Eldorado↓ (Roman Post-Apo)

Eldorado

Argument :  Nicolas Meyer, immigré débarqué d’une France revenue à la féodalité et aux cités-états, s’engage volontairement dans l’armée canadienne, qui jette les nouveaux arrivants dans une guerre sans fin ni but contre les restes de l’U.S Army. Le théâtre d’opérations ? Le No Man’s Land, un immense territoire en ruines, pollué, peuplé de bêtes sauvages et de survivants hostiles.

C’est mon premier roman. C’est sorti en numérique aux éditions L’Ivre-Book, qui ont le bon goût de vendre ça sans DRM et pour seulement 5€ 🙂
Vous le trouverez aussi chez toutes les autres boutiques qui font du livre électronique (Amazon, Bookeen, Google Carrefour, etc etc).

Je vais dire quelques mots personnels dessus, quand même, c’est mon site, j’fais c’que j’veux. Ce projet a commencé en 2006, alors que j’étais en train de ne pas écrire mon mémoire d’Histoire. C’était parti d’une réflexion sur ce qui se passerait si, brutalement, tout le monde devait se passer d’électricité. Pas une catastrophe écologique, pas une zombie outbreak ou une guerre mondiale, non, juste, pouf, d’un coup, plus rien ne marche à part ce qui est mécanique.
Pas de spoiler sur mes conclusions, mais disons simplement qu’à mon avis, on serait un peu dans le cacao et que les rapports de force qu’on connaît actuellement seraient drastiquement remodelés.
Cette histoire se passe trente ans après que la catastrophe ait eue lieue. Ce n’est pas une campagne militaire, mais plutôt une sorte de huis-clos en monde ouvert (je remercie ma correctrice pour la formule), où un individu va devoir se confronter aux conséquences à long-terme de cette catastrophe et effectuer un choix assez radical sur sa propre trajectoire personnelle. En fait, ça se destine plus aux lecteurs de McCarthy et de Barjavel que de Warhammer, des sources d’inspiration auxquelles je ne me mesure absolument pas, pas de panique. (Citons aussi Fallout New Vegas, Amnesia The Dark Descent et Au Cœur des Ténèbres, comme ça on aura fait le tour des oouvresqui ont rendues possible ce livre). C’est un livre de dénuement et d’horreur, si l’on veut, en aucun cas un livre de petits soldats vaillants à la Call of Duty. C’est pas trop mon truc, de toutes façons, et ça le sera probablement jamais.

J’avais fait une première version qui incluait beaucoup d’éléments fantastiques et un deuxième personnage principal. Mais c’était trop compliqué, trop invraisemblable et pas super intéressant. J’ai passé des années à mettre cette histoire de côté parce que je n’arrivais pas à en faire quelque chose de sobre et barré dans tous les sens. Finalement, en 2012, j’ai décidé de reprendre l’univers à zéro, de repartir de mon pitch initial de 2006 (un français qui se retrouve jeté sur les routes du nord des USA dévastés dans une guerre sans fin ni objectif) et de m’en tenir à ça. J’ai gardé des éléments de fantastique, rajouté une trame un peu plus « réaliste » et plus sombre, et gommé pas mal d’éléments explicites de l’histoire pour rendre le contexte global plus opaque. En bref, j’ai recentré tout ça sur le personnage principal, un personnage né dans l’obscurité.
J’ai voulu faire partager cette obscurité aux lecteurs qui vivent une situation tout à fait inverse (et c’est marrant que ça sorte en livre numérique, hautement tributaire de nos technologies « magiques »), quitte à ce que le bouquin ne fasse qu’effleurer le monde qu’il décrit.

Je ne remercie pas l’ensemble des gens qui ont rendu ça possible, il y en a trop (néanmoins un immense, immense merci à Cachou_Cachou Chopper, à mon éditeur, à ma correctrice et à mon illustratrice, qui sont un peu la sainte Tetranité qui ont permis d’aboutir à l’objet qui vous tenez entre vos mains si vous avez une liseuse électronique ou une imprimante très performante.

J’ai absolument voulu que Eldorado↓ soit un one-shot, et un one-shot relativement court (300 000 caractères, à peu près 200 pages si vous voulez). Parce que c’est la trajectoire éclair d’un homme confronté au pire, pas la trajectoire d’une planète qui l’a déjà vécu 30 ans plus tôt.
Je ferais d’autres histoires dans le même univers, à d’autres époques. Mais contrairement à d’autres projets, ça restera toujours des one-shots, parce que je veux qui vous puissiez entrer dans cet univers par n’importe quel bout.

Je finirai avec un truc qui me tient à coeur : c’est aussi un ouvrage qui essaye de parler (un tout petit peu) d’altérité et de diversité. Ce n’est pas forcément une donnée qui traverse toute mon oeuvre, ni un truc que je mets particulièrement en avant dans mes histoires, mais on vit dans un (pays ?) qui se fait presque une gloire de mettre sur le devant des étals et en tête de ses journaux télévisés tout un tas de gens atteint d’un problème que je qualifierai de « négationnisme de l’altérite« . Le monde devrait être comme eux, et toute vision qui diverge de la leur ne peut que conduire où à la confrontation directe où au chaos. J’ai toujours pensé que le monde n’était pas fait de gros blocs monolithiques et antagonistes mais de petites flocons tous uniques qui roulent les uns contre les autres pour faire des boules. Eldorado↓ est un livre qui présente le monde avec son altérité, en essayant de ne pas se faire prendre la main dans le pot de confiture de l’endogamie intellectuelle. Quitte à ce que ça me fasse quitter ma propre zone de confort idéologique et culturelle (et la votre, pourquoi pas). De toutes façons, nos repères et nos idéologies solidement installées, je pense pas qu’elles auraient la même importance si d’un coup on était frappés par une catastrophe d’une telle ampleur.
Enfin, on ne parle jamais de depuis la chaise où on est assis, et comprendre ça, c’est sans doute un premier pas vers l’intelligence. Alors je n’ai pas plus de prétentions que ça.
Ce n’est pas un roman à thèse, je laisse ça aux gens sérieux et importants.

J’espère que vous serez nombreux à tenter l’aventure, et à me faire des retours, positifs comme négatifs, sur ce livre. Bien sûr, vous savez ce qu’il en est de la lecture numérique en France, hein, ça décolle, mais c’est encore balbutiant, alors si vous avez aimé le livre et que vous avez un site, blog, des amis, un singe savant qui sait lire et tout, n’hésitez pas à en parler et à partager un maximum !

J’en profite pour vous signaler qu’il y aura peut-être une petite édition papier plus tard. Je vous tiendrais au jus, mais les exemplaires seront sans doute méga-uber collectors !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s