CLASH ! L’AUTEUR ARRIVE AU SALON AVEC UNE ÉCHARPE DE FILLE

Ah, je suis pas très très bon en marketing viral. Tel un Jean-Léon Gérôme paradant à l’Académie avant d’être oublié une fois mort, votre serviteur a fait salon le week-end dernier. Les époustouflantes éditions Lilo étaient invitées au salon du livre indépendant, espace des Blancs Manteaux, rue vieille du temple, je n’ai pas d’idée précise de ce dont il est question, mais en gros c’est un salon de l’édition alternative pas loin du marais, ce qui fait que je pense que Ludivine de la Rochère elle aurait aimé ni les exposants, ni les visiteurs. Joyeux mélange de visiteurs Fabulous et d’éditeurs anars, c’était beau, c’était grand, et on avait une minuscule table de 50cm là où on nous en avait promis le quadruple.

L’idée était de présenter l’ensemble du catalogue de Lilo, consacré aux recueils de nouvelles, et de nouer plein de contacts, et de signer des livres. C’était bien cool, sauf que bon, pas de place, une organisation peut-être un peu trop foireuse pour mon seuil de tolérance, ça aurait pu être encore plus cool.

Au delà de neuf mille ! (j’ai des trucs plein les poches, même si je suis AUSSI très content de vous voir).

 

Mais moi en bon parasite, je m’en moque, parce que j’étais surtout venu pour parler à des gens, écrire mon nom dans des livres et raconter n’importe quoi à mes co-auteurs. Ca n’a pas manqué : j’étais hébergé par une bonne âme qui se reconnaîtra si elle n’est pas trop occupée à passer son agrégation en jouant un remake de Esprits Rebelles en donnant des cours de flute en Picardie (je ne sais pas quand elle dort). C’était tellement bien que je me suis barré avec les clés de l’appart.

Sur le salon, j’ai eu le plaisir de causer longuement à des gens bourrés de talents, comme -attention name dropping- Stéphane Pardie, Shawness Youngshkine, Florence Cochet, Aude Berthelot etc etc j’en oublie mais je rédige ça comme ça me vient.

Après, le samedi soir, on a mangé dans un restaurant qui ne sait pas réchauffer ses surgelés sans les cramer avant de faire gentiment les guignols, la nuit, sur Radio Libertaire (merci à Brigitte et Laurent pour l’invitation !). C’était très rigolo. Il y a un podcast que je n’ose vous recommander. Je parle un peu pour dire des âneries, des fois, mais j’avais 13H-21H de salon dans les jambes et j’avais bu, niquez-vous si vous êtes pas content comme disent les jeunes (jeunes non contractuels).

Merci à Shawness d’avoir mis des images de tout ça en ligne !

J’espère qu’on recommence bientôt parce que moi, faire le mariole dans les salons entouré de livre, je trouve que c’est une des plus belle chose du monde entier.

Heu, et ce recueil est toujours disponible avec moi-dedans, et je vous rappelle que si j’en vends seulement 16 millions, je peux prendre ma retraite. Vous savez quoi faire.

Heu et rien à voir, mais mon premier livre et mon premier roman sont eux-aussi disponibles.
Dans ce deuxième cas, le seyant roman El Dorado ↓

Publicités

2 réflexions sur “CLASH ! L’AUTEUR ARRIVE AU SALON AVEC UNE ÉCHARPE DE FILLE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s