Tari Tari : Chorale, énergie et ode à la jeunesse (tous ces trucs).

Je n’ai pas vraiment de rubrique « ça a l’air bien », mais je ne peux décemment pas à chaque fois parler de trucs débilous. De temps à autres, il faut bien que je vous fasse passer un petit coup de coeur.

Une des principales conséquence de mon voyage au Japon, après avoir été bombardé de publicité tapageuse et d’incitation à consommer des animus pendant un mois (dans le métro, le train, les superettes, la rue, sur les serviettes, les slips et les plaques d’égout -ne sous-estimez jamais la capacité des nippons à faire de la pub partout) a donc été de me faire une énorme cure d’animation japonaise. Et comme à chaque fois, difficile de savoir par où commencer. Comme j’ai tendance à bien aimer les animüs musicaux, j’ai choisi de regarder Tari Tari (2012), en pensant que ça serait un style de K-On avec une chorale. Jetez-moi des cailloux, mais j’aime bien K-On. D’une manière purement naïve et non sexuelle, d’ailleurs, tiens. Je trouve juste ça joyeux et chantant.

CET ARTICLE CONTIENT DES SPOILERS A PROPOS DE CETTE SÉRIE OU HONNÊTEMENT LES SPOILERS ON S’EN BAT LES STEACKS

69rMulb

C’EST QUOI ?

Un anime semi-obscur de l’été 2012 (d’après mes critères très antihype, c’est récent) ayant pour thème le chant choral et le passage à l’age adulte.

DE QUOI CA CAUSE ?

Konatsu, petit bout de fille discrète mais énergique, s’est fait virer de son club de chorale du lycée pour s’être (non littéralement) chié dessus lors d’une représentation officielle. Malgré sa demande de réintégration, elle se voit opposer un refus par sa prof et décide de profiter de son dernier été au lycée pour former une sorte de club de chant parallèle avec divers outcasts de son lycée (une ancienne musicienne traumatisée, un étudiant japonais awkward vu qu’il a passé toute sa vie à l’étranger, une cavalière privée de compétition parce que trop lourde pour être jockey et… Un joueur de badmiton qui traîne surtout dans le coin parce qu’il est amoureux de la cavalière.

Un anime de bonne humeur sans être idiot. I WANTO TO BERRIVE
Un anime de bonne humeur sans être idiot. I WANTO TO BERRIVE

La série, très brève (12 épisodes avec une fin définitive n’appelant aucune suite), raconte l’été de cette bande de chanteurs amateurs et de leurs diverses tentatives pour trouver des endroits ou chanter. Chaque épisode se concentre sur un ou deux personnage en particulier, explorant son passé, ses troubles intérieurs et blablabla, et se terminant souvent par un petit tour de chant. Loin d’être une bête comédie d’été, Tari Tari invite aussi à l’intrigue des théories assez sombres (la mort et la maladie sont assez présent, les rêves brisés sont au cœur du plot et la dureté du système scolaire nippon est assez finement brossée). Le ton reste cependant énergique et léger à l’image de ses personnages résolument tournés vers l’avenir, mais c’est beaucoup, beaucoup moins tartignole que ce à quoi je m’attendais. La présence équilibrée d’adolescents en pleine mutation et de personnages adultes confrontés à leurs propres limites et difficultés est particulièrement smooth.

EN PRATIQUE, C’EST COMMENT ?

C’est du P.A Works, donc ça tient la route. Ce sont eux qui ont aussi fait les excellents Hanasoku Hiroha, Professeur Layton le Film et autres Canaan. Même s’il a aussi fait des merdes comme Glasslip, le studio a quand même plutôt bonne réputation en ce qui concerne la partie technique. Tari Tari est manifestement un peu fauché, mais ça reste propre. L’animation, l’acting des doubleurs, la mise en scène, c’est nickel. Pas mémorable, mais ça se fait toujours oublier. Le chara design est peut-être ce qui est le moins convainquant, avec des personnages qui ont tous tendance à avoir la même gueule et des proportions parfois un peu bizarres.

La partie musicale, qu’on attend quand même au tournant quand on cause d’un anime sur ce thème, est abordée de manière assez étonnante. La ou K-On se forçait à avoir la chanson de la semaine (souvent toute pétée, il faut bien l’admettre), Tari Tari prend son temps. La musique a beau être la préoccupation du club, ils passent autant de temps à s’entraîner et à échouer qu’à enregistrer 12EP en 12 épisodes. L’anime mise plutôt sur quelques morceaux bien répartis au sein de la saison que sur une débauche de J-Pop cheapos. Au contraire, la bande son propose une belle variété, avec l’étonnante présence de musique sud-américaine bien intégrée dans un des arcs narratifs (mettant à l’honneur des vieux, c’est rare dans un anime de ce type). D’épisode en épisode, les mêmes phrases musicales sont répétées de mieux en mieux, au fil des progrès du groupe. Jamais on ne va nous faire croire qu’ils vont finir par faire l’ouverture du Superbowl : c’est pas du tout l’enjeu. Qu’ils jouent dans un petit gymnase à la con ou devant les gamins du quartier, c’est vraiment le processus qui va transcender ces lycéens en futurs étudiants via une passion commune qui importe, et ça fonctionne à merveille.

VERDICT ?

Tari Tari est vraiment très cool. Plus dynamique et moins sérieux qu’un Kids on the Slope, mais moins gnangnan que la plupart des animes sur la musique, plus réaliste qu’un Beck sans pour autant négliger la part de rêve. Aucune chance que Taari Tari fasse date, puisque l’anime assume parfaitement son rôle d’agréable bouche trou estival. Ceci dit, ne nous leurrons-pas, ni vous ni moi ne profiterons de cet anime à l’aube des beaux jours de ce printemps 2015 : Tari Tari n’ayant aucune distribution française physique ou dématérialisée, je ne l’ai, bien évidemment, pas vu.

A noter l'existence d'un manga qui, d'après ce que j'ai compris, est meh.
A noter l’existence d’un manga qui, d’après ce que j’ai compris, est meh.
Publicités

2 réflexions sur “Tari Tari : Chorale, énergie et ode à la jeunesse (tous ces trucs).

  1. Haha ! Idem d’en avoir parlé, en plus j’avais pas tout vu à l’époque, juste quelques épisodes par-ci par là quand c’était diffusé sur -je crois- Nolife.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s