« Twitchgate » : L’occasion d’arrêter de passer pour des demeurés.

 

vg

En fin de semaine dernière, une chroniqueuse culturelle de canal + s’est foutue de la gueule des gens qui regardaient des vidéos sur Twitch. Malaise en plateau, déferlement de haine sur Internet, demandes d’excuses, etc. La rengaine habituelle, ça fait depuis l’arrivée du haut débit et surtout des réseaux sociaux qu’on voit la même.

OH MON DIEU LA TELE PARLE MAL DES AUTRES MÉDIAS !!!!1!!~

L’immense majorité des gamers que je connais ne lisent pas la presse quotidienne et affirment regarder peu la télévision. Peut-être qu’ils ne représentent pas la majorité des gamers tout court. Peut-être que ces gens adorent la télévisions, qu’ils sont persuadés que l’esprit canal de défrichage et de position de pointe sur les tendances culturelles est toujours là, comme en 1992. Permettez moi d’en douter.

Les médias mainstream (les grandes chaînes traditionnelles + la TNT) ne traitent majoritairement du jeu vidéo, des médias plus récents qu’eux, des nouvelles technologies etc. que sous deux angles : Economie et Exotisme.
En général, quand c’est pour parler d’économie, c’est sous un jour assez positif. Quand Arkane a sorti son Dishonnored, on a pu entendre tout un tas d’articles qui résonnaient tambour et sonnaient trompettes, bleu blanc rouge croissant Tour Eiffel. Merveilleux, la France a sorti un blockbuster avec un petit studio bagarreur. Ces articles étaient assez souvent étranges, avec des chiffres qui sortaient un peu de nulle part, et surtout très peu de considérations sur le contenu même du jeu. Pareil pour ces articles qu’on voit poper de temps à autres sur l’économie du jeu vidéo, toujours curieusement peu sourcés et qui reprennent souvent des pans entier de la communication officielle des éditeurs (GTA a coûté plus cher qu’avatar, un milliard de recettes pour Generic_November_FPS en une journée…) Ou qui vont pêcher toutes leurs infos sur des médias préexistants eux-même pas spécialement fiables (VGchartz…). Mais ces articles économiques pointent souvent la réussite ou le dynamisme de l’Industrie, quitte à raconter de la merde.

L’autre angle (plus fréquent), c’est l’Exotisme, littéralement ce qui est étranger, extérieur. C’est d’autant plus curieux que le jeu vidéo est une pratique quotidienne et implantée dans une majorité de foyers. L’Exotisme ne consiste pas toujours à placer l’autre dans une position inférieure, mais dans une position de différence. A une grille de lecture de pratiques socialement validées mettons, regarder un film en salle ou lire le Gongourt), la télévision va systématiquement placer une grille de lecture exotiques. Ce sont les autres qui jouent, comme ce sont les autres qui, il y a quelques années, lisaient des mangas ou surfaient sur les autoroutes de l’Information. On regarde le gamer, l’autre, forcément différent du chroniqueur ou du présentateur comme un regarde un singe en train de peler une banane. Cette chroniqueuse qui passe trente secondes à basher une nouvelle pratique, c’est juste le rituel habituel de la télé qui passe rapidos à l’expo universel, qui regarde un nègre avec un os dans le nez en rigolant un petit coup, qui passe à autre chose.

Il y a sans doute des dizaines et des dizaines de raisons qui expliquent ce traitement exotique du jeu vidéo. Citons-en quelques-unes : la chroniqueuse n’est absolument pas spécialiste du sujet qu’elle traite, l’infotainment implique de ne pas passer plus d’une minute sur un sujet -comment être autre chose que mauvais ?-, la foire aux monstres est devenu un des seuls leviers de la télévision (il faut donc montrer du bizarre et du bouffon, du moins ce qui est perçu comme tel), il n’y a pas vraiment de souci de contenu dans une émission de ce genre, surtout consacrée à des sketches et à faire la promotion de tout un tas de gens.
L’économie, la politique, les sujets de société recoivent un traitement similaire, avec d’autres grilles de traitements. D’où la présence systématique des mêmes arguments et des mêmes invités qui disent la même chose, sans forcément savoir ce qu’ils disent.

Donc, GRAND SCOOP : la télévision (les grandes chaînes, en tout cas) dit de la merde sur les jeux vidéo, y compris celles qui ont ou ont eu des émissions consacrées au sujet. Autre grand scoop : elle va continuer à agir de la sorte. Deal with it. Pareil, je ne m’étend pas, mais il y a tout un tas de raisons qui font que le JV intéresse beaucoup plus la presse écrite que la télévision. La télévision, dans son modèle actuel -qui peut toujours évoluer- est restée bloquée dans son approche de la société, linéaire, découpée en case horaires et en tranches de spectateurs (les autres médias segmetent aussi, mais sur des modèles autrement plus dynamiques). Elle agit un peu comme ses auditeurs moyens : alors que les moins de 15 ans regardent la télévision en moyenne 2h30, les plus de 50 ans la regardent en moyenne près de 5H par jour.
Pourquoi François Feldman écrirait-il de nouvelles chansons quand il arrive toujours à vivre avec les mamies à cheveux bleus qui assistent à ses concerts assis, vous voyez ce que je veux dire ?

La consommation de programmes TV continue dans les générations plus jeunes, mais c’est la notion de linéarité qui est bousculée. Résumons : pas besoin de regarder le Grand Journal si on trouve que c’est une émission de vieux con, puisque je peux regarder les une ou deux séquences qui m’intéressent en TV de rattrapage. Ou juste arrêter totalement et aller sur t411 télécharger un film dans le domaine public. hum.

« Stupid Video Games » Google image n’est jamais décevant.

Le fond de ma pensée n’engage que moi, mais il serait peut-être intéressant de se demander si la télévision cherche à être autre chose qu’un média de vieux cons pour les vieux.

Pourquoi s’énerver ? Pourquoi pétitionner, demander des démissions, se rouler par terre, hurler, polémiquer ?
Ca n’a aucune espèce d’importance. Une meuf a insulté un truc que vous aimez bien à lé télévision pendant moins d’une minute ? So what.
Ca ne va pas supprimer Twitch, ça ne vous empêchera pas de regarder ça, l’insulter ne va pas la rendre plus curieuse de ce sujet, et la télévision ne va pas se mettre à inviter des Youtubeurs à la télévision pour faire un speerun de Hikaruga en prime time.
Le seul but que ça sert, c’est que ça fait passer les gamers pour une autre forme de stéréotype idiot que la télévision aime bien : la foule arabe.

Si vous regardez un documentaire au long cours sur la vie quotidienne dans les pays arabes (il y en a souvent sur les chaines de documentaires), vous y verrez des gens qui travaillent, dorment, dansent, pêchent, mangent, font des trucs d’êtres humains. Sans doute pas exactement avec les mêmes us et coutumes que moi, mais qu’importe. Si vous regardez un sujet court sur les arabes, vous y verrez la plupart du temps des gens barbus et transpirants en train de crier devant des maisons en pierre moches plus ou moins en ruine. Cette image marche bien par sa force évocatrice : l’arabe marche en foule et il crie tout le temps pour plein de raisons.
Qu’importe que ça soit n’importe quoi et que ça ne reflète queudalle de la situation telle qu’il faudrait la comprendre : que la plupart du temps et à la plupart des endroits, les arabes sont autre chose que des gens inquiétants en train de crier (les régimes dictatoriaux arabes eux-même aiment bien jouer avec cette image, n’hésitant jamais à faire des cendre des cadres d’ardents militants quand ils veulent faire croire que l’opinion public a vraiment pour passe temps de brûler des drapeaux en hurlant).

Cette stupide affaire de Twitch devrait nous faire réfléchir à plusieurs choses.
1) Quelqu’un a insulté un truc que j’aime bien à la télévision pendant quelques secondes : POURQUOI CA VOUS ENERVE ENCORE ? Il n’y a pas mort d’homme, ça ne change rien, et les gens que ça n’intéresse pas ont déjà tout oublié. C’est la milliardième fois que ça arrive, et ça arrivera jusqu’à ce que le jeu vidéo soit légitimé dans la grille de lecture culturelle de la télévision. Et là, ne vous en faites pas, c’est quelque chose d’autre qui deviendra la cible.
2) POURQUOI REAGIR ? A quoi bon ? Pour obtenir quoi ? Un peu de beaume sur votre ego blessé niché dans les plis de votre barbe de cou ?
3) Est-ce que vous êtes des bébés ? Si vous n’êtes pas des bébés, vous haussez les épaules et vous passez à autre chose. Sales bébés.

Ce que cette chronique dit de la télé ne me semble pas très intéressant : des gens qui font et disent n’importe quoi entre deux réclames, business as usual. Mais pourquoi certains, au lieu d’en rire et de faire un remix rigolo, se sentent brutalement attaqués au point de devenir une ochlocratie d’imbéciles même pas heureux ? Alors même que la plupart des membres de la foule affirmeraient probablement ne pas regarder la télévision ?
Vous ne faites qu’accréditer cette idée débile qu’il y aurait une sorte de Tulpa immuable et mystérieux, le « Gamer », cappable d’accoler tout et n’importe quoi tant que c’est négatif et inquiétant.
Sérieux, c’est juste une meuf a la télé.

Pétez un coup.

Bébés.

(par contre, ayez toujours sous la main l’argumentaire de défense du jeu vidéo si quuelqu’un vient excréter dans vos hautes chausses en vous intimant d’arrêter de jouer avec vos cartoons chinois pour terroriste addict déscolarisé).

wu-tang-soccer-perfect-timing

Publicités

Une réflexion sur “« Twitchgate » : L’occasion d’arrêter de passer pour des demeurés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s