont certain lourdement armés d’arcs. Impossible d’utiliser des sorts de zone sous peine de tuer le prisonnier, alors il faut la jouer un peu plus fine que d’habitude. Excellent moment !

5
Ca ne me semble pas très catholique, tout ça.

 

Comme d’habitude avec ces combats contre d’énormes groupes d’ennemis, je laisse un champ de cadavres assez glaçant derrière moi. Mais après le village des xvarts, je suis rôdée.

6
Reconduite musclée à la frontière.

Encore un peu plus loin dans ces bois sinistres, alors que je suis en train d’envoyer du gaz sarin sur une bande de marlous, un bandit m’accoste. C’est l’occasion, théoriquement, de rejoindre le camp des voleurs. Je décide de jouer RP et de dire le truc le plus con possible 🙂
Bien sûr, je me fais gauler et ça se termine dans un bain de sang.

7
DURR INFILTRATION

 

Au passage, j’en cause plus tellement, mais je continue à avoir des tas de remarques amusantes d’Imoen et, plus rarement, des autres membres de l’équipe. C’est agréable et vivant même si, forcément, je commence à épuiser tous les dialogues aléatoires. C’est plus calme qu’au début, mais ça reste beaucoup plus écrit que le jeu de base.

8

 

Je découvre, un peu plus loin et après avoir envoyé chier Viconia l’elfe noire sexy badass (ma réputation étant trop haute, elle serait partie rapidement), que Teven n’est pas la seule occasion de rejoindre le camp des bandits ! J’avais complètement oublié, n’ayant pas utilisé cette possibilité depuis des années, que Raiken peut lui aussi recruter le groupe. Encore une fois, je lui réponds un peu n’importe quoi, mais il me recrute quand même

9
Les 400xp les mieux gagnés de ma vie.

Dans la foulée, Tazok le demi-boss moche, décide de faire son inspection. A lui aussi, je lui réponds n’importe quoi en espérant secrètement une grosse mêlée bourine ou tout le monde se tape sur la gueule. Mais ça le fait marrer, et il me laisse tranquille au coeur du camp ennemi.

10
Chuck_Norris

C’est un moment de Baldur’s Gate que j’aime beaucoup. Ce jeu était vraiment avant-gardiste pour tout un tas de raison. Le passage au camp des bandits en est une. Pendant quelques minutes, le joueur à l’occasion de voir « l’autre camp », ce qui casse complètement le manichéisme assez con de l’histoire de base (il s’agit quand même de péter la gueule au type qui a tué votre papa, bon.). Les bandits ont leurs propres coteries, leurs problèmes d’intendance, des divisions internes, certains sont même sympas.

BG2 multipliera d’ailleurs les passages ambigus avec des points de vue multiple. Mais dans le premier épisode, ce moment précis est vraiment, vraiment immersif. D’ailleurs, c’est aussi un moment assez insolite puisque c’est une des rares phases de jeu ou on est amené à ne pas jouer de manière très fair-play. J’aime bien multiplier les assassinats discrets dans tes tentes et vider le camp petit à petit, habituellement… Mais là, je veux tester ma surpuissance.

WAR ON TERROR, donc. Potions, sorts, baguettes, GO !

11
Y’a quelques bonnes tronches un peu rigolotes. On les tue quand même.

Bon, par contre, on se demande pourquoi le type qui est chez Tazok nous reconnait direct, vu que tous les autres dans le camp n’y voient goutte. Peu importe, l’idée étant de tout faire péter en partant de cette yourte centrale.

12

Ce n’est pas un moment très intéressant en terme de Gameplay, mais qu’est-ce que c’est jouissif ! Les milliers de points d’Xp tombent à la chaîne, mes persos courent dans tous les sens, insensibles aux flèches ennemies.La douce sensation d’être Godzilla en train de piétiner une ville en legos. Habituellement, il faut des dizaines de minutes pour nettoyer le camp, à cause des archers embusqués, des mages bourrins et du reste. Là, je boucle tout ça en quelques boules de feu, que je n’hésite pas à lancer sur mes propres troupes, protégées par leurs dizaines voir centaine de points de vie.

Yolo.

13
Je voulais les découper et les envoyer par coliposte à Sarevok, mais personne n’a fait de mod pour ça.

C’est donc la fin, brutale, du chapitre 5. Le chapitre 6 implique le nettoyage de la mine du bois manteau, un passage que j’aime pas trop (je trouve le donjon sans intérêt). Par contre, si ça se trouve, le bois en question nous réserve quelques surprises ?

14
HD ou pas par contre, les cinématiques accusent un peu leurs 16 ans d’âge OH MON DIEU JE SUIS VIEUX

Mini surprise, ceci dit, en quittant le camp : je suis attendu par une bande d’ogres, ce qui est logique quand on y pense. Tazok étant quand même de leur espèce, il était étonnant que peu de ces créatures croisent le chemin du joueur. Erreur réparée. Je quitte donc la partie nord-est de la carte un petit sourire sanglant aux lèvres.

15

Ne manquez donc pas le prochain épisode d’Avrelle à la Porte de Baldur : Dragons et Ours Polaires

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s