Vous ne saviez pas que vous vous en foutiez (article avec des trucs violents sur la guerre, venez pas pleurer après)

Bonjour les enfants

Mmm mmm MMmmm

Avez-vous une idée, même vague, de ce qu’il se passe en Syrie depuis 2011 ?
Allez, vous prenez un crayon et un papier, et vous m’écrivez une petite dissert sur le thème « Qu’est-ce qu’il se passe en Syrie depuis 2011 ? ».
Ok, on laisse passer cinq ou six heures et on ramasse les copies ?



*corrige corrige corrige*
ok, alors toi, au fond, qui a écrit « JE SER PAS LOL« , au moins, tu es honnête. C’est bien, 2/20 pour l’encre. Retourne brouter le radiateur.
Les autres, là, au milieu de la salle qui m’avez répondu des variantes de « heu c’est la guerre et après heu c’est le printemps arabe après je sais pas trop mais à un moment donné c’était l’Etat Islamique et bachar El-Assad heu en tout cas c’est moche et ça pique et maintenant on a des réfugiés« , c’est sans doute un peu mieux, mais je n’irai pas jusqu’à dire que vous avez bossé votre sujet.
Alors toi, le petit teigneux dans le coin qui a dit « Les chrétiens sont persécutés et tout le reste n’est que manipulation sionisto-communiste pour détruire l’Europe Chrétienne dont Bachar El-Assad était le rempart oriental« , j’aimerais bien te voir après les cours parce que la madame de l’infirmerie et le gentil psychologue de l’école veulent te parler.

Quand à toi le boutonneux au premier rang qui a récpondu « c’est un conflit complexe issu d’une révolution civile qui a été sciemment transformé par le pouvoir alaouite en place en une guerre à base socio-confessionnelle et dont la conséquence directe a été un effondrement général du pays ayant permis l’implantation de l’Etat Islamique, mouvement millénariste apocalyptique fondamentaliste sunnite, avec pour corollaire une multiplication des fronts et un soutien de la communauté internationale aux Kurdes afin de leur permettre de créer une zone de sécurité sans se mouiller avec une faction peu présentable, ainsi que l’intervention brutale des pays du golfe auprès des rebelles sunnites plus ou moins modérés et des Irakiens auprès des alaouites« , c’est bien, mais tu feras quand même une heure de colle sale fayot.

Liste des gens qui ne devraient jamais rejoindre l’éducation nationale : moi, les gens de ce film.

Bon, bref, soyons sérieux, tout le monde s’en fout de la Syrie. La dernière fois que ça vous (quand je dis vous, c’est un « nous » collectif, pas toi le fayot qui lève la main, décidément tout pour se faire remarquer, fayot) a intéressé, c’est il y a presque un an, quand les Kurdes (gentils) ont gagné le siège de Kobané contre l’Etat Islamique (méchants). Déjà moins dans toutes les batailles qui ont eu lieu après (Ain Issa, Sarrin, Jarablous, tout ça tout ça) . De temps en temps on vous informe que ledit état Islamique a décapité/explosé des gens, ou des temples, ou des trucs. Et une fois de temps en temps que Bachar El-Assad a lancé des barils explosifs sur des gens. Mais, vraiment, vous vous en foutez, comme vous vous foutez de l’Irak, ou il se passe sensiblement la même avec d’autres acteurs. Du coup, d’un coup d’un seul on vous annonce que l’Iran est redevenu gentil et que par contre l’Arabie Saoudite sont suspectés d’être les nouveaux méchants. Et les Turcs on sait pas, ils lancent des trucs partout comme Donkey Kong. Ah mais j’oubliais, on s’en fout.
Vous vous en foutez parce que la neige, la canicule, le mercato, les guignols, les Balkany, mon Internet qui rame et j’en passe. C’est normal, c’est loin, c’est incompréhensible (définissez-moi le mot « alaouite » s’il vous plaît. Dictionnaire interdit. C’est chiant hein, personne a envie de faire ça), ça fait des années et des années que ça dure, et honnêtement, on a pas envie de penser à ce genre de choses. Ni vous, ni moi, ni personne tant qu’on a pas un morveux parti se faire sauter là-bas parce qu’il s’est fait retourner la cervelle par un cinglé. C’est LOIN.
Ce n’est pas un repproche. C’est juste que, je crois, on est comme ça. Et tout nous pousse à la dépolitisation, alors pourquoi on s’intéresserait à ce pays paumé, désertique, plein de communautés qu’on comprend pas et manifestement rempli de gens méchants qui se foutent sur la gueule ? Cette zone ne fait aucun effort, personne ne sait même si elle est en Asie, au Moyen-Orient, sérieusement, wtf Syrie fais un effort.
On a beau vous avoir sans doute dit un jour qu’un tiers des habitants de la région étaient devenus des réfugiés, vous n’avez pas pour autant imaginé vingt millions de français sur les routes. On a beau vous avoir dit qu’il y avait eu cent, deux cent, trois cent mille morts lors de cette guerre, vous n’avez probablement pas imaginé la disparition définitive d’une personne sur cinquante dans votre entourage. Et quand on vous a parlé, comme ça, dans une brève, de deux millions de blessés permanents, vous n’avez pas imaginé la classe de votre gosse ou un élève sur dix serait aveugle ou muni d’une prothèse.
C’est en Syrie, c’est loin, c’est compliqué.
Deux pays ont été quasiment rayés de la carte. Des villes millénaires sont en ruines, la production, l’éclairage, les flux d’information ont été réduites de 80%, il y a la famine, le typhus, et nulle part où aller. Tout est foutu. Les seuls coins qui ne sont pas en petits morceaux sont les rares enclaves alaouites encore tenues par Assad (Lattaquié, des coins comme ça dont vous ignorez l’existence). Dans les zones kurdes, c’est safe, hein, sauf quand un type joue au camion explosif dans un pique nique bondé une fois de temps en temps. En Irak, vu que c’est quasiment du non-stop depuis douze ans, on va même éviter d’aborder le problème. Les pays voisins ne sont pas un refuge. Les gens qui partent sont des pères de famille, des vieux, des enfants, des malades. Leurs amis sont morts, leur travail a disparu, leur maison, leur village, leurs amis, il n’y a plus rien. Leurs enfants ne vont plus à l’école depuis des années, il n’y a plus d’école. certains sont restés pour se battre, et il en meurt tous les jours. Certains sont restés sur place, sous le joug d’untel ou d’untel, parce qu’au moins, ils peuvent manger et il ne pleut plus des roquettes, des barils ou du gaz, en attendant que BHL et Nadine Morano ne vienne les sauver et leur apporter la vérité et la liberté.

On s’en fout. J’insiste, ça perturbe pas nos céréales du matin, même quand on en entend parler, on s’en fout.

Si on devait penser à ça tous les jours, on deviendrait probablement fous à lier. Difficile d’imaginer comment eux ne le deviennent pas, alors on imagine pas, et on retourne faire autre chose, à des choses plus proches, à la fête de la musique, à la manif des tracteurs ou à Jean-Vincent Placé.

Et puis pouf, un jour, ça devient notre problème. Ça devient une « fuite d’eau » comme a dit un type qui a quand même eu les codes de la mallette atomique. Ça devient une bande de marlous qui, vous vous en doutez, n’a qu’une idée en tête : la CMU et le RSA. C’est fou, quand même, après quatre ans passés entre des égorgeurs et des bombardiers, ils sont quand même bien malicieux, à vouloir comme ça nous piquer nos boulots et renverser notre civilisations. Sacrés syriens, quand même. Filous.
Mais il semble qu’à ce stade, on s’en foute encore. C’est loin, c’est en Hongrie, c’est ailleurs, c’est pas vraiment dans notre jardin. Calais, mais qui habite à Calais, hein, et toutes ces sortes de choses. Il va bien se trouver quelqu’un en Laponie pour régler le problème. Les politiques-y-zon-ka. A ce stade, ils sont sous notre nez, presque, mais bon, ils ont encore le bon goût de rester vivant, alros ça va, sérieux, on s’en fout. Tant que tu restes vivant, t’es pas vraiment un être humain, t’es juste une variable, une fuite d’eau, un appel d’air un truc dans ce goût là. On peut débattre de manière tout à fait feutrée entre gens bien pour savoir si t’es un migrant ou un réfugié, et plus important, lequel des deux constitue une insulte. C’est sympa d’être un appel d’air, c’est quand même mieux que d’être de la chair à canon, quand t’y penses. Tu pourrais au moins dire merci.
Un jour, quand même, parce que ces gens là ne savent décidément pas rester propre, ça commence à mourir. Pas mourir dans des bateaux loin qu’on voit jamais, hein. Mourir dans des camions, là, chez nous, beurk. Et pis salement, en plus, pas par diabète, AVC ou manque de followers comme les gens normaux.
Et puis en plus, c’est même plus des adultes avec des moustaches avec le projet de vie de traverser la moitié de la planète à poil pour bénéficier de l’Aide Médicale d’Urgence sans même attendre qu’on ait fini de trancher. Alors sont-ce des migrants (ouh, beurk c’est sale mais quand même ils ont construit la France et tous ces trucs de bachi-bouzouks) ou des réfugiés (oh la la on a une tradition d’asile mais quand même et la citation de Rocard, est-elle exacte, où la tronquer et quels sont ses réseaux ?).
Maintenant, c’est des mômes. A croire qu’ils ont le malin en eux, ces morveux. C’est embêtant que ça soit des petits, on est quand même un peu obligés de les aimer, les gosses. Ils sont petits, on en a été, on en fait parfois, enfin, faut croire que ces sacrés marmousets, on peut pas s’empêcher d’être un peu triste quand ils clabotent.


Heureusement que là, maintenant que c’est des gosses et qu’ils crèvent sur nos plages et nos autoroutes, on sait quoi faire, on a des idées (mais pas de pétrole) ! On est des bons, nous, on mange pas de ce pain là. Alors on va mettre la photo des gens dans les camions la tripaille à l’air, la photo du petit noyé qui aurait sans doute été ravi, enchanté du haut de ses trois as de se retrouver dans la timeline d’inconnus avec ses p’tits poumons plein d’flotte, et on fait ce qu’on sait bien faire parce que quand même quand on nous montre de la tripe on est bien d’accord : OH LA LA C’EST PAS BIEN (avec un Minion qui fronce les sourcils, tiens, parce que c’est vraiment pas bien même les Minions ils savent que c’est pas bien). Et on partage, dès fois que tous nos amis ne soient pas au courant qu’on a de jolies photos de cadavres à leur montrer, seuls 5% des vrais humanistes partageront ça, comme aurait du Thomas More. Rien de tel qu’un cadavre pour s’indigner. Rien de tel que la tronche défoncée d’une inconnue contre les violences conjugales, qu’un fumeur en train de dégobiller du sang contre le cancer. C’est de la bonne pédégogie, ça, tellement bonne qu’une fois que c’est fait, on peut dormir tranquille. A se demander pourquoi on ne montre pas plus de cadavres en cours d’éducation civique. Des vrais, tant qu’à faire. Un clodo ramassé dans le rue, je sais pas. « Regardez les enfants, ce type est mort, alors, vous en pensez quoi » ?
Ouf, je n’ai pas rien fait, j’ai bien montré ces morts comme il se doit sur Facebook et Twitter. Sur et certain que ça fera réagir qui de droit. Je ne m’en fous pas, vous avez vu ? Hein ? Vous avez vu ? NON ? MAIS JE DOIS METTRE CE CADAVRE EN PLUS GROS ALORS ? (attendez, en browsant je vais en trouver un mieux, vous inquiétez pas)

haha ses tro vrér

Un jour, peut-être, cette crise finira, ou on se mettra à électrocuter les migrants sur les Iles Grecques pour leur passer le goût de venir mourir sur nos aires de repos, enfin bref, un jour, on va arrêter d’en parler et ça sera le bordel ailleurs, je ne sais pas où, c’est pas les zones qui manquent.
Vous vous en foutrez, mais ne manquerez pas de crier un petit « oh » quand des sales types feront sauter la basilique saint-truc sur le site du royaume légendaire de bidule. Et puis ça sera de nouveau Cannes, les chtis, la taxe foncière, la saison des transferts et le nouveau Nothomb. Les gentils du moment seront identifiés, on balancera des armes un peu partout, des missiles encore un peu partout, et puis bon, vous savez la Grande Muette elle a ses façons de faire, elle aime pas bien qu’on la regarde de trop près mais vous en faites pas, ça aura déjà arrêté de vous passionner, et on s’en foutra jusqu’à ce qu’une nouvelle Horde d’Or en guenille s’échoue dans notre arrière-cour.

Tiens, au fait, il me restait une copie, de l’interro du début. C’est l’enfant spécial avec son p’tit casque de la classe adaptée qui a écrit « Les problèmes actuels ne résulteraient-ils pas des politiques de gestion du Moyen-Orient par les vainqueurs de la première guerre mondiale, comme en attestent la création d’etats confessionnels à l’époque, ainsi que de la Guerre Froide et de la gestion américano-européenne des équilibres sociaux, religieux et économiques dans la région à compter du onze septembre » ?
Le genre de copie, même pas illustrée par un enfant décapité ou une vieille mutilée, qui donne envie de biffer l’ensemble et de juste répondre « tout le monde s’en fout ».

Publicités

Le lundi, on regarde l’avancée des travaux #1

Bonjour à tous !

Comme vous le savez, je suis en train de bosser sur une refonte du site pour la fin de l’été. Et, chose promise depuis longtemps, ça s’accompagnera de la sortie de N’Importe quoi ?! Volume 1, un recueil gratuit et semi-honteux de texte de jeunesse qui sera téléchargeable gratuitement ici et partout ailleurs (peut-être pour un sou symbolique, j’en sais rien, en tout cas ici ça sera gratuit). Il y aura aussi un volume zéro, réservé aux illuminatis.

Comme le travail n’est pas encore très avancé, voici juste un tout petit début de teaser. C’est beaucoup de travail parce que quand même, c’est ce qui se rapproche le plus de mettre les mains dans le caca pour trier les différentes sortes de cacas.

ibpiuc2015

Au fil des semaines, vous serez informés des avancées des projets.

En attendant, je vous laisse méditer sur cette pyramide de Maslow complétée en cinq minutes par mon esprit embrouillé et fatigué.

Edit : il y avait des fautes dans la connerie ci-dessous, je l’ai éditée.

maslow

Vivant, ça a l’air nul participatif.

Coucou les copains je suis vivant, je vais pas vous faire le coup du mec qui revient de voyage avec des commentaires du genre « ohmagad la sagesse de l’Orient vous pouvez pas comprendre voilà une photo de moi avec un bandeau Naruto mais quand même les japonais les tentacules hihihi moi je pourrais pas ». J’ai fait un million de photos, j’ai vécu plein de trucs, mais je sais pas comment en parler ici sans ressembler à tous les autres messages de gens qui ont parlé de voyage au Japon. Si jamais vous êtes particulièrement intéressés par mes images de panneaux de signalisation à Fukuoka, vous m’ajoutez sur Facebook, j’ai mis plein d’images de panneaux de signalisation (rien ne me passionne autant que les panneaux de signalisation dans les pays étrangers).

De toutes façons, au top du top de la hype, je devrais passer dans une émission de radio bientôt pour parler un peu de tout ça. Parce qu’il faudra vraiment débriefer ce moment ou on m’a posé une chouette sur la tête, quand-même, et que j’ai essayé d’expliquer qu’en France, ça se disait « Sugoi Bird ». Ce voyage m’a donné envie d’apprendre et de diffuser le Toki Pona

Vous savez quoi ? On va plutôt parler du prochain Ça a l’air Nul. J’ai décidé que ça serait sur un Jeu Vidéo, ça fait trop longtemps.

J’ai actuellement 163 jeux installés sur mon compte Steam (en fait, j’ai environ 400 jeux sur Steam, mais ne sont installés que les jeux auquel je n’ai pas encore joué, auquel je compte rejouer rapidement ou que je n’ai pas encore fini). Très peu ont l’air nul. Néanmoins, il y a une vie en dehors de Steam. Il y a LES SITES DE BUNDLE A LA CON

Vous savez, ces gros tas de jeux qu’on achète pour 1$ et qui ont l’air nul. Chers lecteurs, vous allez m’aider. Il y a actuellement sur Epicbundle 51 offre à la con, et moi, j’ai environ 5$ (fourchette très haute) à lancer dans une direction aléatoire. Mais ça ne sera jamais aussi aléatoire que si c’est VOUS qui décidez de ce que je vais acheter, essayer et vomir dans mes toilettes (pollutions à prévoir dans la Loire, mais osef on dira que c’est une plaie d’Egypte pour attirer les touristes).
Mes critères : Pas cher / Air Nul.

A éviter : évitez n’importe quoi qui soit multijoueur, j’ai peur des gens.

Voilà. Si j’ai plusieurs choix je me réserve de trancher par un lancer de dé. Si vous étiez des muffles et des mouflonnes (???) et que vous ne répondiez pas à ma supplique, j’appliquerai quand même le lancer de dé et le destin se chargera de ma sentence comme si on était dans Game of Thrones ou dans l’Epée de Vérité (je confonds toujours).

Bisous.

Les enfoirés et Geekopolis pourraient prendre le même avocat pour cinq raisons : la sixième va vous étonner.

Non, laissez-tomber, j’avais juste envie de parler de ces deux trucs, et il faut bien avouer que les titres pute-à-clic, c’est le nouveau Haïku.

D’une part, les Enfoirés. Enfin, je voudrais pas vraiment parler d’eux et de leur dernière bouse, mais plutôt des réactions outrées et courroucées que ça suscite dans mon entourage numérique. Bon. Je suis à peu près persuadé que vous le prendriez beaucoup moins mal si vous remplaciez les enfoirés dans leur contexte.
On a tous dans notre famille ou nos proches un vieux con ou une vieille conne qui passe son temps à se croire subtil et cultivé parce qu’à longueur de journée, il cite Audiard, Coluche et Desproges, la sainte trinité des vieux connards incapables de citer autre chose et qu’Audiard, Coluche et Desproges auraient probablement vomi de toute leur âme. C’est les mêmes qui crient au génie absolu devant Fais-pas-ci Fais-pas-ça, qui ont un ami arabe mais quand même, et qui passent leur temps à dire que la télé c’est de la merde tout en la regardant quatre heures par jour. Ils ont une haine globale et diffuse de tout ce qui ne se colle pas directement dans le moule de ce qui est tolérable et validé par les chaînes hertziennes, qui, d’ailleurs, ciblent leur putain de tranche d’âge.
Je vais pas ergoter, les Enfoirés, c’est diffusé sur TF1, pas sur Discovery channel. Leurs putains de disques, ils sont en tête de gondole à Auchan, pas en coffret Harmonia Mundi/Master studio chez Qobuz.
Les Enfoirés, c’est des vieux cons qui chantent pour des vieux cons. Il y a bien une histoire de prendre de la thune à des pauvres au profit d’autres pauvres, le tout sponsorisé par des super-riches TF1approved qui se collent un petit stickers deux jours par an « Je cœur les pauvres »  avant d’aller retourner planquer leur or chez les Gnomes de Zürich. Il y a peu de mots pour décrire à quel point c’est, de base, très #malaise.

Ok, est-ce que c’est la peine de jouer les damoiseaux effarouchés pour autant ?

John McGinley, exemple de personne soutenant une bonne cause très importante (la recherche contre le Down Syndrom) en se contenant de donner du temps et de l’argent plutôt que faire son autopromo en chiant par terre. Si, si, c’est possible.

Cette année, peut-être à cause de l’andropause, ou je sais pas quoi, ils ont fait une chanson pour insulter les jeunes. WHATEVER. Si vous voulez savoir ce que je pense de ce que la génération des baby-boomers pense de la notre, c’est pas un secret, j’ai écrit un livre à ce sujet. Dans les gens que je vois s’offusquer de ces grosses merdes chantantes, beaucoup ont l’air de découvrir que les Enfoirés ont un nom très premier degré. What did you expect, des vieux cons pétés de thune qui chantent pour des beaufs, ils vont pas adapter le Kalevala en poème épique et le chanter en Araméen. Ils se contentent de brasser des thématiques simples et faciles à digérer pour leur public de cul-terreux : les Jeunes sont des feignasses, on était la meilleure génération et tous les autres sont nuls lol.

De toutes façons, vos gueules, la moitié d’entre vous commencent à faire exactement la même avec « les jeunes ». Ah ces petits cons de Digital Natives qui baisent partout et vont faire le Jihad blablabla nous au moins on avait Ken le Survivant et pour voir du porno il fallait une passoire devant Canal +. Les sac à merde qui se mettent à encenser les années 90, les Boys Band, l’Eurodance et Vanessa Demouy alors qu’à l’époque, on avait jamais rien fait d’aussi couillon, dégradant et dégueulasse devraient surveiller leur langue avant de cracher à la gueule de la merde qui vient après, même si elle est pire.

Toutes les générations sont de la merde, et moi je filerai volontiers toute ma thune à quelqu’un qui ferait une chanson pour parler de ça (nb : c’est pas vrai).

___

Autre sujet, qui m’a néanmoins  diverti ces derniers temps, Geekopolis, la convention pour les riches, avec sa billetterie qui ressemble à un Kickstarter (en plus sexiste) et, globalement, son ambiance très « on ramasse le moindre centime partout ou c’est possible parce que vous savez, créer une conv par crowdfunding n’était pas assez abusé à notre goût ».

Il se trouve que la raison qui m’a fait trouver cette polémique marrante, c’est que l’année dernière, j’étais invité là-bas (j’avais gagné un concours de nouvelle), ce qui me laissait le droit d’entrer gratos (mais pas ma femme, faut pas déconner, elle a donc du faire la queue et payer 18 putain d’euros pour me voir recevoir mon prix).

Du coup, bah on a passé la journée là-bas. Et faut bien avouer que, objectivement, c’était super cool, de la même manière que passer un week-end en palace luxueux, ça doit être super cool par rapport à un dortoir de la FUAJ avec des estoniens bourrés qui gueulent.

Geekopolis, le fric, tu le sens partout. Les stands sont superbes et énormes et vendent des trucs ultra cher, y’a des animations de ouf, c’est énorme, et comme ça filtre les pauvres, y’a jamais d’embouteillage. Le contenu est vraiment dantesque, avec d’immenses salons thématiques (Technologie, Steampunk, Fantasy…), des Cosplays d’un niveau invraisemblable (normal ils sont fait par des gens qui ont dépensé sans compter, comme dirait Indiana Jones dans Rencontre du Troisième type, le célèbre film de George Lucas), et surtout, c’est très beau, avec plein de gentil personnel.

Et pour à peu près le même prix, tu peux te faire quatre jours de Solidays.

Du coup, on en était parti en se disant que c’était super objectivement cool, mais qu’il y avait pas moyen qu’on y refoute les pieds s’il fallait payer la somme demandée. Question de, je sais pas, de valeurs on va dire. Je me sentais un peu comme le Che dans une garden party des amis de Sarkozy. Ok, dans les deux cas, on est d’accord que ça parle de politique. Ok, incontestablement, la bouffe était meilleure qu’un burrito préparé par Castro au fin fond de sa montagne (vous savez le genre qui donne la Fidèle Gastro).
Mais ce côté « HEY ON SAIT QUE T’AS DE LA MAILLE TU SERAIS PAS LA SINON ACHETE LAPIN ACHETE », c’était chaud patate. Enfin, pas partout. T’avais des coin entier sans une boutique (genre le coin High-Tech, vraiment super), mais globalement, j’avais cette sale impression de « fous le camp sale pauvre », d’autant plus douteuse que le luxe du salon contrastait vachement avec les salles de conférence toute pourries ou on pouvait pas éteindre les lumières et ou rien marchait correctement.

Une question de priorité, je pense.

Pass Ultimate Steamdream"
HUHU BOOBS HUHU

Bref, ce billet mélangeait les Enfoirés et Geekopolis, vous rapprochez ça comme vous voulez dans votre tête.

L’étoile à cinq branches de l’humour

Tout est mieux avec des étoiles à cinq branches (vérité générale). Issue de très longues réflexions avec mon ami Hans Otto van Karnath Hasvers (qui a les clés de ce blog s’il veut mettre des trucs dessus), j’ai établi récemment un système parfait, définitif et nobelisable de classification de l’humour.

Le constat de base est que la plupart des choses drôles sur Terre sont causées soit par de la misère humaine, des secrétions corporelles ou des objets qui tombent où frappent des choses. Comme les humains sont une race formidable, la civilisation terrestre à ajouté à cela le langage et l’absurdité, car seule une race aussi raffinée que la notre peut trouver drôle une chèvre sur une planche de surf.

Voici donc L’étoile à cinq branche de l’humour.  Merci de classer toutes vos blagues comme ça, à présent.

humour1

Sous misère humaine, je regroupe les différentes variations de tout ce qui fait que des gens souffrent : violence drôle ou pas, difformités, blague sur le statut social, le sexe, etc. En gros c’est le gros sous-groupe de l’humour basé sur de la méchanceté. C’est un humour qui marche étrangement bien en France, mais c’est aussi basiquement ce qui sert de ressort à la plupart des Sitcoms américaines. C’est aussi la base de la plupart des livres de blagues, et des procès liés à des humoristes.

Sous l’item Pipi-caca, je considère qu’il y a tout ce qui est à base de fluide corporels, donc j’y inclus les rapports sexuels, le vomi le cérumen, etc. C’est un humour qui marche très bien auprès des enfants de 0 à 7 ans, des japonais et des alcooliques (et de moi, bien que je ne sois aucune de ces trois choses). C’est l’humour qui a le plus de chance de vous faire perdre des amis si vous êtes adulte.

Sous Grammaire, je regroupe ce trait assez inégal consistant à faire des blagues à partir de mots, y compris l’orthographe, le lexique, les approximations auditives. C’est un peu un sous genre parce que les blagues se rapportent souvent à une autre catégorie, mais pas toujours (les paronomases par exemple, c’est drôle, mais pas nécessairement pipi-caca, violent ou absurde). C’est inégal, parce que ça dépend beaucoup de la langue que vous parlez. Beaucoup d’humoristes français ringards ou morts utilisaient cet humour, qui marche aussi bien auprès des nerds, de 9gag, des belges et des gens qui veulent faire des blagues sans offenser personne. Se marie très bien avec d’autres formes d’humour : c’est un peu le tofu de la blague, ça s’adapte à toutes les saveurs, mais ça plait pas à tout le monde.

Absurde, c’est le constat qui part du principe que des gentlemen prenant le thé avec un éléphant habillé en ninja qui passe derrière c’est drôle en soi, et que ce n’est pas de la misère humaine tant que les gentlemen ne sont pas blessés et gardent leur dignité. C’est un humour qui marche bien avec les Anglais, les Scandinaves et les drogués. Forme particulièrement ardue qui nécessite d’être capable de mettre en scène des choses absurdes sans pour autant que ça vire au discours délirant d’un clodo qui parle tout seul dans la rue (ce qui devient de la misère humaine).

Et enfin la gravité c’est tout ce qui implique le déplacement d’objets de manière drôle (chute et choses qui tombent sur des gens ou d’autres choses, essentiellement). J’ai cru lire quelque part qu’on trouve ça drôle parce que quand le cerveau ne sait pas quoi faire, il rigole, et que tout ce qui est à base de chute fait que le cerveau ne sait pas comment réagir. Cet humour est très prisé des enfants, des attardés, des réalisateurs de cartoons et des programmateurs de la TNT qui diffusent des vidéos de Youtube de gens qui tombent ou d’animaux qui se cognent dans des trucs.

Voilà quelques exemples. Comme vous avez la template, vous êtes libres de faire pareil.

humour2 humour3 humour4 humour5humour5

Quelques conseils pour ceux qui voudraient survivre aux prochains jours :/

Je ne me sens absolument pas compétent pour dire quoi que ce soit de pertinent sur ce qui vient d’arriver à Charlie Hebdo. Bien sûr, je pourrais enfoncer les portes ouvertes qui consistent à décrire en long en large et en travers ma dépression et ma tristesse et ma colère, et tout les trucs du même style, où je pourrais coller des bandeaux de soutien partout, où écrire un gros pâté sur la liberté d’expression, ou me souvenir de Cabu à la télé quand j’étais môme, etc etc. Mais je suis à peu près persuadé que des tas et des tas de gens bien feront ça tellement mieux que moi. Moi, au fond, j’ai conscience de mes limites : je sais parler de moi, je sais faire des blagues ou faire des reviews de nanars Philippins, je sais écrire des romans de SF déprimante, des Haïkus ou des micronouvelles, mais être pertinent sur un sujet comme ça, je me sens pas.
On va juste dire que je suis un mec normal et que je me sens comme vous, quoi, pas bien du tout.

J’aimerais quand même parler depuis la seule perspective que je connais, c’est à dire mon cul sur ma commode, pour évoquer les jours à venir. C’est ma propre thérapie, et comme je suis semi-névrosé, je la fous là, sur mon blog, comme ça c’est semi-public. Je crois que tout le monde va devenir dingo, c’est déjà en train d’être le cas . Au moment ou j’écris, personne ne sait rien à part la liste des victimes, mais tout le monde a déjà pété un câble (la colère, l’émotion, tout ça). J’ai vu des gens vraiment très bien commencer à parler de balle dans le crâne et de bombes nucléaires.
Je suis pas là pour dire aux gens comment se comporter, mais dans les prochaines journées, de la balle dans le crâne, de la bombe nucléaire, du Zemmour, du Le Pen, du mec de Itélé qui attend devant une porte fermée, du bloggeur de journal, du live tweet, des tweets de gogols, des débats à la con genre « pour ou contre le blasphème », des cérémonies, du deuil, des conneries à la machine à café, des photos de cadavres, des débats à la con pour savoir quel mort a le plus de valeur, de la #dictaturesocialiste, des débats sur « oui mais la peine de mort quand même pour les terroristes et les violeurs d’enfants et le mec qui m’a pété mon rétro », du oui-mais-charlie-quand-même-say-nul-:hap:, vous allez en bouffer comme c’est pas permis, même si vous éteignez tout et que vous vous bouchez les oreilles en criant jusqu’à ce que ça soit fini, et je crois que ça pas être fini avant un moment.

La seule solution est probablement de vous enfermer dans une cave coupée d’Internet avec n’importe quoi qui ne soit pas relié à un autre être humain et d’y rester assez longtemps pour arborer une splendide barbe de cou de 10 centimètres -filles comprises-, ce que je ne souhaite à personne d’autre que moi dans mes moments les plus otakus.

Alors voilà, ça sera mes deux cents : quelques avis pour survivre mentalement à toute la merde qui va boucher les tuyaux. Si vous trouvez que c’est naïf, que c’est de la merde, que c’est pire qu’une liste Demotivateur, bah, bof, tant pis.

-> On se calme, on respire, on n’oublie pas que c’est de la drogue, on débranche. Pas la peine de se shooter à la dépression et de se la foutre en intraveineuse, le résumé sanglant et détaillé des événements sera toujours là un peu plus tard quand vous aurez fait un truc moins déprimant.

-> Ne cherchez pas, ne relayez pas, ne lisez pas les tweets de gogols qui se félicitent des attentats ou se branlent sur des slogans nazis. Vous savez qu’ils existent, Internet n’est pas interdit aux merdeux, mais sérieusement, pourquoi aller les regarder et déprimer encore plus. Vous ne feriez-pas ça avec du midget-porn scatophile*

-> C’est le bon moment pour lire ou relire ou voir ou revoir des trucs qui peuvent éventuellement vous faire vous souvenir pourquoi les humains sont cools et gentils, quand ils ne font pas n’importe quoi. Par exemple, commencer par Make Good Art de Neil Gaiman me semble une excellente idée.

-> Sans vouloir faire le poney (oh et puis si en fait), remplissez votre vie de trucs joyeux et colorés et cheerful et je ne sais quoi. La seule manière pour les terroristes de gagner un combat, c’est de terroriser (sinon ils auraient un autre nom comme « joueurs de rami » ou « USB 4 »). La meilleure façon de perturber un mec qui veut que tu sois terrorisé, c’est d’être heureux et d’en avoir rien à foutre.

-> Musclez votre pensée. Quoi que vous ayez envie de penser maintenant, c’est sans doute des conneries (ça vaut aussi pour moi). C’est le moment de lire, d’essayer de comprendre, d’expliquer, de lire des cartes, de regarder des vidéos qui expliquent des trucs et de devenir des gens qui essayent de comprendre plutôt que des gens qui essayent de réagir.

-> Dites aux gens que vous aimez que vous les aimez (c’est gratuit, ça mange pas de pain).

-> Sérieusement, si vous connaissez des musulmans, maghrébins ou n’importe qui avec la peau mate (Mexicains, Kogaru…), allez pas trop leur péter les couilles avec ça, ils vont déjà assez en entendre et en vivre comme ça, et c’est pas près de s’arrêter. Traitez-les comme des gens normaux, pas la peine de les accabler (ils y sont pour rien) ou d’aller les féliciter d’être gentils (comme si c’était un miracle).

-> N’ayez pas soif de sang. Que la foule en colère avec des fourche et une torche soit en train de courir après un méchant ou pas, vous n’avez probablement pas envie d’être le mec qui tient la torche, ou alors vous êtes un gros naze et allez vous niquer hors de mon blog.

-> Faites de votre vie une aventure, allez vous coucher en étant persuadé que vous êtes awesome. Peuplez le monde de Genki girls, soulevez des montagnes, remontez les courants de pipi qui veulent vous emmener au loin, collez des stickers smiley sur le robinet à caca, dansez nus dans la boue en écoutant un vieux concert de gens heureux, et ne laissez plus jamais personne vous rendre aussi triste que vous ne l’êtes maintenant. Show Must Go On.

Vous êtes les meilleurs ! Oui, vous, là !

* Désolé si c’est votre truc, je disais ça juste comme je dirais « du porno missionnaire pour la reproduction dans le noir »

Brown Zemmour Sugar

Préambule : ça sera mon seul et unique article foooooorever à propos de Zemmour, Dieudonné, etc. Parce qu’au fond, le sujet ne m’intéresse pas beaucoup. Il n’entrera pas dans les détails des thèses et argument de ces gens, car je considère que si vous êtes d’accord avec eux, c’est que vous êtes fous ou stupides, donc pas la peine de vous faire du mal, allez-vous faire biter ailleurs si vous êtes pas d’accord.

Pendant longtemps ces dernières années, j’ai été assez mal à l’aise quand le sujet « Zemmour » (ou Dieudonné, ou Soral, ou n’importe qui avec le même profil de troll médiatique d’extrême-droite) arrivait sur la table. Ca m’a toujours semblé un peu concon de commenter ce que disent ces gens, dont le gros du fond de commerce était de dire des trucs un peu mongoles pour servir de monstre de la semaine aux médias. C’est un mécanisme assez facile : t’invites le gars, il dit un truc affreux, tu fais genre t’es choqué, tu le réinvites quand même, et boum, quasi sans rien faire, on te retweete, on te zappingue, clash buzz etc.

En plus, je me sentais pas trop bien à l’aise à voir qu’un type comme Zemmour est pris au sérieux. Le gars, c’est quasiment un fonctionnaire de la Réaction qui avait genre quatre émissions et passait son temps à geindre contre le système qui oppresse les gens comme lui, la pensée unique et je ne sais quoi. J’ai tendance à penser qu’à la télévision, à peu de chose près, il n’y a pas de pensée du tout, mais si on prend l’ensemble du spectre des médias, faut quand même arrêter de jouer au con, des réacs, y’en a partout, tout le temps et à longueur d’antenne. L’enfant gâté qui se fait passer pour un gosse de favela parce qu’il y a pas assez de parfums sur sa glace à trois boules, bon.

J’étais pas très à l’aise parce que dans mon grand snobisme, j’ai toujours pensé que la meilleure attitude avec un Zemmour, c’était de pas l’écouter, pas plus qu’on écoute le vieil oncle raciste à table pendant les repas de famille. Vieil oncle qui ne vaut pas franchement la peine qu’on parle de lui quand on est pas obliger de se le fader, en plus. Quelque chose me chiffonnait quand même, comme si c’était pas bien d’ignorer ce genre de phénomène.

Et quoi que vous en pensiez, il est possible en 2015 de se construire un monde sans Zemmour, il suffit d’éviter les éditos du Figaro, les chaînes d’info, RTL et je sais pas trop quoi d’autre, disons les gros médias, mais honnêtement, rien de valeur ne sera perdu. (dans la même veine, j’ai pas la moindre idée de ce que fout Sarkozy en ce moment, et je crois pas que ça influence ma vie si négativement que ça).

Et puis il y a quelques temps, j’ai eu un genre de déclic, ça m’a mieux fait comprendre la situation. Je me suis dit que Zemmour, c’était une forme de drogue. Une drogue puissante, de la bonne grosse coke des famille, de la pure, de la 100% tamisée à la main en Colombie par des grosses paysannes et vendue par des cow-boys mexicains qui fument des havanes ou je sais pas quoi (je n’ai aucune connaissance particulière sur la cocaïne et son commerce, dans ma tête c’est un mélange entre Bearking Bad et Guacamelee).

Que Zemmour vende des livres, ça ne m’a jamais tellement surpris. De la même manière que chasiplusqui qui ne pouvait s’empêcher de regarder les condamnés à mort jetés du haut des remparts d’Athènes, plus un truc est ostensiblement dégueu, plus il va se vendre (pour peu que le tout soit backé par un éditeur qui a des contacts dans les médias). La meilleure façon de faire de l’audience, c’est de passer un débat entre un juif sioniste et un membre du KKK en prime time, avec une partouze de nains en décor de fond. La Jerry-Springerisation des médias, c’est la garantie totale que tout le monde sera devant (sauf les gens que ça dégoûte, mais c’est sans doute moins qu’on pense).

Bon, Zemmour vend des livres, c’est normal. Mais quand même, depuis quelques temps, on note une intensification du mec dans les médias, et un crescendo dans les propos. Comme s’il essayait de se faire concurrence à lui-même, voilà le bonhomme en train de défendre Pétain et la femme au foyer sur les plateaux, et, pas longtemps après, de sous-entendre des trucs sur le viol, la déportation, etc. Notez que ça marche aussi avec le sexe. J’aimerais faire une blague du genre « Zemmour va faire un livre avec Trierweiller » mais le Gorafi m’a devancé.

Je ne doute pas qu’il en pense une partie, mais je crois qu’au fond, c’est juste un dealer en train d’augmenter lentement la dose. Bien obligé, y’a plein d’autres dealers sur le marché, maintenant, c’est à croire que la coke est devenu l’aliment de base de la télé et de la radio. La télé court après Internet, c’est pas nouveau. Pendant un temps que les moins de 20 ans ne peuvent (sincèrement) pas connaître, il n’y avait pas tellement de trucs dégueux, choquants ou vraiment agressifs sur Internet. T’avais Rotten.com, des trucs comme ça, et des microcosme d’illuminés qu’il fallait vraiment chercher longtemps avant de tomber sur un gars qui te disait que c’était dommage qu’Hitler en ait loupé quelques uns. Maintenant, comme la télé s’est Jerry-Springerisé, l’Internet s’est Rottenisé. Les putes-à-clic ont passé le net au Napalm, et ont transformé l’essentiel du paysage émergé en cadavres, petits chiens mignons, crétins qui hurlent des trucs néonazis et classements Topito. Le reste de l’Internet survit dans des bunkers, ne vous inquiétez pas.

Zemmour, il y a dix ans, n’avait pas franchement de copycats. Il y avait un côté drôle quand un type comme ça venait te parler de masculinité avec sa gueule de Gargamel dessiné par Edika. Mais maintenant, à table, y’a plus que des gros oncles racistes bourrés, et ça doit être compliqué de se faire entendre.

Le gars est malin. Il sait qu’il a quand même de bons clients fidèles. Comme le gouvernement Iranien, qui n’hésite jamais à ouvrir le robinet à pétrole pour doper son économie, le type sait garder son nombreux public captif. Il a probablement décidé qu’il était assez bon pour rester au top du top du monstre de la semaine. Mais il pouvait décemment pas continuer à critiquer le rap et les dealers de téci. Fallait frapper plus fort, mettre plus de tabous et d’outrance dans ses propositions.

Le terrain étant favorable, ça a fonctionné à merveille. Hophophop Pétain, hophophop prendre les femmes sans les comprendre, etc. Force est de constater que le plan média était simple, mais efficace. Les rares endroits ou le mec était pas, on était quand même en train de parler de lui. C’est rare, dans ces belles années 10, un gars qui arrive à balancer un truc tellement rotten qu’il arrive encore à donner un shot de faux-scandale à l’ensemble des médias.

Mais ça fait longtemps que tout le monde se shoote avec des mauvais produits mal dosés et trop forts. Pas forcément des trucs racistes, mais n’importe quoi à base d’émotions. L’émotion, c’est la monnaie journalistique, maintenant. C’est pas pour rien que la plupart des sites pute-à-clic (et des sites d’infos tout court, de plus en plus) formulent tout leur titre sur le modèle « Vous ne croirez jamais ce que ce SDF a fait : sa cinquième action va vous faire pleurer ». Ou les listes, si possible des listes de conneries, parce que les conneries, ça donne des émotions. J’imagine que ça doit rapporter des sous, sinon le mec de Melty ne recevrait pas la Légion d’honneur avec le Colonel Reyel et le CEO de Topito en 2017. Je m’excuse auprès d’eux s’ils l’ont déjà.

Zemmour -je pense qu’il le sait-, pour exister, il va forcément falloir qu’il continue comme ça. Les autres font ça aussi. Dieudonné, c’est le roi de ce genre de trucs, mais la logique a ses limites : une fois que t’as fait monter des nazis sur scène et fait dire des trucs antisémites à ton gamin, je sais pas trop ce qu’il reste, à part commencer à gazer des tziganes dans ton garage.

Zemmour a de la marge, et je pense que ses prochains bouquins vont pleinement utiliser cette marge : réhabilitation de Mussolini, apologie claire et nette du viol, histoire positive des camps de concentration (sauf ceux des nazis), histoire positive des camps de concentration (même ceux des nazis), peine de mort pour les avorteuses, les diverses réussites morales de l’Allemagne nazie (en terme d’écologie, de médecine, c’est pas les angles qui manquent), un roman sur le complot des pédés pour détruire le monde, un appel à la croisade, réclamer le feu atomique sur les quartiers nord de Marseille, une sextape d’un threesome avec lui, Bachar-el-Assad et un mec du GUD, un exil en Erythrée pour devenir ministre d’Afewerki, un recueil de blagues sur le génocide au Rwanda…

J’extrapole un peu, mais attendez-vous à ce que le type augmente la dose jusqu’à ce que les gens s’en lassent. Ca risque de prendre un moment.

Peut-être que ça vous gonfle, que les médias, et pas mal de gens que vous connaissiez soient totalement accro à ce genre de trucs, comme ça peut vous gonfler d’avoir un toxico ou un alcoolique dans votre entourage. Bon, désolé, y’a pas grand chose à faire pour ça. On a pas encore trouvé de cure contre les shitty-news, je le crains.

Les seuls que vous pouvez vraiment sauver, c’est vous-mêmes. Vous savez, la première étape d’une thérapie, c’est de reconnaître qu’on a un problème (je pense, au fond je n’y connais rien non plus en thérapie). Alors, moi, quand on me parle de Zemmour, je me contente d’expliquer ma théorie débile qui ne convainc personne : dans moins de cinq ans, je suis totalement persuadé que Zemmour sort une biographie élogieuse de Goebbels. Si vous voulez, on en reparle à ce moment là (promesse non contractuelle).

A part ça, je dis non à la drogue, comme on disait quand j’étais petit dans les années 80/90, ou « dis-leur merde aux dealers » quand on était un branché du futur qui écoutait France Cartigny sur musicassette Sony (mais allez savoir, je n’y connais rien non plus dans ce qui était branché en 1987). Maintenant que j’ai compris que je ne refusais pas de parler des opinions d’un homme mais de me DROGUER avec de la DROGUE, j’ai fait la paix avec moi-même et j’emmène l’avenir vers le futur.

Sinon, ça a pas grand-chose à voir, mais c’est nettement plus cool, en ce moment je regarde des webséries depuis que j’ai commencé à lire ce blog. Par exemple, j’ai vu ce truc assez déprimant (mais drôle quand même) sur un abruti au fin fond de la Nouvelle-Ecosse qui essaye de devenir connu en faisant des vidéos sur Internet. Spoiler, non seulement ça ne fonctionne pas, mais en plus ça détruit sa vie. Ça prend 7 épisode, qui glissent progressivement du gag potache à l’horreur psychologique avec le plus gros #malaise imaginable. LE FLASHBACK FINAL EST SI EMOUVANT QUE VOUS N’ALLEZ PAS EN REVENIR.