Ça a l’air Nul S2E1 : Mission Sexe

C'est malhonnête de ma part en vérité, j'ai trouvé la seule jaquette vraiment dégueue et racoleuse (edition allemande). Les éditions polonaises sont moins pute-a-clic.
C’est malhonnête de ma part en vérité, j’ai trouvé la seule jaquette vraiment dégueue et racoleuse (edition allemande). Les éditions polonaises sont moins pute-a-clic.

Ça a l’air nul

C’est quoi ?

Une comédie de Science-Fiction polonais de 1984 pas du tout inspiré des trucs de l’imaginaire polonais que vous pouvez éventuellement connaître du genre Stanislas Lem ou Gérard-le-Sorceleur. Sexmisja, aka Sexmission aka Mission Sexe, a marqué son époque, car son pitch improbable qui semble tout droit sorti d’un générateur aléatoire était assez foutrement subversif sous Jaruzelski. Plein de boobs, de critique pas spécialement déguisée du communisme et d’hommes virils tournés en ridicule. A un moment, il y a même du jazz.

Explorateurs futuristes du futur.
Explorateurs futuristes du futur.

De quoi ça parle ?

Dans le futur, en 1991, un savant Polonais procède à la cryogénie de deux cobayes (pour faire simple : un gentil gendre idéal et un petit gros vicieux). Ils doivent se réveiller trois ans plus tard, mais émergent finalement en 2044, sous terre (la surface ayant été atomisée), dans une société entièrement composée de femmes qui se reproduisent avec des éprouvettes. Une bombe anti-hommes a explosé et a détruit tous les mâles, nos deux andouilles sont donc les derniers pénis de la planète. De nombreux gags avec des zizis et des nichons s’ensuivent, le film enchaînant les plans boobs comme un skater enchaîne les tricks pour impressionner sa go.

2

Grand débat : se trouver dans la même pièce qu'un homme rend-il hétérosexuel ? J'espère qu'ils y répondent dans la suite.
Grand débat : se trouver dans la même pièce qu’un homme rend-il hétérosexuel ? J’espère qu’ils y répondent dans la suite.

Très rapidement, les deux gars deviennent l’enjeu d’une lutte de faction entre des généticiennes et des ingénieures, les unes voulant les étudier, les autres les tuer. Après quelques gags assez naïfs à base de râteaux dans la gueule et de peaux de banane, nos penis nickelés s’enfuient, et partent à la découverte de cette société féminine, où la différence est supprimée, l’amusement prohibé (sauf la télévision), le jazz et les gâteaux illégaux, les boucles d’oreilles-espion obligatoires, et où l’Histoire est réécrite avec un très gros feutre qui bave pour transformer tous les personnages masculins de l’Histoire en personnages féminins. On apprendra finalement qu’en plus, la surface supposément dévastée n’était qu’un décor, et que tout ceci est manipulé par un mec avec des faux nichons en mousse qui gère tout depuis sa Datcha ensoleillée à la surface. Je vous laisse la surprise de la toute fin du film, mais sachez juste qu’elle implique des bites en gros plan. Notons, pour évacuer la question, que le film n’est pas particulièrement sexiste (c’était pas gagné), les deux mecs n’étant pas spécialement présentés à leur avantage et la masculinité en prenant autant pour son grade que la féminité (la morale de tout ça étant que le communisme totalitaire c’est mal).

Le futur : ses tabliers en plastique, ses casques de hockey.
Le futur : ses tabliers en plastique, ses casques de hockey.

L’allégorie du système communiste n’y va pas avec des pincettes mais plutôt avec la plus grosse truelle de la galaxie. C’est plutôt tant mieux, parce que c’est la partie du film qui fonctionne le mieux. Il y a beaucoup de gags qui ne marchent pas très bien à côté, à cause de leur côté Quicke et Flupke un peu hors de propos. Les deux héros cabotinent comme pas diable (surtout le petit pervers), et le tout baignent dans un côté fauché et ringard qui font ressembler le film à un truc de drive-in américain des sixties. Les décors semblent provenir des chutes de Docteur Who, la musique electro est ringarde et agaçante, il y a des ordinateurs qui semblent complètement dépassés même pour l’époque, on sent que c’est fait avec les moyens du bord et que le bord avait pas beaucoup de moyens. Ca serait pas spécialement un problème si le film ne tirait pas autant à la ligne, avec quasiment deux heures au compteur et beaucoup de scènes qui ne servent pas à grand chose, comme si on avait vaguement oublié d’ajouter un monteur au staff du film.

J'aime bien cette quote des Simpsons : dans le futur, les ordinateurs seront au moins deux fois plus puissants et au moins quatre fois plus gros !
J’aime bien cette quote des Simpsons : dans le futur, les ordinateurs seront au moins deux fois plus puissants et au moins quatre fois plus gros !

En parlant de ça, sans nous aventurer à essayer de recopier les noms sans se tromper, signalons juste que les rôles principaux sont tenus par des acteurs qui étaient ou sont encore assez connus chez nos voisins Polonais, et que le film semble avoir la-bas un statut culte. Le réalisateur (qui avait moins de trente ans) a fait plein d’autres trucs que j’ai pas vu.

Mais alors est-ce qu’il y a quelque chose à sauver ?

Ca pose une question délicate : est-ce qu’on doit juger une oeuvre pour ce qu’elle est, ou pour ce qu’elle dit ? Préférant ne pas répondre à un truc aussi compliqué un lundi, je me contenterai d’affirmer quelques trucs aléatoires. Si le film sortait aujourd’hui avec le même pitch, on en ferait sans doute absolument pas la même lecture. Dans les années 80, prendre pour thème « la dictature des femmes » comme l’allégorie d’une autre dictature pouvait sembler une bonne idée, je suis plus réservé trois décennies plus tard. Mais la critique du totalitarisme (peu importe lequel), si elle n’est pas spécialement subtile, reste assez pertinente,même si elle passe aussi par des intern-jokes qui se perdent sans doute un peu quand on a pas connu la Pologne communiste. Je dirais même pour paraphraser un peu wikipedia qu’il y a quelques tableaux de la mascarade politique en général qui valent leur pesant de cacahuète.

You Came in the wrong neighborhood baka
You Came in the wrong neighborhood baka

De plus, il y a quelques scènes loufoques qui fonctionnent franchement pas mal (la scène avec la fête clandestine de jazzwomen décadentes qui finit en bataille de tarte à la crème, wtf), et disons quand même que l’ensemble se regarde sans ennui. Et les dernières minutes du film et sa blague finale à base de BITE EN GROS PLAN m’a fait rire beaucoup plus qu’elle ne devrait.

Bip.
Bip.

Alors, est-ce que c’est nul ?

C’est pas nul, simplement très très daté et un peu plombé par trop de blagues potaches à base de nichons et de pouet-pouet camion, ainsi qu’un petit côté Tsukkomi/Boke parfois pénible dans la première partie du film, un des ressorts récurrents des blagues étant que le petit pervers s’exclame en braillant en décrivant ce qui ne va pas quand il voit un truc étonnant (« oh la la des œufs synthétiques » « oh la la, elles se reproduisent en éprouvette » « oh la la elles n’ont pas de pudeur ») tandis que l’autre reste stoïque et le réprimande sèchement.

Woops can't show this etc
Woops can’t show this etc

Toute cette review est à prendre avec des pincettes, puisqu’à ma connaissance, il n’y a aucun moyen légal de voir Sexmisja en France : je ne l’ai donc pas vu. (le film a pas mal tourné en festival, à ce qu’il semble, disons que je l’ai vu comme ça)

Publicités

3 réflexions sur “Ça a l’air Nul S2E1 : Mission Sexe

  1. J’ai vu ce flim quand j’avais, quoi, 7-8 ans. C’était une soirée de Noël en Pologne. Bien longtemps après, je me suis mis en quête de ce truc qui m’avait tant marqué (ça, et le Winnie l’Ourson local). Je suis content que l’internet existe pour que plus de gens puissent en profiter.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s