Avrelle à la Porte de Baldur Saison 2 Episode 2 : Fedex, Fedex Partout

Résumé des épisodes précédents : après avoir arpenté bien des sentiers douteux de la côte des épées, notre handicapée mentale préférée déboule à Baldur et se fait alpaguer par de mystérieux allemands.

Et les trucs habituels :

Le Facebook
le Twitter du studio IAK
Mon Twitter
Le Itunes pour tous les podcasts du Studio IAK
___

Commence donc la quête des voleurs, une quête qui était excusable par son contexte historique. En 1998, en effet, il n’était pas encore devenu totalement intolérable de faire des quêtes qui impliquent d’aller à x pour piquer y, le remettre à z qui en fait vous demande l’objet w pour trahir ñ et aller livrer les biens de @ à ¤.

01

Donc, voilà, ces gens avec des accents ridicules m’envoient aller chercher tout un tas de trucs un peu partout en défonçant tout sur mon passage.

1

J’ai droit aux petites surprises habituelles : au lieu des matelots bourrés armés de canifs, j’ai des hordes de zerglings explosifs qui me sautent dessus. Y’a pas à dire, c’est beau les mods.

2

Enfin, c’est beau les mods, mais ça peine à cacher que ce type, dont je viens de décimer tout l’équipage sans raison, me demande d’aller lui chaparder une bouteille de pinard pour me remettre je ne sais quel mumbo-jumbo.

3

Il se passe quand même des trucs marrants le long de mon périple, entres autres dans certaines boutiques « mineures ». Pour ça, faut vous replacer dans le contexte de la sortie du jeu : à l’époque, la ville de Baldur et ses huit jolis quartiers, c’était ENORME avec ne impression de vie complètement dingue par rapport aux jeux de la concurrence. La présence de tout un tas de boutiques inutiles et de maisons ou il ne se passait rien donnait une imression vertigineuse de se promener dans une mille fois plus grande que le joueur.

Bien sûr, ce maniaque qui a vraiment tenu très fort à rajouter un portrait à CHAQUE PNJ DU JEU donne parfois l’impression que certains de ces innombrables habitants ont perdu à la loterie génétique. C’est RP. Si, c’est RP j’vous dis. (au moins y’a pas de Minions)

4

Au milieu de cet océan de Fedex destiné à prouver que je veux empêcher Sarevok Lannister de s’installer sur le trône de fer, je me souviens que cette impression de vertige était aussi donné par ces événements qui vous tombaient dessus à tous les coins de rues, certains faisant écho à des trucs survenus des dizaines de jours de jeu plus tôt, comme cette confrontation avec des survivants du Bois-Manteau…

5

Qui sans surprise n’aura pas vraiment tourné à leur avantage (voir la cadavre ci-dessous, encore vêtu de son armure parce qu’à un moment donné, étant la première fortune du royaume, je me voyais mal continuer à ramasser toutes les bottes en crotte de vache+1 qui traînait par terre).

A peine une seconde plus tard, alors que le sang ruisselle encore de nos épées, un dandy nous aborde avec plein de nouveaux avis de passage du facteur à distribuer. A croire qu’ils sélectionne avant tout les crétins sanguinaires qui ont la chance de passer devant eux.6

J’ai beau prendre note de tous leurs problèmes, tous n’ont pas vraiment de solution. Ainsi, certains me demandent purement et simplement de chercher des objets pas implantés dans le jeu, victimes de mods pas fini. C’est pas comme si j’avais vraiment vérifié l’état d’avancement à chaque fois que j’en installais un, non plus.

A l’inverse, certains concepteurs de mods pour Baldur’s gate 2 (cf la saison 12 and a movie d’Avrelle, erm) ont poussé le délire jusqu’à implanter une sorte « d’intro » dans BG1, semant quelques PNJ dans la ville qu’on retrouvera sans doute plus tard, à Athkatla.

7

Tous ces aller-retours dans la ville, multipliés par le nombre de mods-fedex, ont rapidement un effet fâcheux : déclencher la quête de l’empoisonnement. Celle-là, je ne l’ai jamais, mais alors jamais aimée. En gros, alors que Baldur’s Gate est un jeu assez chillaxe où on est jamais aussi tranquille que les cinq minutes avant que la lune s’écrase, un salaud vous informe qu’il ne vous reste plus que 24H à vivre (en gros, quelques dizaines de minutes de jeu avec impossibilité de se reposer au milieu).

Devinez quel merveilleux procédé va utiliser cette quête pour vous faire circuler un peu partout dans la maison qui rend fou ? Eh oui j’en vois un qui a levé la main au fond : le FEDEX. Du coup me voilà en train de faire des quêtes de livraison dans des quêtes de livraison, que dis-tu de ça Christopher_Nolan ?

8

Je dis que je n’aime pas cette quête, mais c’est surtout parce qu’elle me stressait quand j’étais petit. En vrai, elle est assez cool, avec plein de façon différente de la résoudre, la plus simple étant de péter le RP du jeu et d’aller directement chercher l’antidote.

Mais j’ai décidé de e pas faire comme ça et d’utiliser l’absence d’intelligence d’Avrelle pour adopter quelque chose entre la stratégie d’intimidation et le bourrinage pur et dur. En gros tout ce qu’il a été possible de faire de manière reloue, je l’ai fait.

9

(Pendant ce temps, Imoen se demande si les Indiens ont les cheveux roses, tout va pour le mieux)

10

Erm, fin de l’entracte : je déboule donc partout en gueulant que je veux des soins, et tout le monde m’envoie voler des trucs comme s’il n’y avait pas d’autre moyen de régler ses affaires que d’employer une bande d’aventurier mourants.

11

J’avoue qu’à un moment donné, c’est devenu lassant. La seule condition minimale pour réussir la quête ayant été remplie (aider un PNJ précis dans tous ceux impliqués), j’ai fini par envoyer chier les autres.

12

Il faut dire que ça a l’air facile comme ça, mais le tout est surtout constitué de longs dialogues, de phases d’infiltration et/ou de baston redondantes et parfois de pixel hunting. Donc, dès que j’ai eu le tuyau de l’emplacement de l’assassin, j’ai pas attendu, hop, direction la Sirène Rougissante… Ou un grunt dont j’avais oublié l’existence me tombe dessus.

13

Après l’avoir dérouillé avec politesse, je retrouve mon assassin, et essaye de faire genre il me fait peur mais bon en vrai, si vous suivez cette série depuis longtemps vous savez bien ce que je pense des monstres vanilla et leur incapacité à résister longtemps à des personnages cent fois plus puissants qu’eux.

14

Ahoye, nous buvons donc tous l’antidote au poison que cet imbécile d’assassin avait inexplicablement conservé sur lui. Tout ça pour s’en sortir avec 650xp et trente sous-merdes de plus dans le journal de quête, honnêtement, tout augmente sauf le respect.

15

C’est une Avrelle un peu trop vieille pour toutes ces salades qu’on retrouvera dans la Saison 2 Episode 3 : Réglez vos conneries par vous-même, pitié ! (dispo le 14 septembre)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s