D’autres grilles d’analyse du genre en média : Le test de Mecdel et le test Arom

Je voulais vous parler de ça depuis un moment parce que ça me trotte dans la tête et que j’ai lu un article sur Perdusa qui y faisait allusion, du coup j’y ai repensé, et du coup vouala.

Bonjour, donc. Je ne vous ferais pas l’offense de vous définir ici le test de Bechdel. Ou alors si ? Je ne sais jamais avec exactitude à quel point mon lectorat est ignorant de ces choses. Disons que si j’en crois les mot-clés utilisés par certains pour arriver ici, c’est quand même globalement pas brillant.

Donc, le test de Bechdel (lancé comme un style de gag dans un strip des années 80 dessiné par l’excellente Alison Bechdel dont vous devez impérativement au moins lire le Fun Home). C’est une proposition toute bête qu’on peut appliquer à n’importe quel média (même si au départ on parle de cinéma, rien n’est plus amusant que de l’appliquer aux jeux vidéo) :

SI

1) Deux femmes sont nommées
2) Ces deux femmes ont une interaction verbale entre elles
3) Cette interaction ne consiste pas à parler d’un homme

ALORS

L’oeuvre passe le test. Vous vous doutez bien / vous savez déjà qu’un nombre vraiment très très élevé d’œuvres ne passent pas ce test. Bien sûr, le test n’indique pas qu’un film soit ou non sexiste : un film historique dans un sous-marin, dans une prison pour hommes ou dans un monde ou toutes les femmes auraient disparu suite à un virus passerait pas le test sans que ça dise rien sur l’intention du créateur vis à vis des femmes. De même, un film où deux échappées des Marseillais à Ibiza parleraient de leurs nichons pendant 1h30, ça serait pas le top du top de la déconstruction des stéréotypes de genre. Simplement, que ça soit numériquement ou qualitativement, les femmes sont les grandes laissées pour compte du cinéma -et d’autres médias-, et c’est ce qu’illustre cette proposition toute bête. Vous seriez étonnés de savoir qu’une proportion importante de « films pour filles » ne passe d’ailleurs pas ce test (puisque dans de nombreuses comédies romantiques, il arrive que les personnages féminins ne parlent que d’hommes pendant deux heures).

Bon, tout ceci a déjà été débattu et redébattu alors je vous en fait pas des tartines. Stuffed into the fridge, tout ça. C’est pas du test de Bechdel dont je voudrais vous parler, c’est du nombre infinitésimal d’oeuvres qui passent le test de Bechdel inverséRendons à César et parlons de Test de MecdelOn va considérer qu’une oeuvre le passe si une seule de ces conditions est remplie :

1) Il n’y a pas deux hommes avec un nom dans l’oeuvre.
2) S’il y a deux hommes avec un nom, ils ne parlent pas ensemble
3) S’ils parlent ensemble, ils parlent d’une femme.
(si j’étais hardcore je rajouterai un 4 : le personnage principal n’est pas un homme, pour éviter le côté « hey 99% du cast est féminin, mais le héros est encore et toujours équipé d’une zigounette »).

Parfois, c’est de la triche.

 

Je me suis creusé souvent la tête pour essayer de lister les œuvres qui passeraient le test de Mecdel et qui ne soient pas My Little Pony (dont la plupart des épisodes passent le test, les poneys masculins étant peu nombreux, ne parlant que peu entre eux et très rarement d’autre chose que d’une ponette). Il y en a, et elles sont assez variées. Bayonetta, certains épisodes de Buffy ou la quasi intégralité de la série anglaise Call the Midwife dont je serai amené à vous reparler parce que c’est trop cool. Les jeux Science Girls, Bleed ou Gone Home, quelques romans de ma bibliothèque comme Moi qui n’ai pas connu les hommes , le film Sexmission ici chroniqué (ou dans mon souvenir les deux personnages ne parlent que de femmes entre eux), Boulevard de la Mort, probablement la plupart des épisodes de la série pour ado Awkward (le cast masculin n’interagit que très peu ensemble sauf pour parler de leurs copines). Peut-être Sex and The City, j’en sais trop rien.. Mais amusez-vous à repasser l’intégralité de ce que vous avez vu ces cinq dernières années, et constatez avec étonnement que presque jamais aucune oeuvre ne passe ce test. (nb : beaucoup de jeux vidéos le passent involontairement faute  de dialogues :))
Bien sûr, si on la joue hardcore et qu’on ajoute ma condition 4 (le protagoniste n’est pas un homme), ça exclut tout un tas d’autres œuvres (de type Harem) comme Love HinaY the Last Man ou de nombreux épisodes d’Adventure Time (vous ne m’en voudrez pas, mais je considère que Jake n’est pas « un homme », c’est un putain de clebs. Du coup de nombreux épisodes sans le Ice King doivent passer le test de Mecdel non-hardcore). Et bien sûr, tous les jeux de drague.

Par contre, Adventure Time ne passe ABSOLUMENT PAS le test Arom. A quasiment aucun putain de moment. Keep Scrolling

 

De la même manière que le test de Bechdel n’est pas une jauge de sexisme, le test de Mecdel ne l’est pas non plus (Duke Nukem passe haut la main le test -sauf la condition hardcore. A l’inverse, Portal aussi). C’est juste toujours étonnant de constater que les réflexes d’écriture de l’immense majorité de l’entertainment mondial vont faire pencher la balance d’un côté et pas de l’autre.


Encore plus rare, vous savez, est le test « Arom« . Rendons encore une fois à César : le nom est de moi mais il s’agit d’un postulat fait par Karnath, un ami à moi qui désormais vit près d’un marché Bio Amish et étudie des poissons dans le New Jersey (tout cela est un peu confus pour mon esprit littéraire et ma première année de DEUG en géographie mais bref, il fait de la science au loin).
Il s’agit de démontrer que l’Humanité entière est absolument accroc au couple, à la romance et à tout ce qui tourne autour, et qu’elle est quasiment incapable de produire en grand nombre des œuvres utilisant d’autres émotions humaines à l’exception de celle-ci.
En gros, son idée est la suivante :

-> Il n’y a AUCUNE oeuvre de fiction ou presque ne contenant pas AU MOINS un plot ou subplot romantique.

Si une oeuvre n’a aucun subplot romantique, elle passe le test Arom. Quasiment aucune oeuvre ne passe ce test. J’entends par là :
-> Aucun personnage même secondaire ne veut se mettre en couple avec un autre
-> Aucun personnage n’est amoureux dans le sens le plus large et le plus vaste possible (allez, disons que les bromances et les sismances ne comptent pas).
-> Aucune princesse/prince à sauver par un personnage sans aucune motivation vaguement sentimentale.
-> La motivation des personnages n’est pas de venger une relation romantique tuée ou disparue / de se remettre d’une rupture
-> Aucune scène d’amour (ni de sexe, ne trichez pas en me sortant 1000 pornos gonzos de votre chapeau) n’est présente ou évoquée.

Arom pour A-Romantique, donc. Quasiment aucune oeuvre vaguement scénarisée ne passe ce test, y compris dans les œuvres à la violence la plus extrême. Les jeux vidéo Warhammer 40 000 le passent souvent à peu près (Hotline Miami aussi, si je me souviens bien ainsi que de nombreux épisodes de Tomb Raider. La plupart des chapitres des Vacances de Jésus et Bouddha s’en sortent bien. Étrangement -pour une oeuvre japonaise se passant en milieu lycéen mixte- tout Natsume Yuujincho/Le Pacte des Yokai à l’exception de quelques mini histoires par-ci par là (Dark Souls ne le passe pas, par exemple, si on s’intéresse vaguement au scénar). Bien sûr, il y en a d’autres. Mais c’est vraiment l’aiguille dans la botte de foin, surtout au cinéma. trouvez moi un film de guerre le plus brutal qui soit ou aucun personnage ne pleurniche sur sa femme perdue, tiens. Good Night and Good Luck à vous. *wink*

Natsume Yuujincho : 4 saisons, un lycée, des lycéens de sexes divers, et aucun subplot romantique.

 

Tous vos contre-exemples et votre mauvaise foi délirante sont les bienvenus dans les commentaires, ou sur Facebook, ou sur Twitter, ou par mail (espèce de maniaque bizarre). Tout ceci est basé sur les oeuvres dont j’ai connaissance, et qui ot une tendance fâcheuse à ne recouper que très imparfaitement la superficie totale des créations de l’esprit humain.

P.S : De manière amusante, dans les milliers de livres de ma bibliothèque, j’ai trouvé UNE oeuvre qui passe le test de Bechdel, le test de Mecdel ET le test Arom, il s’agit du seinen manga Claymore (on peut un peu chipoter sur Arom, mais c’est vraiment, vraiment une oeuvre qui essaye très très fort de le passer).

Publicités

8 réflexions sur “D’autres grilles d’analyse du genre en média : Le test de Mecdel et le test Arom

  1. Le perso principale de Hotline Miami a une copine, la camée qu’on trouve au début. Plus tard, elle est mise au frigo.

      1. Si je me souviens bien, il n’est pas dit qu’il y a romance ou acte sexuel entre le protagoniste et la fille, qui semble plus devenir une colocataire qu’autre chose. Aurais-je raté quelque chose?

        1. Dans mon souvenir c’était un truc comme ça m’enfin, le scénar de Hotline Miami 1, quoi, à part que des poulets me disaient de tuer des gens, je me souviens pas des masses de trucs.

  2. Tiens, première visite sur ce blogue, et je tombe sur un merveilleux article, et qui fait réfléchir en plus! Yaouh! \^o^/
    J’attends avec impatience ce billet sur Call the Midwife. 😉

  3. Je crois que, comme la sexualité est à l’origine de la vie, et que l’art est quelque chose de tellement vivant, il est influencé par ce qui le crée.

    1. Ok, mais ça reste très étonnant que même dans un film qui parle de comptables qui font du paintball et se font massacrer par des mutants radioactifs, il y ait des romances qui traînent 😀

  4. Je ne connaissais pas le test arom, et j’adore!!
    Surtout qu’on pense que les filles veulent juste voir ça, des histoires d’amour. Ado, deux de mes films préférés étaient « Young guns » et « Pointbreak » – et les histoires d’amour introduites (sauf dans le 2e young guns, merci!) me faisaient chier, vraiment. C’était juste du crêmage de trop sur le gâteau.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s