Tl;pl : Mar_Lard, tu devrais peut-être juste changer d’amis, non ?

[EDIT : Il y a un deuxième article, car je voulais préciser un peu certain points de ma pensée effroyablement bordélique. https://zalifalcam.wordpress.com/2013/03/19/rosa-parks-et-lautobus-enchante-suite/ (je suis sur un poste avec IE 6 (no joke) donc je mettrai les balises plus tard.)

EDIT 2 : Je sais que ce n’est pas des plus clairs dans ce premier article, mais merci d’éviter de l’utiliser pour dire que je ne suis pas d’accord avec le constat de Mar_Lar (a savoir qu’il y a du sexisme dans le « milieu geek »). Je suis en désaccord avec sa manière de procéder, mais pas sur le problème qu’elle soulève, et pas sur les solutions qu’elle propose. Pas la peine de verser votre bile machiste dans les commentaires, donc :)]

EDIT 3 : et je m’en fous de savoir qu’elle a été méchante avec  vous sur Twitter ;).

C’est donc reparti pour un tour de Buzz.  Comme d’habitude, j’arrive après la guerre.

Chère inconnue,

Il y a quelques mois, tu t’es fendue d’un billet de blog scandalisé sur un article paru dans Joystick, particulièrement mal écrit et (je n’ai aucun problème à être d’accord avec toi à ce sujet) particulièrement choquant et imbécile. Tu avais à cette époque fait pas mal parler de toi, en bien comme en mal, et ton article avait été repris, reblogué, commenté et décrypté. Soyons transparents, je connais, de (très) loin le pigiste de joystick. Loin de moi l’idée de le défendre, mais je pense que nous avions là un cas flagrant de bêtise crasse de sa part plutôt que d’un cas de héraut flamboyant de la « Rape Culture ».
Déjà à l’époque, j’avais levé un sourcil. Il y avait quelque chose qui me déplaisait profondément dans ta manière de procéder, qui relevait de l’accumulation forcenée de preuves à charge, avec un certain manque de recul sur la validité de tes sources et d’un manque de contrepoids dans tes propos inquiétant. En même temps, t’as bien le droit, on est dans des blogs à la con, pas dans un labo de socio. En parlant de socio, ce que je n’aimais pas trop non plus dans ton procès Stalinien (je blague, c’était juste pour le référencement google !), c’était ta façon un peu curieuse de joyeusement mélanger des grilles d’analyse sociologique Européenne et Américaine. La encore, c’est ton droit, mais à un moment donné, ça donne l’impression curieuse que tu bouffes à tous les râteliers idéologiques tant que ça sert ton propos. Je chipote, parce qu’au final, je n’ai rien à reprocher de spécial à ce que tu disais à l’époque.

Ton papier soulevait néanmoins un énorme problème, qui était déjà bien ancré dans le Zeitgeist, à savoir celui du retour en hype du sexisme dans les jeux-vidéo, voire dans la société en générale. Je dirais même d’un retour en hype de la parole décomplexée vis à vis de toutes les « minorités » (LGBT en tête). Je crois que toi et moi on est d’accord sur un point : C’est pas bien. J’occupe un emploi où une de mes missions est de lutter corps et âme pour ouvrir un peu l’esprit des gens sur la multiplicité des formes que peuvent prendre l’art. Je suis aussi un militant (de canapé, alors ça vaut ce que ça vaut) pro Mariage Pour Tous (et pro tout ce que tu veux tant que ça tend vers l’égalité des droits de tout le monde, y compris des trans, ou de tout autre style de personne dont j’aurais pas entendu parler), impliqué dans une radio associative assez largement ancrée à gauche. Et je me suis barré du PP pour de bon (après une prise de distance pour d’autres raisons) quand il s’est avéré que ce dernier était incapable de prendre position contre certains de ses membres s’étant assez défavorablement fait connaître pour leur propos sexistes inadmissibles et imbéciles. T’en parles mieux que moi, on y reviendra. Ceci n’était pas un argument d’autorité : c’était juste pour bien expliquer aux 100 et quelques visiteurs par jour de ce blog (on ne peut pas tous être Jean-Marc Morandini…) que je crois qu’au moins, on peut être d’accord sur le fond du problème que tu soulèves. Je le connais bien, étant joueur depuis mes trois ans (le mur de Berlin n’avait pas encore commencé à trembler) et ayant sans doute torché entre 20 et 150 jeux par an (les soldes steam ont fait monter les stats d’achat) depuis, dans un peu tous les genres et sur toutes les consoles.

Voilà donc un deuxième papier de ta part, promis à un destin météoritique : il s’écrase avec fracas, projette une onde de choc, est abondamment commenté, puis finira par être oublié, remplacé par des vidéos de chatons qui scratchent. Je crois que tu as eu raison de l’écrire. Je crois aussi qu’on peut en débattre la teneur.
Parce que pour le coup, si on est d’accord sur le constat, je crois qu’on a un gros point d’achoppement toi et moi : la méthode.

Il me semble que quand on s’attaque à un sujet aussi sérieux et aussi grave avec l’ambition que cela implique, on ne peut pas se contenter de ce que tu as écrit, qui ne constitue qu’un assez sinistre catalogue à charge, noyé dans un propos faiblard, confus et contre-productif. Tu veux que je te dise, je suis ressorti de la lecture de ton billet avec l’envie de crier d’agacement. Trop de généralités, trop de contre-vérités, trop d’approximations, trop de propos prêtant tellement ostensiblement le flanc à la critique de la part des plus simiesques. Je me suis senti comme quand de vieilles militantes de salon, lobbyistes reconnues et assumées auprès d’un ministère de la République viennent occuper trente minutes d’antenne chez Denisot pour essayer d’appliquer la théorie du genre à la grammaire française. Si ça ne convaincra aucun féministe, ça ne manquera pas de faire ricaner les haters de tout poil, sans que le fait qu’une femme sur 4 soit victime d’agression sexuelle dans sa vie ne soit un instant remis en question par le fameux patriarcat.

Oui, il faut parler du féminisme, il faut parler du sexisme dans les jeux. Non, on ne peut pas juste sortir dix exemples de leur contexte et screenshoter des imbéciles finis pour dire « HAH BAH OUAIS LES GEEKS SONT SEXISTES, REGARDEZ CETTE HAINE DANS MES IMAGES ». Parce que ça ne suffit pas, et parce que « il fait moche » n’est pas un bulletin météo.

De toutes façons, tu fais bien pire que ça. Tu dis « il fait moche quelque part, c’était la météo mondiale, merci bonsoir ». Le titre donne le ton. Les geeks seraient sexiste. Tu n’en parles à aucun moment dans ton papier : mais enfin, de qui parles-tu ? Du type qui sait configurer trente serveurs avec un tournevis et deux transistors, du type qui a acheté l’iphone 5 en précommande, de l’ado scotché sur Wakfu, ou du type qui fait la queue dans les conventions de Japanimes pour avoir une dédicace du dernier mangaka à la mode ? Nous parlons d’un sociogroupe qui n’existe pas, chère inconnue. Je crois comprendre à la lecture de ton article que ce dont tu souhaites parler, c’est le mâle blanc 15-35 fan de jeux vidéo pour garçon qui passe trop de temps devant son écran. Mais je pense ne pas me tromper en te disant que tu ne serais pas capable de réunir un échantillon statistique vraiment intéressant pour commencer à tirer, autrement que par accumulation empirique d’exemples disparates, une vraie donnée sociologie que un tel groupe, parce que simplement, il n’existe pas. De tous les sociogroupes médiatiques, c’est sans doute un des plus plastiques, des plus indéfini, des plus autodéfini, aussi, plus ou moins bien. Je ne cesse de m’étonner que des millions de gens puissent se réclamer de la culture geek, groupe qui irait de la contre-culture traditionnelle à la technophilie, du vegan twittant sur EELV toute la journée au Transhumaniste néolibéral.

Il n’y a pas, chère inconnue, de « geekosphère ». Ou alors, il faudra m’expliquer avec quel compas on en fait le tour. C’est bien le problème, peut-être. Si on pouvait réduire les comportements sexistes dans le jeu vidéo à un petit nombre d’individu définis, ça serait assez simple. Or, comprends-bien de quoi nous parlons. Nous parlons de la première industrie culturelle française. Nous parlons d’une pratique (le jeu vidéo), qui est pratiqué plus ou moins intensément par 80% des jeunes de moins de 18 ans. Alors, d’accord, tout le monde ne joue pas 5H/jour. Mais on parle quand même d’une chose aussi banale que le cinéma, la littérature ou la musique, intégrant une variété de publics et de produits qu’il est devenu depuis des années absolument impossible d’enfermer sous la même étiquette Findus, sous peine d’y retrouver un mélange de cheval, de micropig, d’oursin et de daurade.

Cela me dérangeait beaucoup dans le premier article. Ce côté « oui, c’est à toi que je parle, puisque j’ai décidé de te mettre dans mon grand sac à patate artificiel avec un gros tampon « SEXISTE » sur la toile ». Voilà qui est aussi une violence. L’essentialisation (a fortiori, d’un groupe que tu as choisi de définir par toi-même !)

«  Il comprend beaucoup d’exemples tirés du milieu gamer, étant donné que c’est celui que je connais le mieux de par mon travail et mes loisirs, cependant il est essentiel de comprendre que les mécanismes à l’œuvre sont les mêmes dans les communautés voisines – comics, hacking, programmation, JdR, Logiciel Libre… – communément regroupées sous l’appellation  »geek ». Installez-vous confortablement, on en a pour un moment. »

Un catalogue de connerie prise dans la frange la plus crétine de sous-groupe accolés sans raison ne constituera jamais une peinture sociologie cohérente de quoi que ce soit. On peut toujours essayer, bien sûr, mais au final, je ne vois PAS LE MOINDRE RAPPORT entre un associatif impliqué dans le LL, un lecteur de comics et un mec qui va passer quinze heures par jour sur Wow. Ca a autant de sens que de coller l’étiquette « zglub » à un motard et à un métalleux sous prétexte qu’ils portent tous les deux un blouson en cuir. Oui, il y a des motards au Hellfest, peut-être que les patates se touchent. Mais là, tu parles d’un diagramme de Venn si étendu qu’il en vient à englober 100% de la population jeune à l’exception de ceux qui ne s’abreuveraient exclusivement que de culture ultra-mainstream (encore que la « culture geek » peut être tout à fait mainstream) et qui ne passerait jamais une minute devant son ordinateur.

Ensuite, tout le reste n’est qu’un accumulation accablante (certes) de faits, mais jamais, ô grand jamais, la description d’un mécanisme social. Parce qu’à mon sens, s’il y a un mécanisme, il est lié à dix mille ans de civilisation, et certainement pas au fait que des types aiment les PC.

Dire que « l’industrie est sexiste » en prenant l’exemple de Ueda, dans un contexte japonais, dans un marché très « genré » justement, et dans une société japonaise extrêmement structurée sur les rapports d’altérité homme/femme n’en fait pas une vérité générale. Pas plus que l’exemple déplorable de Cage (c’est Cage qui est déplorable, pas l’exemple), notoirement connu pour ses déclarations complètement débiles et arrogantes sur le jeu vidéo. Quand à citer son film, ça me plonge dans une profonde sensation de malaise. Comme si un créateur (même médiocre) ne pouvait pas essayer de faire passer une émotion justement d’un point de vue qui n’est pas le sien, comme s’il était coupable a priori. Kara n’est pas un film sexiste, Kara est un (mauvais) film sur l’esclavage. Comme Air Doll ou plus récemment Cloud Atlas. Il s’agit d’une déconstruction littérale de la femme objet. Ratée, maladroite, peut-être puante, mais pas moins légitime parce que c’est David Cage, et pas généralisable à toute une industrie qui va de Oregon Trail à Call of Duty Modern Killing Arabs II.

Oui, l’exemple des publicités est parlant et révoltant. Non, on ne peut pas s’en servir pour appliquer à toute une industrie une intentionnalité sexiste. Tout simplement parce que là encore, c’est oublier qu’entre le mec qui va créer le jeu (et on va arrêter avec Mario=Sexiste, Mario étant sans doute une des franchise les plus politiquement correctes depuis des années -ce n’est pas un reproche, par ailleurs, le jeu familial n’a pas à être « genré » comme tu dis) et la publicité, il se passe un truc sinistre qui s’appelle le Marketing, et que le marketing et le marché de la pub est sexiste et violent TOUT COURT. Pas uniquement quand il s’adresse aux joueurs et aux joueuses. Mais c’est une industrie dans l’industrie. A un moment donné, la machine qui brasse des yahourts n’est pas sexiste, le scientifique qui en invente la formule non plus. Le type à la coke plein le pif qui va décider de faire poser un mannequin squelettique à poil pour le vendre, déjà un peu plus, de même que la gourde qui va l’intégrer dans sa fiche recettes de Cosmopolit’Elle, et la cliente qui va découper la fiche recette pour perdre trois kilos avant l’été. (je crois qu’on peut d’ailleurs être d’accord sur ce point : le problème de la représentation de la femme, justement, n’est pas « genré » mais universellement scotché à toutes nos représentations).

La suite est un catalogue ayant trait au marketing, et à la communication, si j’ose dire, institutionnelle des éditeurs à base de babes, de trailers putassiers et de shows débiles. Nous sommes d’accord, ce visage de l’Industrie AAA est répugnant.

A un moment, il faudra bien finir par poser cette question : qu’est-ce que le public et surtout les professionnels va encore foutre dans des salons désertés par les exclus, qu’est-ce qu’on en a à foutre d’une presse moribonde (merci Joystick), vérolée par des affaires de corruption et assise sur une montagne de merde en guise de modèle économique ? Tu as l’air de bien connaître le milieu, et de l’intérieur, alors ne sois pas hypocrite. Si gameblog fait un sujet sur les Babes dans les salons, c’est pas parce que leur journaleux kiffent les babes, ou du moins pas principalement pour ça. C’est parce que Gameblog a besoin de centaines de clics à la seconde pour espérer avoir des recettes publicitaires. Les éditeurs tiennent les journalistes par les cordons de la bourse, et les journalistes ne se rebellent pas. Ceux qui le peuvent ne sont pas directement dépendant de ces freak-shows permanents et dégradants.

Je ne connais pas du tout le milieu des « female developers », mais je sais me souviens du traitement réservé à Jade Raymond et j’ai lu pas mal de trucs sur l’affaire Wardell, et des horreurs similaires. Il m’a semblé à l’époque que réduire le problème à l’industrie du jeu-vidéo, c’était se priver d’une donnée essentielle. Ce n’est pas le jeu-vidéo qui est comme ça. C’est le monde industriel, voire le monde du travail en général. Je le sais pour bosser dans un milieu quasiment exclusivement féminin (moins qu’avant, mais tout de même beaucoup) ou les comportements sexistes sont néanmoins très présents. Et s’il n’y a pas (ou moins) le plancher collant/plafond de verre dans l’administration, j’ai néanmoins pu entendre des propos (de la part de femmes) qui feraient passer Wardell pour un militant MLF. Par souci de discrétion, je vais bien entendu les épargner aux lecteurs de ce blog.

La suite de ton article étend un peu la question à d’autres formes d’art que le jeu vidéo, et je commence à effleurer le problème qui me dérange profondément. Que ça soit pour les comics ou le milieu du hacking, je ne vois que des stéréotypes tirés d’éléments extrêmement mainstream, tirés de leur contexte et sans l’once d’un contrepoint. Le « patriarcat » semble si présent que c’est même à se demander comment un blog comme « genre » peut avoir un lectorat. A l’inverse, prendre les pires torchons de ce qui reste de la presse tradi de JV (c’est à dire des torchons lus par quelques milliers d’imbéciles), c’est supposé prouver quoi ? Que ces journaux de merdent coulent parce que ce sont des journaux de merde ?

Je vais te poser une question, qui m’est venue à l’esprit en lisant ton billet et les commentaires connexes. Pourquoi, mais alors pourquoi, veux-tu à toute force fréquenter une foule d’une telle médiocrité ? La seule vertu que je vois au capitalisme débridé qui nous emmène droit dans le mur, c’est encore la possibilité d’envoyer se faire foutre les produits médiocres. C’est ce qui s’est passé avec la presse tradi. Très bien, non ? Est-ce qu’on peut vraiment prendre comme thermomètre des médias à moitié morts, ou ds marionnettes des éditeurs de jeu ? Quand à l’incartade sur Canard PC, excuse moi, mais il ne faut pas non plus mettre n’importe quoi hors contexte. Moi aussi, les alibis scénaristiques ça me gonfle. Je n’ai pas lu l’article dont la connerie que tu cites est extrait, mais la pauvreté de l’écriture vidéoludique ne peut pas se contenter d’une maladroite subversion des genres. Une femme forte, ça ne dédouane de rien du tout (ou alors, on aurait jamais eu de débat sur les premiers Tomb Raider). Mais plus généralement, comme tu le soulignes toi-même, il y a un tas de gens, moi le premier, que le caniveau absolu que constitue la presse JV et, disons, certains groupes de joueurs décérébrés, répugne. Ceci dit, le constat serait le même dans une discussion de pilliers de comptoir autour du dernier Nouvel Obs sur les Francs-maçons féministo-islamatistes, si tu vois ce que je veux dire. A quoi bon vouloir donner un coup de pied dans un tas de fumier, quand il est en train de pourrir lentement mais sûrement de cet entre-couilles ridicules qui ne concerne qu’une minorité de joueurs (ou de « geeks » si tu veux absolument définir un individu par sa typologie de consommation de mass média). Derrière ça, tu sais très bien qu’il n’y a pas une affaire de patriarcat, mais une affaire de pognon. Excuse ma lecture marxiste du phénomène, mais le jour ou le lectorat (minoritaire parmi les joueurs) sera plus friand de concombres que de tétons, Gameblog se mettra à squatter chez les maraîchers du salon de l’agriculture, parce que ce qu’ils veulent, c’est du clic.

LA COURSE AU CLIC

Et là encore, je ne peux pas valider trois screenshot de demeurés comme étant des facettes d’un système global qui serait tacitement validé par une communauté définie.

Parlons-en, de la communauté. Ce que tu décris de l’event Capcom, ce n’est rien de moins, effectivement, que du harcèlement sexuel (n’ayons pas peur de le dire, c’est à la limite de l’agression sexuelle). Jusque là, je ne me suis pas inclus dans ce débat, parce que je trouve l’argument biaisé, mais, pour être simple, posons la question comme ça : Qu’est-ce que j’ai à voir avec ça, bon sang ? Miranda ne devrait pas seulement être gênée ou scandalisée, elle devrait porter plainte. Mais en quoi est-ce réprésentatif d’un système global ? Dans les milieux ou je gravite, assez « geeks » selon tes critères (je suppose. Disons qu’on peut enchaîner Gentlemen Broncos et un Run de Scott Pilgrim en une nuit, avant de danser sur du Svinkels jusqu’à 5H du mat), personne n’aurait le moindre début d’idée de traiter non pas seulement une femme, mais quoi que ce soit comme ça. Par contre, face à ce genre de comportements ou de propos j’avoue que la réponse serait variable. Certains de mes amis se contenteraient de ne plus jamais adresser la parole aux gens capable de tels dérives, d’autres leur diraient surement de fermer leur gueule de con. Mais je crois qu’aucun (et aucune) n’aimeraient être balancé dans un énorme sac qui dirait « J’ai bien regardé les passions de ces gens : ils appartiennent à la Rape Culture ! ». La violence est la même.

A balancer que « les geeks sont sexistes » et à empiler une montagne d’exemple comme argumentaire de la démonstration d’un système, tu sais très bien à quoi tu t’exposes. On peut tout à fait prendre ton article en miroir, foutre des millions de liens vers des propos progressiste et des communautés qui s’entendent bien, et dire que bon, tout va bien et que le milieu est super ouvert et lefty. Il ne l’est pas, mais on ne peut pas admettre de faire d’un fait divers sordide l’exemple d’un système explicitement oppresseur uniquement lié au fait que des gens aiment les ordinateurs. L’exemple de la fête Minecraft ne doit pas laisser oublier que Notch a été le premier scandalisé par ce qui s’est passé. Un taré dans une fête ne transforme pas un milliard de joueur en complices, la victime a d’ailleurs eu le réflexe de contextualiser avec une grande précision et un grand courage son agression. Elle n’est pas liée à Minecraft, elle n’est pas liée au jeu vidéo, elle est liée à un problème global, grave, et impossible à enfermer dans le simple ghetto d’un groupe forgé pour servir le besoin d’un propos (le tien, en l’occurence).

Oui, le QI du joueur moyen de MW3 est sans doute au raz des paquerettes. Est-ce que c’est parce que « c’est un geek » (ou un blanc hétéro ?) ou est-ce parce qu’il joue à un des produits les plus formatés, les plus répugnants en terme idéologique et les plus hétéronormatif (mon mot préféré) du marché ? Ça vaut quand même le coup de se poser la question. Je ne suis pas certain qu’on aurait des propos plus intelligents de la part du spectateur moyen de Taxi XII, mais il ne viendrait à personne d’en tirer un constat global sur les cinéphiles (Ça marche aussi avec Naruto et 5cm Par Seconde, tous les deux des produits culturels « geek », donc ayant supposément la même cible marketo-idéologique. Mais ça ne tient pas une seconde.).

Je ne nie pas, ni même ne cherche à minorer les tumblr agglutinant des propos monstrueux. Mais ils sont à mettre en perspective avec la réalité concrète, factuelle, impossible à mesurer de toutes les parties et les communications onlines qui se passent bien (ne serait-ce que parce que quand je skype avec quelqu’un de ma guilde, ça a des chances de mieux se passer qu’avec un nudiste russe sur Chatroulette). Il y a des connards sur Internet. Mais il y a des connards sur Internet, dans TOUS LES SUJETS, PARTOUT, TOUT LE TEMPS. Mon point de vue est complètement autiste, peut-être, de se dire que finalement, je n’ai pas à squatter les commentaires de sites d’actu ou à jouer avec des inconnus. Mais ça doit être un vieux fond d’éducation de mon enfance : ma maman m’a toujours dit de ne pas jouer avec des inconnus.

Au fond, tout le monde est d’accord, comme le montre ton tableau statistique. Quasiment autant de mecs que de filles s’accordent sur le fait qu’il y a un problème. Il ne s’agit pas de « vivre caché ». Mais pourquoi vouloir absolument débouler au milieu d’un poulailler de cons en hurlant qu’on y est entré ? Je pourrais assez bien comprendre si le monde du jeu avait besoin de Rosa Parks. Si les gays, lesbiennes, femmes, bi, etc. étaient dans l’incapacité matérielle d’accéder à la même capacité de jeu, à la même qualité d’expérience de gaming que les autres. Mais, peut-être est-ce mon côté ravi de la crèche, il me semble ne jamais avoir joué avec des gens aussi cons, ne serait-e que parce que j’ai toujours fermé la porte à ce genre de comportements. S’ils sont si bien que ça entre couilles, ces 20% de porcs qui ne voient pas le problème, laissons-les dans leur fange, et jouons tous ensemble.

Et encore, là, ça me gêne, je me rends compte en l’écrivant. Pourquoi le « 2.0 geek », qui n’existe que dans la tête des mauvais chroniqueurs télé et des marketteux fainéants, devrait-il être plus ou moins inclusif que le reste de la société ?

« Comme énormément d’autres joueuses, j’ai abandonné l’idée de jouer au micro en salon public : multi entre amis, seulement, ou jeu solo. C’est ça ou bien harcèlement, propositions obscènes par la dizaine, blagues lourdingues mille fois entendues, « Ouah, une fille ! »… Adieu les MMO, aussi (bon, c’est pas une grande perte). »

(ALORS LA L’ARTICLE DEVIENT DANS UNE AUTRE POLICE MAIS JE SUIS UN FAKE GEEK BOY ET J’SAIS PAS RESOUDRE LE PROBLEME)

Un salon, où on ne connaît personne, et ou les habitués sont des connards, mais qui aurait envie de s’infliger ça ? C’est pour cette raison que je ne fréquente pas les PMU. Est-ce que ça m’empêche d’aller au café ? Non. Est-ce que ça m’empêche d’aimer le café ? Non. Mais pourquoi je devrais m’infliger la pesanteur imbécile d’une minorité de connards bruyants et surtout à quel moment devrais-je considérer qu’ils sont une majorité ?

En tant qu’activitste particulièrement motivée et courageuse dans des milieux de merde, tu es en première ligne (comme la plupart des pionniers dans des milieux fermés). Ce que tu as subi est très grave, mais tu ne peux raisonnablement pas inclure l’ensemble de la population en leur collant une étiquette commune.

« Quant au JdR, on a toutes connues le joueur de bon goût qui se créée « une elfe blonde super-bombasse nymphomane » et la joue de la façon la plus horriblement stéréotypée possible. Dans un autre registre, le rôliste relou qui s’amuse beaucoup à incarner un vicelard et inflige ses frasques sexuelles à tout le reste du groupe. Pour peu qu’on ait le malheur de jouer un personnage féminin…Visiblement on ne subit pas assez le harcèlement sexuel dans la réalité, il faut qu’on y ait droit même lors de nos escapades fictives, assorti des blagues grivoises des autres joueurs et des encouragements du MJ qui récompense « le bon roleplay ». En cas de protestation : « ce n’est qu’un jeu », « il joue comme il veut », « c’est réaliste ». Le petit plaisir du pervers plus important que notre capacité à profiter du jeu en paix. Écœurée, on lâche l’affaire : une femme de moins chez les rôlistes, retour à l’homogénéité masculine. »

(scuse moi pour les nombreuses citations, je considère que c’est du Fair Use ;)). Je ne veux pas me mêler de ce qui ne me regarde pas, mais je vais te dire ce que j’ai fait, après avoir été moi-même dégoûté du JDR au lycée : change d’amis. Crée ta table, et crée une charte. Oui, une charte, même si c’est prout-prout. Et surtout arrête de t’infliger la connerie ambiante, tu économiseras du temps et des aspirines. J’ai repris goût (modestement) au JDR quand j’ai trouvé les bonnes personnes pour y jouer. J’ai connu un gars dont le trip était de bousiller les scenar des autres en faisant courir son perso comme un connard dans la direction opposée du groupe. Je ne me suis pas senti obligé de lui donner une leçon de vie, je me suis contenter de ne plus jamais jouer avec lui. Le « 2.0 » n’est pas inclusif, parce que croire que les flux de données rendent les gens meilleurs est illusoire. Par contre, ça donne la possibilité de choisir ce qu’on a envie de voir ou de ne pas voir, et avec qui on a envie de traîner ou pas. C’est ton choix de fréquenter la Cour des Miracles et d’en faire une généralité. Mais je crois qu’on peut être en désaccord sans pour autant ne pas partager ton constat et ton amertume.

« Ils les appellent leurs « esclaves », les échangent, les monnayent, diffusent leurs photos…le tout dans l’impunité la plus totale. Paysage normal de la communauté, acceptation et complicité tacite. « Tant qu’elles ne s’en rendent pas compte, on ne leur fait pas de mal… »

Non, ce n’est pas normal. Et ne mêle pas le gamin autiste fan de Katamari Damacy à ça, il n’y est pour rien. Ce dont tu parles, ce n’est même pas du sexisme ou du patriarcat. Je pars du principe que ces femmes ne sont pas consentantes, parce que je suis un libertaire fini, et je suis tout à fait indifférent au fait que des gens boivent leur pipi si ça les fait kiffer (juste, pas sous mon nez, quoi). Mais si ces femmes ne sont pas consentantes, alors ce n’est pas notre boulot de faire quelque chose, c’est celui de la police. Je suis a peu près certain qu’un t’as d’associations sont plus à même que toi et moi de porter la question devant les autorités compétentes.

J’arrive !

Tu ne peux pas tout mettre dans le panier. Tu ne peux pas comparer du quasi trafic d’humains avec des plaisanteries débiles sur la fake-geek girl. Tu ne peux pas sérieusement penser qu’un Advice Animal parmi un million d’autres est représentatif du traitement infligé aux femmes en général. Tu ne peux pas sérieusement penser que quelques articles quasi illettrés représentent une norme véritable. Je ne sais pas bien de quels cercles tu as été exclus, mais ils n’avaient pas l’air composé des ampoules les plus brillantes du sapin. Je n’ai jamais rencontré IRL de véritable barrière posée au fait qu’une fille puisse être une gameuse comme une autre. Du moins pas à ma montre. Je suis peut-être isolé ou privilégié, mais tout ne peut pas aller dans le même sens, nonobstant l’accumulation cataclysmique que tu sers au lecteur. 

Moi, féministe, LBGT (B, tout du moins), particulièrement mal à l’aise devant le doublage du dernier Tomb Raider, le cliché de la « fake geek girl » me fait rire au même titre que le [10] guy ou le Almost Politically Correct Redneck, comme une mauvaise blague absurde peut me faire rire après une bolée de cidre en trop. Ça ne me met mal à l’aise que quand c’est posté par un connard qui s’en sert pour légitimer son racisme ou son sexisme plus ou moins larvé. En faire une arme de guerre anti-femme, ce n’est que le constat empirique sous le coup d’une colère que je comprends. Tu sais très bien, tu sais profondément aussi comment fonctionnent les mécanisme de « haters » dont a été victime la malheureuse Anita Sarkeesian.

A mon avis (qui vaut ce qu’il vaut), il y a un poil de foutage de gueule à faire une levée de fonds pour produire des vidéos You Tube (au propos plus ou moins pertinent). Ça ne justifie en rien la volée de bois moisi qu’elle s’est prise dans la gueule. Mais la capacité de flooder d’une poignée de sinistres cons ne doit pas masquer le fait qu’elle a levé 150 000$ pour son projet et que son show est regardé par un million de personnes sur YouTube. On dirait que pour toi, ça ne pèse rien. Elle a fait, si tu veux mon avis, un truc plus intelligent que sa vidéo en elle même : elle a désactivé les commentaires et les pouces rouges. Ça n’empêche pas les haters de se pignoler en cercle sur /v/, mais au moins, son canal ne contient que son propre propos. Je refuse de croire qu’un million de « geeks » se sont infligés la chose par pure masoschisme : les gens sont curieux de son boulot, et y répondent d’autant plus favorablement qu’une bande de salopards se ridiculise en la traînant dans la boue. Même si je ne suis pas franchement emballé par le projet, de Sarkeesian, je trouve qu’elle s’en est sortie par le haut.

Même sur 4Chan, le « trou du cul du web » si abondamment décrit dans les médias, et j’imagine que ça doit t’arriver d’y aller puisque tu en parles tant et que tu te crois pertinentes en prenant un post de /pol/ pour illustrer les opinions politiques des geeks, ce genre de campagne de haine fait très abondamment débat, et pas toujours dans le sens des trolls. Qu’un petit noyau dur de petits connards misogyne s’y retrouve, c’est évident, mais encore une fois, tu ne peux pas foutre tout le monde dans le même sac. Reddit (dont la qualité des contenus est plus que variable) possède des dizaines de subchannels très bien modérés consacrés au féminisme et aux théories progressistes.

En fait, tu veux que je te dise ? Si le milieu « geek » est facho, alors les français sont au choix islamophobes ou d’extrême-droite. Parce que les forums politiques le sont, les commentaires de blogs le sont. Parce que fdesouche l’est, avec une capacité à polluer n’importe quel débat n’importe ou sur le web en quelques minutes, ça fait partie du vademecuum du militant identitaire. Sauf que quand les mecs font une manif dans la rue, ils finissent à 300 en ranjos à se gargariser devant la statue de Jeanne d’Arc.

Ce que tu as subi récemment, chère inconnue est une honte, et démontre qu’il y a encore du boulot à faire pour arriver à un début de situation normale. Mais est-ce que tu penses vraiment que tu es seule contre tous ? Dans tous les endroits que je fréquente, il y a eu quelqu’un pour te défendre ou pour souligner que tu avais raison au moins sur le constat de base que tu poses. Et ça a parfois été moi, parce que oui, tu poses de vraies questions, de bonnes question, et tu donnes physiquement de ta personne pour ça. Mais non, il n’y a pas une conspiration d’entre-couilles gamers pour protéger l’ordre établi. Juste un pan minoritaire de connards avec des mégaphones, une majorité silencieuse qui s’en fout, et une autre minorité progressiste pour essayer de faire avancer le débat. Je t’ai dit que je n’étais pas forcément d’accord avec ta façon de faire, mais ça n’enlève rien à la légitimité de ton combat.

« Voilà donc où on en est, en tant que communauté. Harcèlement, sexisme, exclusion et silenciation massive de celles qui prennent la parole.

——————–

Bien sûr, tous les geeks ne sont pas d’immondes machos; bien sûr, toute cette merde est le fait d’une minorité très active (enfin, j’espère. J’avoue qu’à force de tomber sur ce genre de choses absolument tous les jours, on finit par douter.) Mais – et c’est là tout le fond du problème – il s’agit d’une minorité complètement tolérée, voire encouragée par la communauté. »

Il n’y a pas de communauté. Il n’y en a plus. C’est trop vaste, c’est trop différent. Si tu es geek, si je suis geek et si le mec assez détraqué pour te menacer par téléphone est geek, alors tout le monde est geek. Oui, une minorité essayera toujours de se créer un confortable ghetto pour perpétrer sa domination plus ou moins perdue dans la société (attention, je ne dis pas que le sexisme est mort, juste que si on sort des tournois Capcom qui sont manifestement un modèle de moyen-âge, on peut jouer avec sa copine a Street Fighter sans que ça pose la moindre question).

« Hé, amis geeks masculins. Ça ne vous dérange pas que ce soient des mecs comme ça qui vous représentent ? Ça ne vous dérange pas qu’ils se sentent parfaitement à l’aise pour décrire vos communautés ainsi ? Ça ne vous dérange pas que les connards se sentent chez eux tandis que leurs victimes sont dégoûtées et exclues ? »

Non, je vais te dire, je m’en fous, parce que, aussi bruyants qu’ils peuvent être, ils ne me représentent pas, et d’ailleurs ils ne te représentent pas non plus. C’est toi qui dis qu’ils me représentent. Moi, ils ne me représentent pas. Ils ne représentent pas mon rapport à la femme, à son corps, à mon corps, au jeu, à ce que j’aime, à mes idées politiques. Ce sont une bande de petits cons. Tu as le droit de me mettre dans le même tas, mais j’ai le droit de m’en extraire.

Tu vas me dire, peut-être que je « nie le problème ». J’espère que ce n’est pas ce que tu penses (si par hasard tu lis ces lignes). Non, le problème est énorme, mais pas communautaire. C’est un problème social, ethnique, économique, global et transmédia. On le voit bien avec l’affaire Devouassoux dont tu parles (comme si ça avait un rapport avec la « communauté geek », m’enfin admettons). Comme je te le disais au début de mon texte, je me suis barré du PP entres autres à cause de problèmes internes liées à une incapacité générale du parti à affirmer clairement son refus de ce genre de comportements. Halda Martea-Hardi a retranscrit mot pour mot ce que je pense du PP. Comme beaucoup d’autres, nous avons choisi de voter avec nos pieds, et de laisser crever le PP français dans la fange ou il a choisi de s’embourber. A quoi bon, il n’y a de fait plus grand chose à faire en interne. Mais là-encore, la minorité aux commandes ne pourra jamais annuler la profusion de débats passionnants et de personnes formidables que j’ai rencontré là-bas. Des gens formidables, lucides, révolutionnaires, qui cherchaient à tirer la politique vers le haut. L’ivraie a chassé le bon grain, mais il faut relativiser l’ivraie : quelques types malsains, content d’eux, mais qui ne vaudront jamais la peine qu’on leur prête ne serait-ce qu’une oreille distraite. J’ai moi-même vécu, à l’époque de mon activité là-bas, un débat assez éprouvant sur la prostitution, qui a rapidement viré au combat d’infirme alors que ça partait plutôt pas trop mal. Mais le parallèle fait avec la convention Ps4… Oui, pourquoi pas, mais ce qu’il me semble le plus avoir lu à ce sujet, c’était que les avis était quasiment unanimes pour affirmer que cette conférence était d’un rare niveau de vide, de foutage de gueule et de prise du client pour un pigeon débile. Sony fait de la merde. Ni toi ni moi sommes obligés de côtoyer ce marketing de purin, ni de s’infliger les commentaires à chaud des péteux qui n’ont rien d’autre à foutre que commenter des conférences à chaud. L’industrie tourne en rond à courir après la rapidité, le communautaire, le web social comme un poulet sans tête.

Tu es une femme plus intelligente et lettrée que moi sur le sujet du féminisme et du genre, ça ne fait aucun doute. Pourquoi est-ce que je ne sens pas, dans ton article, cette envie de pratiquer un peu de déconstruction sociale ? Au fond, c’est tout le système et tout le rapport d’Internet à la violence et à la domination qui est détraqué. Il faut vraiment arriver à prendre de la hauteur, plus de hauteur qu’un simple catalogue horrifique. Tu ne peux pas juste baser ta représentation du monde sur les pouces rouges et les pouces verts. Tu sais que ça ne vaut rien, parce que toi et moi (et un plus un plus tout le monde), on n’appuiera jamais sur le pouce rouge quand on est pas content. On a autre chose à foutre.

Sur la vidéo Donkey Kong, un message souhaite la mort de la petite fille : « ça rendrait service au monde, une féministe de moins ». Pensez-y une minute. Une petite fille de 3 ans souhaite incarner une héroïne qui lui ressemble, des hommes adultes trouvent cela insupportable, certains lui souhaitent la mort. Venez encore me dire qu’on a pas de problème de misogynie.

Voilà, enfin, je te l’ai dit on diverge. « On » rien du tout. Ne me colle pas avec cette fange, ne colle pas mes ami(e)s, ma femme (parce que je suis marié à une fille qui a des skillz de ouf sur Pokémon, et qui est vachement plus débrouillarde que je ne le serai jamais sur les Point And Clic qu’on pratique sous la couette), mon frère, ma soeur et certains de mes collègues là-dedans. Parce que le rebeu du coin qui me vend des plaquettes de beurre à prix d’or quand c’est la panique parce que j’ai pas fait les courses n’a rien à voir avec les madrassa du Pakistan, s’il te plaît. Et qu’il n’a pas vocation à être assimilé à « Ces arabes qui pratiquent un islamisme sans gêne » et à toute cette titraille infâme qui sert à tricoter les écharpes de Christophe Barbier. Je n’aime pas ta manière de considérer que 4chan serait représentatif de quoi que ce soit, comme si je faisais pareil avec la Ligue de défense Juive ou Oumma.com pour traiter des questions religieuses.

Tout ça me fait penser à une vieille chronique radio de la série l’Esprit d’Escalier de Mona Chollet sur Arte Radio qui déplorait que dans une émission de télévision de merde, une jeune fille fasse des pieds et des mains pour entrer dans un milieu relativement moisi (du genre trading, j’ai plus vraiment le truc en tête). Elle disait un truc du genre « je m’étonnerai toujours de la volonté des victime de frapper à la porte du système qui les transforme en victime ». C’est un propos violent, comme l’était celui de Mélenchon sur les Smicards qui regardent courir les millionnaires. Mais tu ne peux pas dire que c’est complètement désaxé, comme grille de lecture. Pourquoi vouloir forcer la porte du club des connards plutôt que de les envoyer se faire foutre ? De toutes façons, ils ont déjà perdu, le jeu vidéo est déjà multiple, plus varié qu’avant, plus ambitieux en, terme de narration, plus sérieux dans sa manière d’aborder la question, plus sujet à la dissection sur la table d’étude des chercheuses et chercheurs en game studies.

Ne nions pas qu’une partie de mes lecteurs n’a scrollé que pour voir des images marrantes.

Je ne veux pas débattre avec toi des solutions que tu proposes, parce que ce n’est pas mon propos. Elles valent ce qu’elle valent. J’ai pondu 9 pages et 40 000 caractères pour te dire qu’à mon avis, le périmètre que tu choisis pour parler du problème n’est pas le bon. Toi-même, à mon avis, tu ne te rends plus compte de ce que cela implique de communautaire que de se réclamer d’une communauté, avec son ensemble de codes, de lois, de memes, et finalement de rapports de domination. Une « communauté » de geek, je ne vois pas comment ça pourrait tendre vers un idéal universel. La tribu est un modèle excluant, ce qui a des avantages et des inconvénients, mais il faut quand même avoir ça en tête. Tu ne peux pas avoir le ghetto et l’harmonie globale. Et si tu troques le ghetto contre un Open Space, tu n’as pas le choix, tu vas te retrouver avec des emmerdeurs. Tout ce que tu dis est vrai, il faut réagir, protester, etc. Mais quand même, on peut aussi les envoyer se faire foutre, ne pas vouloir s’infliger toute cette merde à longueur de temps. Ce n’est pas de la fuite ou de la faiblesse. Fermer sa gueule, c’est peut-être de la faiblesse. Mais -concédons un point Godwin- émigrer aux USA pour fuir le nazisme, c’est un choix défendable, et ça a été la source immense d’une créativité chez les accueillants, de la même manière que dans les années 50 , les auteurs fuyant le MacCarthysme auront livré quelques une des plus belle pages du cinéma Européen.

A un moment, faut aussi choisir de ne pas traîner avec les plus cons. Je crois que les comportements vertueux peuvent se générer les uns les autres. Si X crée une « communauté » ouverte à un cercle progressiste et prêt à récompenser la tolérance et l’ouverture, et que cette communauté s’ouvre à ses semblables Y, il n’y a aucune raison qu’on ne finisse pas par montrer l’exemple. On ne sauvera pas tout le monde de la fange, mais tant pis. Je serais peut-être libertarien, si ça avait un sens autrement que sur papier, mais je ne crois pas que tu peux aider les gens malgré eux.

Mon propos est discutable, oui. Mais le tiens aussi, admets-le. C’est toi qui a choisi de me foutre dans ton gros paquet plein de merde, de screenshot d’insultes, de gamedavs immondes et de memes de plus ou moins bon goût. Moi je ne t’ai rien demandé, et je n’ai rien demandé non plus aux porcs que tu dénonces.

C’est toi qui choisis une montagne d’exemples pour dire que « les hommes blancs machin-truc » sont comme-ci ou comme-ça, en niant ce que toi et moi savons très bien, à savoir que les mécanismes de domination et de pouvoir sont infiniment plus complexes qu’un simple plaquage sommaire ethno-genré, et impliquent aussi une part plus ou moins grande de consentement de l’ensemble des maillons de la chaîne.

Vois-ça comme de l’immaturité, de la provoc, ce que tu veux, mais va te faire voir, avec ta « communauté ». Les communautés, c’est de la merde, ça ne sert qu’à se réclamer d’un ghetto, ça ne sert qu’à justifier un passe temps, et à se prétendre mieux que tout le monde.

Je vais finir par nous donner à toi et à moi un conseil commun, en reprenant la seule phrase avec laquelle j’ai été d’accord dans les screenshots que tu as posté :

« Shut up and play video games ».

En fait, non. Non seulement on va y jouer, mais on va aussi les critiquer, en faire, dire ce qu’on pense des jeux de merde, et continuer à réfléchir sur ce qu’on veut et sanctionner avec notre pognon les boîtes qui font de la merde, et en évitant de dispenser nos clics sur les sites les plus moisis.

M’enfin y’a quand même assez peu de chances que tu lises ça.

Mais ça me dérange pas de parler tout seul.

Bisoux,

Zali.

zali
Salut c’est moi avec des fleurs dessinées sur la tête.
Publicités

134 réflexions sur “Tl;pl : Mar_Lard, tu devrais peut-être juste changer d’amis, non ?

  1. Bonjour

    Je projetais d’écrire un billet pour expliquer ce qui me posait problème dans l’article que tu commentes, et puis j’ai lu ta contribution. C’est exactement mot pour mot ce que je pense. La forme de l’article de Mar_Lard est catastrophique. L’empilement de faits n’a jamais suffit à construire une argumentation digne de ce nom, c’est-à-dire un propos qui aide à comprendre et qui fasse progresser une réflexion globale. Comme je le disais dans un commentaire qui m’a valu quelques invectives : déplorer n’est pas penser.
    Donc merci pour ce billet qui en plus d’être très juste, me dispense peut-être de consacrer beaucoup de temps à dire moins bien sur mon blog ce que tu as très bien exposé ici.

  2. Heu alors oui, le toilettage, je suis pour, hein. Parce que 9 pages (c’est vous qui avez compté) en gros paragraphes sans titres ni le moindre effort pour structurer un peu, et en deux polices de caractères différentes, c’est quand même un peu le coup de la poutre dans l’oeil : l’article de Mar_Lard était peut-être confus, mais, pour le moment, le vôtre n’est guère meilleur de ce point de vue…

    C’est une réponse qui est intéressante au début, mais j’avoue que sur la fin, ça part un peu dans tous les sens et le niveau du propos baisse sensiblement. Certains arguments sont très justes, principalement le problème posé par la définition du mot « geek » et de la supposée « communauté ». Je crois que c’est la principale faiblesse de l’article de Mar_Lard. Elle aurait mieux fait de se limiter au milieu des gamers, qu’elle semble mieux connaître, et de réserver le reste à une série d’articles qui auraient été chacun plus poussé.

    Un autre problème, plus compliqué à résoudre, est ce que Mar_Lard a entrepris, à savoir mesurer le sexisme dans des propos tenus sur Internet : billets de blogs, messages de forums, commentaires, tweets, BD en ligne…. On a beau avoir affaire à de l’écrit, c’est presque aussi difficile que de mesurer le sexisme dans les conversations de bistrot ou de machine à café. Comment peut-on faire ça ? C’est une question que les sociologues ne peuvent pas ne pas se poser, et quelques lectures de bouquins de méthode en sociologie pourraient sûrement l’aider à y répondre.

    Il faut faire la part des choses. Même si vous ne devriez pas réduire comme vous le faites le blog « genre » à des billets d’humeur alors qu’ils ont une ambition sociologique (plus ou moins réussie selon les billets, on est d’accord : ce sont souvent plus des amorces de réflexion que de mini-études en bonne et due forme), on reste devant un travail fait pour un blog dans un cadre non universitaire, et visiblement avec un travail de réflexion moins rigoureux. Ce n’est pas une raison pour conclure si vite que le propos est « contre-productif ». Je ne pense pas qu’il ne soit.

    Et j’en viens à un de vos derniers arguments, le plus faiblard : le coup du « tu n’as qu’à changer d’amis », « tu n’es pas obligée de subir tout ça ». Non mais franchement, vous confondez tout parce que vous n’êtes pas réveillé ou vous le faites exprès ? Le blog « Genre », c’est pas « 3615 ma vie ». Mar_Lard (que je ne connais pas, je précise) n’a visiblement pas rédigé ce billet juste par envie de témoigner de son expérience personnelle ou par esprit revanchard contre des cons rencontrés sur le Web. Elle a (tenez-vous bien) envie d’étudier ce sujet précis, et de lutter contre le sexisme.
    Et vous lui répondez en gros « Courage, fuyons ».
    Certes. Mais c’est aussi intelligent que de répliquer à quelqu’un qui étudie l’extrême-droite « Mais pourquoi t’infliges-tu de fréquenter des types pareils ? ». Ben, parce qu’il faut des gens pour étudier ça et que ça peut être utile.
    La stratégie du « laissons les cons entre eux », ça marche deux minutes dans une logique individualiste vaguement couarde. Quand on a envie de faire bouger les choses sur le fond, à grande échelle et à long terme, ce n’est certainement pas comme ça qu’il faut s’y prendre…

    1. Je ne trouve pas que c’est répondre « courage, fuyons ». Ne perdons pas de vue qu’il est question à la base, de pratiques supposées être divertissantes. Si on les pratique dans un contexte qui en soustrait l’aspect divertissant, il est plus que naturel d’en chercher un autre (contexte), d’autant plus que les alternatives existent.
      Il me semble assez naturel que la plupart des gens n’aient pas le réflexe d’aborder des notions aussi romantiques que le « courage » quand il s’agit de…hum…jeux vidéos (serious buisness, s’il en est).
      Mar_Lard a probablement choisi un métier difficile, et elle a du mérite, mais un utilisateur/une utilisatrice des jeux vidéos, n’aura pas autant de questions lyriques à se poser en choisissant les « serveurs » ou les « conventions » qu’il ou elle souhaite fréquenter.

    2. On peut aussi vous répondre que quand on a envie de faire bouger les choses, on fait pour le coup un vrai travail universitaire. On ne peut pas d’un côté dire que c’est imprécis car c’est un billet d’humeur, et de l’autre dire c’est un sacerdoce parce qu’elle veut faire bouger les choses.

      Quand les universitaires ou les journalistes spécialistes travaillent sur l’extrême droite, ils le font de façon déontologique et professionnelle, à l’appui d’une méthode scientifique et délié de tout jugement moral ou partisan. Le billet de Mar_Lard ne fait pas mouche parce qu’elle fait volontairement la confusion entre l’analyse de faits, des jugements personnels, et l’absence de toute méthode scientifique qui relativiserait grandement les conclusions de l’auteure, comme le souligne Zali.

      Je trouve l’article de Zali très intéressant. Il est certes un peu mou sur la fin, on sent la fatigue du rédacteur, mais sa déconstruction de l’article de Mar_Lard est intelligente et nuancée. Je ne suis ni d’accord avec Mar_Lard, ni avec lui sur le fond, mais on peut pas tous être de gauche. Mais la structure de sa critique est à saluer.

  3. Je répondrais demain parce que je suis fatigué, mais je répondrais. Il y a des choses sur lesquelles on ne s’est pas compris, je crois (rêvez pas trop sur la structure de l’article, ceci dit, j’aime bien mon blog comme il est, en bordel absolu et codé par des handicapés aveugles sur des claviers ouïgours).

    Mais juste en deux mots : oui, je crois qu’à un moment donné, c’est complètement illusoire de croire que des communautés ostensiblement nivelées par le bas (disons, par exemple, parce que c’est parlant, les commentaires de Rue89) puissent être sauvées. C’est pas en traînant avec la lie de l’humanité qu’on va faire des grandes choses (je sais, j’ai l’air Objectiviste en disant ça, c’est pas le cas, je m’excuse de pas développer plus pour le moment).

    Et je ne critique pas Genre sur le fond, vu que c’est un blog que je ne lis pas et ne connais pas. Mais j’ai le droit de trouver qu’elle se plante dans sa façon d’étudier le problème. Ca ne fait pas de moi un opposant à son propos, hein.

    Et j’ai conscience que tout ceci est désorganisé et confus sur la fin (reproche que je n’ai pas adressé à Mar_Lard), mais j’ai écrit ça d’un bloc, en 6 heures, pour répondre à une amie parce que les commentaires FB ça me saoulait 🙂

  4. Bon.

    C’est un peu agressif sur la fin (jamais fan de l’ad hominem), mais ça soulève un tas de chouettes points que j’aurais aimé avoir le courage (et les références) de coucher sur papier internet.

    Donc merci pour ça.
    Et merci simplement de proposer un vrai contrepoint argumenté. Le débat n’en sortira que grandi, (que cet article aie raison ou tort).

    Bisou.
    Voilà.

  5. Bonjour!

    Cinqs choses : vous avez visiblement mal lu l’article sur au moins un point mais qui démonte la plupart de vos arguments :

    1- Mar_Lard ne fait pas de généralités sur toute cette « communauté », ni sur tout les joueurs, ni ne vous a visé forcément vous. Résumer son dossier par « les geeks sont sexistes » est tout de même couillonné. Elle parle de faits pas si anodins que cela, provoqués par des individus, par un type de marketing, et par le consentement d’une majorité de personnes, qui pourrait être outrées, mais qui n’en parlent pas, ne s’insurgent pas tant que ça. Et cela décribilise toute les cultures geeks. Et elle ne traite pas tout les cis-heteros blancs hommes de 18-25ans de cretins sexistes, mais justement du marketing qui y est applique (qui les prend pour des couillons impuissants en quete de testosterone), de la meconnaissance de l’industrie sur son public (qui pourrait y reflechir en lisant son article) et peut avoir un effet excluant sur le reste des joueurs.

    Elle tient à signaler par l’accumulation de preuves, que ces comportements ne sont pas anodins, qu’il faut tous prendre la responsabilité d’agir contre cela, pour justement avoir des communautés geeks saines, et pas forcément « s’exclure », »changer d’amis » (parce que c’est nier le problème, laisser à d’autres la charge). Et c’est à la communauté de se prendre en charge, c’est-à-dire nous tous.

    2-Mar_Lard parle des milieux qui la passionne (ou du moins qui lui est personnels) et sur lesquels elle peut apporter des points pertinents. Elle pourrait certainement parler du capitalisme et autres, mais là son sujet c’est les univers vidéoludiques, informatiques, et BDs. Il y a d’autres articles sur la toile qui pourrait faire des rapprochements.

    3-Faire le constat de comportements malades ou d’une industrie de masse n’est pas suffisant, ni une fatalite.

    4-Tu crois que des personnes dévalorisés et aggressés portent toujours plainte? Encore plus si c’est par plusieurs personnes, entourés de personnes qui valident le comportement par leurs silences ou de petits rires « commodes »? Et si c’est le cas, qu’elles sont toujours entendus? Et à un moment donné, crois-tu que c’est à la victime de prendre en charge la connerie de son aggresseur? Et pourquoi personne s’est insurgé au moment des faits? C’est ça qui me choque le plus. Pourquoi personne n’a eu le courage d’arrêter cette martyrisation? Ce n’est pas le fait de connards isolés. C’est aussi à nous d’avoir le courage de brandir ces conneries, de les signaler (ce qu’on ne fait pas toujours), quand personne d’autre le fait.

    5-Pourquoi critiques-tu l’article de Mar_Lard? Elle a le droit de l’écrire comme elle veut et pas forcément comme toi. Et puis même si on peut ne pas être d’accord sur la forme Ce que tu fais là dérive d’un autre concept : Le Mansplaining « Je suis d’accord avec toi, mais je vais t’expliquer ce qu’il aurait fallu que tu fasses, ou ce que tu n’aurais pas du faire. ». Ce n’est pas proposer, c’est prendre les femmes (ici Mar_Lard) de haut. Tout est dans l’intention derrière tes propos. Et si ce n’est pas du même niveau « Connasse! Va *** » c’est une forme de sexisme beaucoup plus subtil et condescendant. Fais gaffe, le mansplaining est quelque chose qu’on peut chopper rapidement quand on commence à s’intéresser au féminisme et il faut savoir s’en débarasser.

    5-Tu as l’air d’être sensibilisé au féminisme. C’est bien. Mais tu remarqueras que son pavé est destiné à sensibiliser, à ouvrir les yeux à des gens pas très informés et à encourager des personnes victimes de brimades sexistes (ou/et homophobes) à parler eux aussi de leurs expériences (et dont on ignorait l’existence). Le dossier n’est pas la pour te taper sur les doigts ; ) (même si ta reponse donne l’impression que tu as quelques cadavres caches dans le placard eheh!)

    Une dernière question : peut-on lire son article, en se disant oui, je ne suis peut-être pas un de ces connards sexistes (et encore une mauvaise réflexion est vite arrivée), mais je suis pas parfait, pas tout blanc, je peux encore réflechir sur la question, être plus vigilant, et contribuer un peu plus à améliorer notre société, ici les communautes geeks.

    PS : Et parler du nombre de caractères, ça fait un peu concours de bites pour le coup!

    1. Ce qui est mis en cause c’est surtout la « stratégie », la « méthode », et la « maladresse » consistant à tirer au hasard dans le tas et donc à s’aliéner des gens qui partagent le fond du discours. C’est probablement pas ce qu’elle a voulu dire ou faire, mais c’est ce que moi, j’ai lu, et je suis probablement pas le seul. C’est surtout ça le propos. Par contre, je suis d’accord avec toi, c’est très bien que l’article existe, vu qu’il a fait le buzz et qu’on en discute.

      Par contre ce que tu expliques sur le « mansplaining » est complétement ridicule…On a quand même le droit de donner son avis, non ? On ne reproche pas à Mar_Lard de donner le sien. Connaissant très bien Zali, son ton aurait été exactement le même si Mar_Lard avait été un homme (ou si lui avait été une femme :)). Il faudrait trouver un nom anglisant hype pour décrire les gens qui crient au loup à tout bout de champs…

      1. On a le droit de donner son avis. Le problème quand tu indiques a la personne qu’elle « devrait »/qu’elle aurait du faire comme ceci, ou comme cela » pour etre plus efficace/moins l’air emotionnel, avec souvent des conseils un peu bidons (« changer d’amis ») ici comme si la personne (et ici Mar_Lard a beaucoup travaille pour son article) n’avait pas reflechi a la forme de son propos. Et Zali n’est pas isole, il y en a des masses qui font ce genre de remarques (j’en ai fait par le passe et j’en ai fait mon mea culpa) et c’est un phenomene qui est etrangement fort repandu des qu’une personne croit avoir compris comment devrait agir les feministes, d’ou l’appellation « Mansplaining » (même si des femmes se prennent de bon ton de le faire aussi, beaucoup d’hommes le font).

        Pour ma part, je n’ai pas eu l’impression qu’elle tirait a tort et a travers. Et je ne me suis pas senti vise (même si il m’a donne l’occasion de reflechir). Elle donne des faits a titre d’exemples, et peut demontrer que si ce n’est pas general, ces comportements ne sont pas forcement marginaux et sont nuisibles a tous, pas seulement a ceux « exposes ».

        PS : le fait qu’elle fait reagir beaucoup de mondes (reseaux et sites) en moins de 48h, +de 100.000 vues en moins de 24h, et qu’on lui fait des remerciements autant que du troll (le revers du succes), qu’on lui demande des formats pdf de son article, sont peut-etre les preuves qu’elle a adopte la bonne forme et qu’il faudrait peut-etre se la fermer (le fait que même toi, tu tombes dans la guerre des chiffres montre bien que cela impose le respect). Je pense qu’au contraire, son article va durer longtemps.

        1. Oui, donc on va laisser quelqu’un nous traiter de tous les noms sous prétexte que c’est racoleur; et en plus on va se garder de répondre parce que ce serait condescendant à l’égard des femmes…Rappelle-moi qui parlait de « conseils un peu bidon ». Suggérer qu’en tant qu’homme, tu n’as pas d’avis à émettre sur la stratégie de comm d’une femme, parce qu’elle est une femme et toi un homme, si c’est pas du sexisme, je ne sais pas quel nom ça porte. Zali s’adresse à Mar_Lard en tant qu’auteur d’un papier, pas en tant que femme; on fait pas de distinction particulière. Pour autant que je sache, elle pourrait très bien être musulmane, si c’était le cas, est-ce que ça rendrait de facto la démarche de Zali islamophobe ? Faut arrêter la parano.
          Je suis d’accord pour dire que la shock value a permis à son article d’être lu, mais constate par toi-même les débats qu’il y a dans les commentaires de cette page, et tu verras alors que c’est aussi ça qui crée une division entre des gens qu’il serait pourtant très simple de rassembler. Tu t’es pas senti visé par l’article de Mar_Lard, alors j’applaudis ta sagesse et ta capacité de recul; on est pas tous dans le même cas, et je sais qu’on commence à être assez nombreux dans les rangs des jeunes geeks blancs hétéros à être sans arrêt assimilés à la bande de primates qui devrait être la véritable cible. Le pire, c’est que Mar_Lard le dit elle-même dans son article, un truc du genre « hé les gars, ça vous plait tant que ça d’être représentés par un tel freakshow ». La réponse est « non, donc s’il te plait arrête de dire qu’ils nous représentent, parce qu’intrinsèquement ce serait pas le cas, si tu faisais pas l’amalgamme en le disant ».
          On joue pour se divertir à la base. Si le fun est pollué par des cons, il est plus si fun que ça, donc l’idée de « changer d’amis », en clair de trouver ou de créer un contexte où ce même fun n’est plus pollué n’est pas un conseil bidon, c’est un réflexe naturel dans un contexte qui, je le rappelle, est celui du divertissement. Pour ce qui est des milieux professionnels, on est d’accord que c’est une autre paire de manche, qu’il y a probablement une lutte de fond à mener, et qu’on peut soutenir Mar_Lard sans réserves sur ce sujet. Les deux sont mélangés dans l’article, mais en l’occurence, on s’intéresse au gamer ou à la gameuse lambda parce que je doute que les 100 000+ qui ont lu/commenté l’article soient tous des pros, hein.

        2. ça s’appelle une critique. C’est le fondement même de l’argumentation. Sinon on ne pourra plus critique qu’en disant : « Je ne suis pas d’accord », sans pouvoir argumenter. Zali pointe du doigts ce qui le choque. Alors il dit qu’il n’aurait pas fait ainsi oui, mais c’est de toutes façons intrinsèque à n’importe quelle critique. Pour la musique, un type qui explique que la production est mauvaise il sous entend que si lui s’en était chargé il aurait fait autrement. Enfin bref, je ne vois rien de condescendant dans son propos, faut pas voir le mal partout. 😉

          En revanche je rejoins le fait que l’article est moins bon sur la fin. Non pas par rapport à la qualité des arguments, mais juste parce que c’est deniers se répètent et tournent finalement un peu en rond. Dire trois fois la même chose avec des mots différents c’est pas toujours productif pour qui veut être lu. Sous entendu, j’aurai pas fait comme ça (je suis un homme qui critique un homme. Où se trouve le sexisme ou la condescendance dans ma critique ?)

          Bref tout ça pour dire qu’il me paraît dangereux de tomber trop facilement dans les procès d’intention. Sans haine, sans colère, sans sexisme. C’est un avis asexué 😉

        3. Pour être précis, j’ai construit mon article en mirroir à celui de Mar_Lard, avec les exemples dans le même ordre. Comme ses arguments se répètent un peu sur la fin, les miens aussi. Je me doute que ça doit être un peu relou à lire.

  6. C’est la réponse que « méritait » Mar Lard, vraisemblablement. Qui pointe bien en quoi son intervention est courageuse et salutaire mais foirera complètement à cause de sa volonté d’ignorer ce qui lui avait déjà été dit en août sur la manière de présenter les choses. Je peux comprendre à la limite pourquoi elle est passée à coté parce qu’elle s’est tellement mangée tout et n’importe comment dans la face qu’elle a peut-être perdue la volonté de prendre les critiques au sérieux. Mais c’est pééééééénible, c’est comme du saut à la perche gaché parce que le/la perchiste a décidé de faire un doigt au milieu du saut.

    Mais damn, once again, elle est devenue le catalyseur d’un débat qui rend idiot tous ceux qui y participent parce qu’ils mettront en avant leurs idéologies respectives sans la remettre en cause et que les principaux intéressés liront pas parce qu’ils sont cons et qu’ils lisent pas des trucs avec du texte dedans, juste les jolies images de 9gag avec des légendes, c’est déjà beaucoup.

    J’ai l’impression qu’encore une fois ça va finir avec des « geeks » déjà pas bien malins et toujours convaincus d’être des modèles de vertus qui vont encore plus s’unir contre des féministes à qui on peut faire confiance pour être toujours très tendu(e)s et totalement pas ultra violent(e)s. Exacerber les tensions « communautaires » là ou un ton plus doux aurait sans doute pu égaliser les choses un poil plus.

    (Mais est-ce que sans ce ton dur, le billet aurait battu tous les records de clic. No se, senör.)

  7. Cher Enracineur,
    J’ai adoré l’article de Zali (sache-le Zali). Je m’y retrouve. Je suis gay, relativement concerné donc par la lutte contre le sexisme, contre l’homophobie, et en même temps, assez blessé par *certaines* généralisations et raccourcis rapides effectués par Mar_Lard. L’impression « qu’elle met tout le monde dans le même sac », en choisissant certains exemples tirés par les cheveux (celui de CPC qui évoque pourtant une initiative positive !) à côté d’autre parfaitement édifiants et contre lesquels on ne peut que s’insurger. Je suis pourtant d’accord à 99% avec ce qu’elle dénonce : il y a des comportements inacceptables, il faut les dénoncer.

    Maintenant, ton point 5 m’agace, m’exaspère. « Pourquoi critiquer l’article de Mar_Lard ? » Pourquoi ne pas le critiquer ? Pourquoi critique-tu celui de Zali dans ce cas ? Faut-il croire comme parole d’évangile tout ce que Mar_Lard nous dit ? Est-ce forcément rejeter sa thèse ou son propos que de le trouver faible ou améliorable par endroits et de lui en faire part ?

    Tu évoques le mainsplaining, qu’assènes très fréquemment Mar_Lard à ses contradicteurs, ce que je trouve toujours terriblement facile. On ne peut donc pas discuter des idées qu’elle veut faire passer ? Dès lors que l’on lui demande des précisions, des explications, qu’on trouve certains points de méthode discutable, on en entrain de mansplainer et ça suffit à couper court à la discussion, pour elle sur Twitter en tout cas. Dire à quelqu’un « il m’aurait paru plus convainquant que… », c’est le prendre de haut vraiment ? J’ai cru comprendre de surcroit, du moins en regardant les tweets de Mar_lard, que c’est encore plus du mansplaining quand c’est un homme qui s’adresse à une féministe (mais visiblement, les filles suppotes du patriarcat en font aussi). Cela m’attriste terriblement. Convaincu que nous sommes tous égaux, je suis une personne qui m’adresse à une autre personne et je suis particulièrement attristé de voir se produire alors un comportement que les féministes rejettent pourtant : le fait de voir ma parole mise en cause de par mon sexe.

    Peu importe, je viens surement de mansplainer malgré moi. Il n’empêche, je suis vraiment mal à l’aise par le fait que toute critique, nuanciation ou discussion du propos de Mar_lard sans l’accepter à 100% soit immédiatement vue comme une trahison de celui-ci et une insulte. C’est dommage car oui il y a un problème de sexisme sur Internet et dans la société, oui, la plupart de ses exemples et parfois son discours le prouvent. Mais parfois moins, je le regrette. Cela ne diminue pour autant pas la nécessité de son combat, au contraire, mais elle peut mieux faire et j’espère qu’elle, ou un-e autre, fera mieux et que l’évidence s’imposera à tous. Mais j’ai du mal à entendre qu’en disant que son propos aurait eu encore plus de force et qu’il m’aurait été plus facile d’y adhérer si certains points avaient été précisés, je sois immédiatement contre elle, contre le féminisme et pour le machisme, le patriarcat et l’excision.

    1. Je ne critique pas la critique, si elle est pertinente. Mais regarde justement ce que tu viens d’ecrire « Peut mieux faire ». Reflechis un peu a ce qu’elle vient de faire. C’est une critique recurrente chez ceux qui ont fait preuve d’initiative : « Peut mieux faire. » Ben si tu te crois capable de juger son travail et de faire mieux, fais-le. Personne n’est parfait

      Mais chez les feministes, c’est un problème recurrent, surtout au moment ou on se fait remarquer : c’est jamais assez bien, il aurait fallu qu’elles fassent comme ci, comme ça. Et bien sur, ce sont souvent des remarques rapides, sur le volee.

      En dehors de s’etre senti touche, de chipoter sur ce qu’englobe (ou pas) le terme geek, et de parler de la forme, Zali n’a pas des remarques qu’on pourrait appeler pertinentes. A part de dire, que tel ou telle chose n’est pas pertinente parce que ce serait « isoles », ou que ce soit une « industrie », ou que « j’ai pu regle cela en changeant de personnes et en laissant les connards de cote (les vilains pas beaux qui ne font pas du troll un peu partout, ne font pas la loi sur leurs domaines, sont invisibles, et surtout n’agresser pas les gens des qu’ils ont entendu parler qu’on les traitaient de « sexistes »). Ce sont deux choses, que vous devriez le savoir : ignorer/baisser les bras sur une fatalite/laisser de cote ce qui ne nous est pas personnel n’est pas une option. Et c’est ce que Zali propose ici.

      Bon allez, je vais me coucher. Bonne nuit ; )

      1. (Je suis insomniaque ce soir)

        Après relecture, parce que je sentais que j’étais malhonnete avec ton article , mea culpa : tu lèves au moins deux points interessants : la question de l’existence d’une « communauté » et des liens d’influences d’autres milieux plus ou moins sexistes. Mais pour le reste…

  8. Haha, Zali, je ne pensais pas te relire après tout ce temps sur un tel sujet. J’écrirais surement quelque chose de constructif après une petite nuit de sommeil, mais encore une fois, je suis devant un texte qui donne à réfléchir.
    (Les cheveux ont poussés didon)
    (Oui, les concombres, cliquez)

  9. Merci pour cet article, qui soulève pas mal de choses intéressantes.

    Soyons clairs, comme tu l’as été, je suis du même avis, vraiment, que @Mar_Lard. Je me considère comme féministe (tout le temps, pas juste quand c’est requis).
    Et pourtant à la lecture de l’article de @Mar_Lard, même si je suis entièrement d’accord avec elle, même si je ne me sens absolument pas concerné par les exemples dont il est question… je me sens visé.
    Me sentant ciblé, mon premier réflexe a été de me poser des questions sur mon propre rapport au féminisme en tant que geek, mais non, vraiment, rien, dans cet article ne me concerne directement (pas plus que mon entourage en fait, au même titre que Zali…).

    Et effectivement, si je me sens visé, c’est parce que j’ai cette très désagréable impression d’être mis dans le même panier que tous ces connards, malgré les deux-trois fois ou l’auteure s’en dédouane. Donc OUI, il y a un sérieux problème de forme. Parce que j’ai l’impression d’être pris pour un blaireau, quand je sais être féministe.
    Dans l’absolu je m’en contrecarre, étant parfaitement capable de prendre du recul, mais quelqu’un qui n’a pas cet avis là, je n’ai pas de mal à l’imaginer se braquer, là où il devrait prendre conscience de la chose. Et la forme bousille fatalement l’excellent travail de fond. Ce que je regrette :/

    Et pour répondre à L’Enracineur sur le point 5 : pourquoi ne pas le critiquer ? La critique est argumentée et construite, et soulève des problèmes sur la forme (que d’autres que Zali et moi ont ressenti).
    Quant au « mansplanning »… En quoi cet article prend-il Mar_Lard de haut ? oO En quoi « expliquer » son opinion (en vue d’en débattre en plus) sur un sujet c’est faire du mansplanning ? Je dis ça parce que je l’ai vu régulièrement utilisé sur Twitter comme contre-argument quand un homme essayait de donner son avis sur l’article, en assurant être d’accord sur le fond mais être gêné par la forme.
    J’ai bien conscience que ça n’est pas à l’homme d’expliquer aux femmes comment mener ce combat (surtout qu’en l’occurrence l’article suscite énormément de réactions, preuve que la façon de faire fonctionne), mais quand c’est dit dans un pur soucis d’aider (en gros : « attention, j’ai peur de braquer des gens qu’on pourrait convaincre »), en quoi est-ce du mansplaning ? Est-ce en raison du statut d’homme (mais bon pour le coup ils sont forcément concernés en tant que tels lorsqu’ils répondent non ?) ?
    Je pose sincèrement ces questions, si il y a des réponses je suis curieux de la connaître, parce que vraiment ça m’échappe.

    Bref, j’en profite au passage, d’ailleurs, pour remercier @Mar_Lard, parce que quand bien même tout ne me convient pas, le boulot est excellent et nécessaire, et a le mérite d’éveiller pas mal de consciences (j’imagine qu’elle passera par ici lire tout ça 🙂 ).

    1. (Je ne vais pas réussir à dormir)

      Je parle de Mansplaining par rapport à « laissons les 20% de connards dans leurs coins/tu devrais changer de potes » surtout et quelques remarques par-ci par-là, qui ne donne pas justement l’impression que l’auteur écrit ce texte seulement par « pure soucis d’aider ».

    2. Ce n’est pas la première fois que j’entends à propos de telle ou telle action ou prise de parole féministe « je me sens visé/elles mettent toutes les hommes dans le même panier » et je me demande, sincèrement, si le problème ne viendrait pas des hommes qui réinterprètent les choses de cette manière-là.
      Tu le dis toi-même : elle a pris la peine de préciser qu’elle parlait d’une minorité de cons (et d’une majorité de mecs qui ne réagissent pas devant des propos sexistes, pour des raisons diverses : parce qu’ils ne voient pas le sexisme, parce qu’ils le minimisent, parce qu’ils n’osent pas…). Aurait-il fallu qu’elle le dise plus, qu’elle le dise tout le long ? Qu’elle parle davantage des courageux qui s’élèvent contre le sexisme ? Et, même, est-ce que ça aurait suffi à dissiper cette impression ?
      C’est assez terrible qu’à CHAQUE FOIS (et là je n’exagère pas !) qu’une féministe parle des hommes sexistes, on nous renvoie à cette accusation d’insulter tous les mecs. Mais il faut bien comprendre qu’on ne peut pas parler des hommes sexistes… sans parler de certains hommes (ceux qui sont sexistes donc). On ne peut pas faire de l’abstraction inlassablement, parler tout le temps de « la société » pour ménager la sensibilité des hommes qui se sentiraient, à tort ou à raison, visés.
      Parce que parler de la société, ne jamais nommer personne, c’est le meilleur moyen pour affadir le message (« la société est sexiste » au lieu de « il y a des individus sexistes »). Et pour dédouaner tout le monde (« moi et mes potes nous sommes des mecs irréprochables dans une société pourrie »).
      Est-ce qu’il ne faudrait pas admettre que se sentir visé est une bonne chose ? Ça ne signifie pas qu’on est une ordure. Ça veut simplement dire qu’on a certainement eu des comportements problématiques, qu’on a toléré de tels comportements, qu’on a des proches dans ce cas. Et qu’on doit commencer à se remettre en question au lieu de s’en défendre en premier lieu.
      Et quand je dis « on », ça signifie, toi, moi, tout le monde (femmes et féministes inclus).
      Une telle fixette sur cette idée-là (« elle accuse tous les hommes ») ça ressemble quand même beaucoup à un mécanisme de défense et ce serait intéressant de creuser ce qu’il y a derrière. Mon avis c’est que vouloir préserver son ego et le confort qui découle de la certitude qu’on n’a jamais rien fait de sexiste (ou alors nettement moins que les autres), ce n’est pas la solution. Même si on n’est évidemment pas obligé de se torturer non plus.

      1. Merci pour cette réponse 🙂

        En fait, depuis, je pense que @Goldfish a assez bien résumé là où ça pose problème de s’en prendre à la « communauté geek » en général : http://boumbox.wordpress.com/2013/03/19/pourquoi-les-geeks-devraient-tous-etre-feministes/ (et les commentaires y sont également intéressants 🙂 )

        Mon propos n’est pas de dire que de me sentir viser est une mauvaise chose (je précisais au contraire que j’ai le recul nécessaire pour ne pas m’en offusquer… je sais, moi, que je ne suis pas dans le dit panier), c’est plutôt de penser qu’en s’en prenant à une communauté (qu’elle existe ou non, mais beaucoup s’en revendiquent dans le cas présent), on prend le risque de « braquer » des membres de ce groupe qui, abordés autrement, seraient sans doute ouverts au dialogue. Ca n’est pas une question de ménager des sensibilités, mais si moi, qui me considère féministe, ma première impression est celle d’être directement mis en cause, j’imagine qu’un geek à tendance machiste aura encore plus de mal à se défaire de cette impression.

        1. Je crois qu’un geek (ou non-geek d’ailleurs) à tendance machiste trouvera le moindre prétexte (même imaginaire) pour éviter de se questionner, s’il ne se revendique pas carrément sexiste lui-même. On ne peut pas forcer les gens à réfléchir sur le sexisme. On est nombreuses et nombreux parmi les féministes à avoir essayé, de différentes manières (renvoi vers des études de sciences sociales, obséquiosité façon « je te caresse dans le sens du poil même si ça implique de valider certaines de tes idées inqualifiables », parallèle entre différentes discriminations, appel à l’empathie, etc.), de discuter avec ce genre de personnes… Quand ça ne veut pas, ça ne veut pas, vraiment.
          J’ai du mal à voir ce que Mar_Lard aurait pu changer dans son article pour qu’il soit plus accessible à ces gens-là. A moins de faire comme tu sembles le suggérer, un article de fond sur le sexisme ? Encore que je ne sois pas convaincue de l’utilité d’un tel article puisqu’il y en a déjà plein comme ça, et que ceux-là ramènent peu (ou en tout cas moins) de personnes s’identifiant comme geek. Je ne suis pas sûre en plus que ces articles les touchent tant que ça (facile de répondre : « le Mal est ailleurs »).
          Ça me pose un petit souci aussi, je t’avoue : on s’attaque déjà au sexisme dans la pub, dans le monde politique, etc. je ne vois pas au nom de quoi on ferait un « traitement de faveur » à un groupe donné, je ne vois surtout pas en quoi ça aiderait. Si, devant cet article, ils refusent de comprendre alors on en revient à mon premier paragraphe : on ne peut pas convaincre quelqu’un qui refuse d’être convaincu. On peut essayer, on peut donner des informations, mais ça ça s’arrête là.
          Je pense, vu les commentaires, que son article parce qu’il est innovant et fourni, touche certaines personnes (geek ou non) jusque là peu sensibilisé au féminisme et qui par honnêteté intellectuelle ne peuvent pas tout minorer. C’est déjà ça.

        2. L’article que tu donnes est intéressant, surtout complété par les commentaires. Je vois mieux où tu veux en venir. (Oui, c’est pas très malin d’avoir répondu AVANT de le lire 😀 )
          Reste qu’il est assez agaçant, pour pas dire franchement exaspérant, à chaque fois qu’on parle des discriminations subies par les femmes de devoir trouver rentrer dans le jeu du « oui, toi aussi, tu as souffert ». C’est peut-être nécessaire, je ne sais pas, mais ça pose aussi ces problèmes du côté des discriminées (devoir toujours prendre en compte AVANT TOUT les états d’âme des hommes, pour leur fournir des informations sur le sexisme qu’ON subit d’une façon qu’ils sont prête à écouter, ça n’aide pas franchement à s’exprimer librement… on se retrouve encore, malgré soi, à jouer à la maman bienveillante et à l’écoute – c’est un peu le comble féministe, si on veut).

        3. « Je crois qu’un geek (ou non-geek d’ailleurs) à tendance machiste trouvera le moindre prétexte (même imaginaire) pour éviter de se questionner, s’il ne se revendique pas carrément sexiste lui-même. »

          Comme je disais, je suis parfaitement d’accord avec les solutions proposées par Mar_Lard. Elle a raison sur la nécessité d’être intransigeant et de ne pas laisser passer de comportements de merde. C’est pas du tout là-dessus que je la reprenais.
          Après, mon principal point de friction, ça reste le fait qu’elle parle d’une « communauté geek ». On a un vrai gros point de désaccord là-dessus. Pour le reste, au fond, oui, ce sont des détails. Mais le Vieux Georgie est dans les détails 😉

  10. Je ne vais pas me fendre d’une réponse interminable à 7h36 du matin, mais disons qu’en gros, si t’as l’impression que je lui dis quoi faire et que personne n’est légitime pour critiquer son article, c’est sans doute pas la peine qu’on ait un échange, toi et moi.
    Le Mansplaning (on peut juste parler de paternalisme, si tu veux), tu ne peux pas sortir ça pour dire que je n’ai pas le droit de critiquer l’article de Mar_Lard. Si c’est ce que tu penses, et si ce que tu retires de mon texte c’est que je suis une sorte de paternaliste De Wendel du blogging uniquement parce que certains points de ce que dis Mar_Lar m’interpellent, je suis pas certain que ça vaille vraiment la peine qu’on échange à ce sujet.

    C’est aussi une des raisons pour lesquelles on ne me verra jamais sur Twitter, je pense. C’est tellement facile de traiter quelqu’un de tous les noms en 120 caractères, ou de lui asséner qu’il n’a pas à se mêler d’un article qui ne le concernerait pas.

    Mar_Lar fait bien ce qu’elle veut, je parlais de mon propre cas. Mais je vais faire un autre article pour en parler, je pense, parce que j’ai eu un certain nombre de réactions un peu du même tonneau sur FB.

    Enfin, que ce soit toi ou les autres, merci d’avoir veillé si tard pour échanger à ce sujet, ça fait plaiz, y’a même des têtes que j’avais un peu oubliées, là 😀

    1. Je n’ai pas dit que tu n’avais pas le droit de critiquer, j’ai simplement dit que ton paternalisme dessert ton propos et que visiblement tu n’as pas eu le recul nécessaire pour comprendre qu’elle ne te visait pas (et je le redis après une petite relecture de son article, je ne vois pas où elle fait une généralité), ou qu’on a l’impression au fil de ton article que tu utilises tes deux seuls points intéressants, pour le debat, pour dire que ce n’est pas ton problème (ce qui est étrange pour un auteur d’une reponse de « neufs pages »).

      C’est cool pour toi de cloisonner ta vie, on le fait tous plus ou moins pour rester « sain » dans cette société, mais Mar_Lard n’aurait même pas écrit un paragraphe de cet article, si elle ne s’était pas mis la tête dans toutes ces histoires. Ton conseil n’est donc pas pertinent pour son cas, il serait même… »Contre-productif »?

      1. L’enracineur, je vais éviter de poursuivre le débat avec toi, dans la mesure ou je crois que tu m’as toi aussi collé une étiquette de « paternaliste » parce que j’ai eu le mauvais goût de donner un avis qui ne te plaisait pas. On ne se connait pas, il y a un malentendu là-dessus, je ne vais pas faire perdre nos deux temps respectifs à engager un dialogue de sourds.

        1. Ahah! Tu fais mieux que ça! Ton nouvel article est bien plus posé et je comprends mieux tes arguments. Ce qui paraissait pour une injonction envers Mar_Lard et une critique un peu trop beaucoup personnel envers son article (qui reste un travail écrit à un instant T par un individu x, donc forcément perfectible), tu décris tes propres solutions sans forcément donné l’impression d’effacer ce qui avait été dit dans l’article. Je reste confiant dans la capacité qu’à l’humain à évoluer : ).

          PS : Je ne vais pas tenir en compte du NIAHAHAH Mansplaining NIAHAHAH.

          PS2 : Je peux faire la différence entre ce que tu es (mais bon je te connais pas encore trop) et ce que tu dis. Avoir dit des trucs sur un ton paternaliste à un moment donné, figé dans le temps, et être/s’assumer en tant que paternaliste/masculiniste/sexiste, sont deux choses qui sont différentes, entendons-nous bien. Mais il faut faire attention tout de même à sa propre attitude qui peut prêter à confusion (et je sais que je suis allé un peu vite en besogne avec toi de mon côté).

  11. En général on conclut un texte par le fond de sa pensée : en l’occurrence, les femmes, n’allez pas dans les cercles et endroits sexistes (le jv, le web, la rue, …), et si vous pouviez la fermer aussi ce serait bien. J’ai bon ?

    1. Dommage, il faudrait, comme pour l’article de Mar_Lard, lire la totalité du billet avant de le « critiquer » (même si votre avis vaut autant qu’un autre).
      Au final vous êtes un peu comme les gens que vous critiquez…

      1. Je l’ai lu en totalité (mon com laissait effectivement penser le contraire). La première partie sur la notion dangereuse de communauté est intéressante et soulève de bonnes questions, mais elle est contredite dans la deuxième partie, ça s’articule ainsi : « ce que tu nommes communauté n’existe pas » et ensuite « je suis dans cette communauté, ma femme et mon enfant aussi, et je refuse que tu l’attaques »
        Je suis forcément comme les gens que je critique, car pour le coup nous réagissons tous avec à la fois notre réflexion et nos émotions. On y échappe pas. Je vois dans ce texte un double mouvement :
        1) se dédouaner « moi je ne suis pas comme ça et mes amis non plus »,
        2) Décrédibiliser l’autre : « tu fais des amalgames, tu ne devrais pas, tu devrais, on t’avais déjà prévenu t’as recommencé … »

        Voilà comment moi je le reçois, il me semble que je ne sois pas le seul, comme il semble que ce texte soit aussi une respiration et un soulagement pour beaucoup de monde, j’en ai conscience, l’important est de ne pas nier la base du problème incontestable soulevé par @Mar_Lard : l’imprégnation sexiste de la société, ici vu par une de ses lorgnettes.

        Et homme ou femme, le meilleur moyen se combattre ça, c’est de s’interroger sur ses propres représentations, il me semble que l’auteur passe à coté en proposant simplement un « déplacement », à savoir se couper d’une partie du monde (et donc de ses possibilités) pour rester dans une « zone de confort ».
        Pour une femme, malheureusement, ça signifie ne plus accéder aux espaces vidéoludiques certes, mais aussi du coup à la rue ? au monde du travail majoritairement masculin ? à la politique ? C’est bien sur impensable. C’est pourtant ce que je comprends de ce texte.

        1. Si c’est ce que tu as compris, j’en suis désolé. Je ne peux pas non plus arrêter de parler parce que tu es paranoïaque.
          Si tu as compris que je me revendiquais d’une communauté, aussi, alors c’est que tu ne sais pas lire. C’est bien le principal reproche que je fais à Mar_Lard

  12. Bonjour, votre article semble très intéressant et constructif par rapport à celui de Marlard. Néanmoins, je pense qu’il faut dénoncer ce que fait Feminist Frequency qui n’est pas une journaliste mais une vendeuse (qui ne sait pas ce qu’est le féminisme qui plus est) qui manipule celles et ceux qui ont de réelles revendications pour attirer des vues et de l’argent. On le voit particulièrement dans son projet Kickstarter où elle a abusé les gens en mettant en avant les trolls et en ignorant complètement les commentaires constructifs. En effet sur la seule vidéo où elle autorisait les commentaires, c’est elle qui les validait et laissait passer essentiellement ceux qui l’insultaient où la menaçaient. On peut voir d’ailleurs qu’elle manque cruellement de documentation quant à son analyse dans sa dernière série ici :

    Voilà, si le sujet vous intéresse j’ai beaucoup d’autres vidéos qui dénoncent le manque de sérieux de cette pseudo activiste.

  13. Ha ouais non mais attention, Mar_Lard, je suis convaincu qu’en vrai c’est un vieux nerd misogyne qui s’est inventé un personnage agaçant pour rallier des gens innocents à la cause machiste cis-hétéro patriarcale dominatrice excisionniste UMP misogyne.
    Depuis que j’ai parcouru son compte Twitter j’aime déjà moins maman.

    1. Je pense pas qu’on devrait juger Mar_Lard à son compte twitter, c’est pas mon propos. Je m’adresse à une personne (même pas « genrée ») qui a écrit un article. Qu’elle jongle avec du feu ou mange du caca en dehors, je ne vois pas en quoi ça peut bien éclairer son propos. Mais je sais que je réponds à un obvious troll. J’devrais pas.

  14. Je ne suis personne, mais j’approuve cet article.
    J’ai suivi de loin le sujet avec la mailling list du parti pirate (que je songe quitter également, étant donné son incapacité à faire quoi que ce soit) et sur canard PC.
    Je m’y suis ensuite intéressé d’un peu plus près et il est vrai que Mar_Lard soulève beaucoup de points intéressants, surtout pour moi qui nourris l’ambition de devenir Game Designer.
    Néanmoins, ses réactions sur Twitter sont trop violentes, l’article appel a un débat et ce débat ne peut pas avoir lieu à cause du muselage systématique des gens qui ne sont pas 100% d’accord avec ce qu’elle a écrit. Et ça, c’est quand même très dommage…

    1. Ouais, mais c’est pour ça que j’en débat ici et pas directement avec elle. Son truc appelle à des réactions, bah il y en a, et in peut être d’accord sur le constat sans être d’accord sur tout. Si ça lui plaît pas, bon ben, j’y peux rien.

  15. Certes la méthode n’est pas la meilleure mais l’auteure ne s’est pas montré comme une sociologue faisant une étude objective. Forcément son papier est formaté par son vécu, sur cela je pense qu’il faut au moins

    Vous soulevés des points de méthode interessants mais le probleme c’est que si on les applique on risque de perdre le coté percutant… malheureusement je crois que vu le probleme on a besoin de ça pour au moins lancer le débat…

    On verra ce que ça donnera mais le mérite est d’en avoir parler (certes maladroitement) là où tout le monde (ou presque) se tait

    1. un morceau est passé à la trape lors de la copie:
      « Forcément son papier est formaté par son vécu, sur cela je pense qu’il faut au moins être compréhensif, personne ne peut etre à 100% objectif »

  16. Salut !

    Ca m’a beaucoup fait rire, mais je ne crois pas que l’article de Marlard ait besoin d’être « descendu » ou remis à sa place, dans le sens où au pire, ça sensibilise les gens qui s’en rendaient pas compte, mais elle insulte personne. Enfin, c’est prendre la défense d’une communauté que tu dis qui n’existe pas … En partageant son article j’ai vu des potes à moi balancer des « bah ouais mais bon elles savent pas conduire » et c’est aussi comme ça que je me suis aperçu que c’était plus grave que ce que je pensais. Par contre je suis tout a fait d’accord avec le fait que c’est pas la communauté qu’est malade, mais le monde – des connards y’en a pas partout, pas que chez les gamers et le internet. Mais tu peux pas lui reprocher de vouloir aller dans des salons de jeux vidéo, j’veux dire merde à la base ça devrait être prévu pour tout le monde, non ? Okay, les babes tout ça c’est d’la merde, et j’suis d’accord avec toi sur le fait que bah les problèmes de harcèlement devraient plus être traités par les flics que par les gamers, mais j’ai aucun problème avec le fait qu’elle râle.

    J’ai beaucoup aimé « A quoi ça sert de rentrer dans un poulailler d’cons en hurlant qu’on y est entrés » et « j’aime le café c’est pas pour ça que je vais au PMU » et « c’était sûrement pas les ampoules les plus brillantes du sapin ».

    Par contre « Not on my watch » se traduirait plutot par « Pas sous ma garde » que « pas à ma montre ».

    Haha, j’ai bien fait le malin.
    Allez merci pour le débat en tout cas, salut

    1. « Par contre « Not on my watch » se traduirait plutot par « Pas sous ma garde » que « pas à ma montre ». »
      C’était une blague,je fais sans arrêt des francisations foireuses.

      Après, il me semble que mon point de vue n’est pas plus illégitime que le sien. Usul a lui-même dit qu’il foutrais plus les pieds en salon, et je suis d’accord avec lui. Il ne faut pas cautionner ce genre de trucs, à un moment donné.

      1. Heh heh, autant pour moi, moi aussi d’ailleurs (pour les francisations).

        Je pense, avec tout le respect que je te dois, que ton point de vue est quand même vachté moins basé sur des faits que le sien, mais tu as raison sur le fait que ce n’est pas vraiment une communauté, et puis j’en ai entendu assez sur les salons pour savoir que j’y foutrai pas les pieds non plus. Mais bon encore une fois, elle a raison de dire que c’est de la merde que ça se passe comme ça. Bonne continuation !

  17. L’abominable Julien Chièze fait déjà des pieds et des mains pour la recruter sur l’effroyable Gameblog, où elle jouera probablement pendant quelques mois son rôle de féministe de service tendance Gisèle Halimi,parce-que-c’est-ça-le-vrai-féminisme-et-pas-autre-chose.

    1. Il fait ce qu’il veut… Elle aussi… Qu’est-ce que tu en as à foutre, exactement ? T’as pas une popup Gameblog qui s’allume avec ton Navigateur, si ?

      1. Pense à tous ces jeunes joueurs que cette association du diable va détourner de la voie de l’évoféminisme. Pensons un peu aux générations futures, nom de dieu.

      2. Et puis je peux pas croire qu’un mec qui pond un article de 35 000 signes en réponse à du Mar_Lard se désintéresse des détails.

        1. Pour une raison qui m’échappe, t’as l’air de penser que toi et moi on est du même avis. Je suis féministe, hein. Je crois vraiment que tu t’adresses pas à la bonne personne. Je n’ai rien contre Mar_Lard, ni contre le « féminisme » (comme j’ai pu le dire dans un autre article, je trouve juste que cette dénomination est réclamée par trop de groupes différents pour avoir un sens en 2013, comme la gauche, la droite, ou le progrès).

      3. Tu te trompes, on n’est pas DU TOUT du même avis (mais c’est cool comme ça).
        Et d’une, c’est pas parce que tu lui donnes une réponse intelligente que je partage ton avis. Sans compter que la contredire, c’est la faire exister.
        Et de deux, j’ai pas besoin de préciser mon orientation sexuelle pour exprimer mon désaccord avec une prétendue féministe (qui est féministe comme je suis geek).
        Et de trois, quiconque parle de féminisme en 2013 sans avoir lu Peggy Sastre devrait envisager une ablation du clavier.
        Et de quatre, on est vraiment obligés de se tutoyer ? Ça fait un peu geekosphère, non ?

        1. Bon, t’es vachement plus agressif et condescendant que moi, donc va te laver la bouche avec un sac de clous, tu me fatigues.

      4. Agressif ? Condescendant ? Je suis l’amour.
        J’ai même mis un avatar facile à reconnaître pour que tu puisses sauter immédiatement sur le commentaire suivant. Tu kiffes mon style et tu me détestes pour ça.

  18. J’aime bien ton article et je partage ton point de vue sur bien des points même si j’ai un peu de mal à comprendre pourquoi tu sois si remonté que quelqu’un stigmatise une communauté qui n’existe pas et, de fait, dont te ne fais pas parti (tu l’as assez répété).

    Je m’explique. Je suis motard. Lorsque quelqu’un dit que les motards sont des abrutis irresponsables, ça me laisse complètement de marbre. « Les motards », ça n’existe pas (pour les même raison : trop vaste, trop disparate), je ne me sens absolument pas concerné ni atteint par ce qu’il dit.

    Pour le reste, il me semble que l’article de Mar_Lard a au moins un mérite qu’il convient de relever. Pour ceux qui considèrent faire parti de cette fameuse communauté geek (et après tous c’est bien leur droit) et qui sont scandalisés par l’énumération des certains faits relevés, cet article peut être éventuellement être le déclencheur qui leur ouvre les yeux sur certains comportements inacceptables. Et visiblement, à la vue de certains commentaires de son article, il semble que ce soit le cas.

    En gros, l’article de Mar_Lard ratisse large, de façon parfois maladroite (voir malhonnête) mais s’il parvient à ce que des personnes soient moins tolérantes face à des comportements débiles et sexistes, alors ça me va.

    1. Mon problème est précisément celui-là : si ça en convainc deux et que ça en renforce trois dans leur connerie justement parce qu’elle est malhonnête, ça me pose un problème.

      1. Je te comprends bien mais j’essais de partir du principe que les personnes qui ont un minimum de jugeote seront faire la part des choses.

        Et que les personnes profondément encrées dans leurs conneries seront de toute façon insensible à toute forme d’argumentation.

        J’aime à penser qu’il existe plus de personnes appartenant à la première catégorie qu’à la seconde.

  19. Bonjour, merci pour votre texte, bon complément à celui que vous critiquez.

    Un peu d’aide dans votre chasse aux fautes:

    Que ces journaux de merdent coulent parce que ce sont des journaux de merde ?

    Je ne sais pas bien de quels cercles tu as été exclus

    et que tu te crois pertinentes

    content d’eux,

    de la volonté des victime de frapper

    quelques une des plus belle pages

    //
    Bonne continuation!

  20. Super papier auquel j’adhère à 100%, mais c’est un coup d’épée dans l’eau.
    Il y a 6 mois déjà tout le monde lui expliquait que sa « geekosphere » n’existait pas, qu’internet n’était que le reflet de la société, et qu’un catalogue de faits divers n’est pas une analyse sociologique.

    Mais elle s’en fout, elle nous ressort juste le même discours en plus long, et continue à cibler « les geeks » avec une certaine agressivité juste parce qu’elle a bien compris que ca ferait un gros bad buzz donc un buzz quand même.
    Est-ce que pour autant l’article va faire bouger les mentalités dans le bon sens ?
    J’en doute fort, il creuse juste les dissensions.
    Mais ca c’est du mansplaining, parce que ne pas fermer sa gueule si on a une bite c’est être sexiste il parait. Bravo l’artiste.
    Avec ce genre de méthodes foireuses et de refus de la remise en question, on ne se demandera pas pourquoi le combat féministe que je soutiens à 100% sur le fond (faut il le préciser), patine dans la semoule depuis 40 piges.

  21. Hello,

    Je n’ai pas lu tout le texte de mar_lard et ni le votre, trop long …. j’en ai lu une bonne partie puis en diagonal avant de virer à la parallèle et j’en conclus que je suis d’accord avec vous.

    Mar_lard a raison sur de nombreux points, sauf que les conclusions (interprétations) sont à l’ouest. Elle part de cas particuliesr pour en faire une généralité et qui plus est, elle décrit un phénomène de société (sexisme toussa toussa) pour tirer sur les gamers (même pas les geeks …).

    Bref, merci d’avoir donné un avis qui ressemble au miens à ma place, j’aurai jamais eu le courage d’écrire tant de choses.

  22. Bref, tout ça pour répondre à l’article le de Mar_Lard, qui était une réaction à chaud d’indignation très compréhensible, que tu est un mec pas sexiste du tout et que finalement elle exagère un peu beaucoup, que le sexisme est dans l’oeil des supposées victimes… bla bla bla.
    Comme quoi les sexistes immondes ne sont pas les seuls, il y a aussi ceux qui se veulent non sexistes (si si) mais ont besoin d’expliquer comment on a le droit de se plaindre du sexisme à celles qui en sont victime.

    1. Déjà c’est pas une réaction à chaud, ca fait 6 mois qu’elle prépare cet article, et j’ai lu personne dire nulle part que le sexisme n’était que dans l’œil des victimes.

      1. Dit court comme ça, ça me va… et je te crois sincère.
        Mais lit tes écrits d’un point de vue féminin, concerné au jour le jour, et ta prose, son accumulation, jusqu’à ton ton te deviendrons vite insupportables.

        1. C’est toi qui le dis, en fait. Ca me gêne un peu que tu me dises quel ton je dois employer, en fait. Je crois que les filles sont aussi intelligentes que moi; et qu’elles sont tout à fait capable de comprendre ce que je veux dire, sans que j’ai besoin d’amender mon style d’écriture (ni qu’on leur dise que c’est insupportable ou supportable parce que c’est des filles). Y vaut ce qu’il vaut, mon style, mais bon, j’y tiens.

        2. Si j’accepte la critique, je suis persuadé que Mar_Lar peut l’accepter aussi. J’espère que ce n’est pas ce qui nous sépare.

  23. Désolé pour la « réaction à chaud »…. sauf que le sexisme dans le monde du jeu vidéo, c’est tout les jours la fête, sauf à jouer en cercles restreint.
    Pour le reste, imagine que t’est une fille, qui subit le sexisme au quotidien, et relis le fouillis de réaction paternalistes de celui qui va expliquer à une fille que non, le sexisme c’est pas si tant fort que ça.
    Tu peux faire pareil pour l’homophobie, le racisme… le vrai problème, c’est que ceux qui n’en sont pas victime on tendance à ne pas les voir, à nier leur réalité… et expliquer benoîtement que les extrêmes sont intolérables, mais que toutes ces minorité ont quand même tendance à être un peu trop geignardes.

    1. Vu qu’on est d’accord, j’en déduis que soit tu n’as pas lu ce que j’ai écrit, soit tu as choisi d’en retirer un remix dont je j’ai du mal à me sentir responsable.
      Je commence à en avoir un peu marre de le gueuler toutes les dix minutes, mais JE SUIS D’ACCORD AVEC LE CONSTAT DE MAR_LAR ET LES SOLUTIONS QU’ELLE PROPOSE.

      1. Je trouve étonnant que personne ne relève que peut-être 90% de l’article est composé de contenu Américain (ou autre) qui n’est absolument pas représentatif de la réalité sociologique française.

        Je ne sais pas trop de quelle communauté cette personne parle…
        Elle a d’ailleurs une utilisation du Français très approximative. Non, « genré » n’est pas un mot.
        Tout comme « mansplaining », que j’ai vu dans les commentaires, pour ce qui est du Français en tout cas.

        De plus, pour ce qui est des exemples de harcèlement que cette personne dénonce, ils sont juste une conséquence de la médiatisation. Madame Sarkeesian n’aurait pas reçu autant de haine s’il n’y avait pas eu autant d’Américains et si sa publicité n’avait pas touché un aussi large public.
        Ce procédé lui a d’ailleurs permis d’obtenir un bon petit pécule.

        Je ne suis pas surpris qu’un grand nombre de jeunes Américains (potentiellement plus nombreux que la population française elle-même) contienne une minorité d’individus désagréables susceptible de produire suffisamment de contenu offensants pour en remplir des pages et des pages.

        Ca n’indique pour autant rien sur la population française…

        Cette perspective de féministe mondialisée, voire internationaliste nuit à l’argumentation.
        Rappelons également que les « théories du genre » n’ont pas la moindre validité aux yeux du milieu académique français, et qu’il s’agit plus d’un épiphénomène Américain qu’autre chose.

        Quel intérêt d’écrire cet article en Français ?

        Il est fort compréhensible que l’auteur de ce blog ne se reconnaisse pas du tout dans cette analyse.
        Je trouve très pertinent ses conseils à ceux que certaines communautés mettraient mal à l’aise de simplement ne plus les fréquenter.
        Je ne crois pas par exemple que la personne qui s’est fait harcelée voire sexuellement agressée dans ce tournoi de jeux de combat va reproduire l’expérience, ou alors dans un cadre différent et avec des collaborateurs différents.
        Si elle la reproduit dans les mêmes conditions, on ne pourra que conclure que c’est ce qu’elle aime et désire.

        Cela rejoint d’ailleurs la conclusion de l’article. « Exigez des communautés saines ». A moins de légiférer pour censurer absolument tout ce que les féministes n’aiment pas, qui me semble relativement impossible, le meilleur moyen d’exiger des communautés saines est de participer à des communautés saines, ou de fonder sa propre communauté en définissant ses règles.

        Acheter un contenu médiatique, un jeu vidéo par exemple, qu’on sait pertinemment être sexiste ou aller à l’encontre de ses valeurs les plus importantes semble relever du masochisme pour moi.

        A moins que les féministes refusent absolument tout concept de responsabilité individuelle, le bien-être d’une personne dans le cadre de ses loisirs dépend largement des choix-mêmes de cette personne…

      2. Bob, je crois pas que tu frappes à la bonne porte, là. Et je pense que tu as mal lu, ou mal compris, l’article de Mar_Lar. Et le mien, si tu as vraiment eu l’impression que je prétendais que le milieu gamer français n’était pas sexiste.

        1. Je n’ai pas dit que le milieu gamer français n’était pas sexiste.
          Ce que j’ai dit, simplement, c’est que 90% de l’article est basé sur des exemples américains ou autre, mais certainement pas français. Le milieu gamer français est probablement aussi sexiste qu’à peu près n’importe quel milieu où de jeunes français en majorité mâles se retrouvent.
          Peut-être aussi sexiste que le même milieu américain, mais piocher des exemples chez les Américains en les comparant au milieu français est une mauvaise pratique simplement parce qu’il y a bien plus d’Américains que de Français, et donc qu’on peut trouver une tonne d’exemple sexistes chez les Américains, tout comme on peut trouver une tonne d’exemples non-sexistes.

          Je trouve ça dommage qu’une personne avec aussi peu de références françaises se croit capable de généraliser une critique aussi virulente à la majorité de la population française de moins de 30 ans.

          Niveau stigmatisation des jeunes, elle bat Sarkozy à mon avis.

          Pourquoi cette fascination pour les Américains ?
          Est-ce pour jouer à se faire peur ?
          C’est sûr que les féministes Américaines sont passées maîtres dans l’art de se placer en victime, mais quel intérêt pour des Françaises ?

          J’ai parcouru quelques commentaires, et la plupart des supposées Françaises qui relatent leur propre expérience ne font absolument pas le témoignage d’un vécu de sexisme particulier dans la pratique de leur loisirs dits « geek ».
          Puisque tout l’article est construit sur des anecdotes, ces anecdotes-là, qui reflètent une réalité bien française, elle, sont tout de même intéressantes. Non ?

    2. Je m’avance peut être mais j’ai pas l’impression qu’il affirme que le sexisme dans le monde gamer n’existe pas.

      D’ailleurs, je crois même que l’idée générale est que la société (de par sa nature patriarcale) est fortement sexiste et que rares sont les gens qui poussent la réflexion et s’ouvrent à la différence (d’ailleurs, pas que homme/femme, mais dans son ensemble religion/couleur/nationalité etc etc ).

  24. Cet article est aussi discutable que celui de Mar_lard. Et c’est précisément le principe : discuter.

    Mar_lard a commencé par un article qui était dans le mille en dénonçant un papier franchement macho, qui publié dans n’importe quel magazine autre que des mag geek serait immédiatement considéré comme beaufissime. Et elle s’est pris un camion d’insulte sur la gueule. On lui a dit « non ça n’existe pas, laisse nous » (et ça c’est la version restreinte). Elle répond à présent en montrant que ça existe. Logique.

    Et là, je lis cet article qui dit (je résume à la louche mais bon vous n’hésitez pas non plus à le faire, si je commets une erreur vous n’aurez qu’à rectifier) « c’est pas le monde geek le problème, c’est le monde, c’est pareil partout pour la pub. Ta méthode n’est pas bonne. Tu dis que les geeks sont sexistes et tu fais des approximations. Tu vas avoir des haters et les exciter. Et puis t’as qu’à pas t’offusquer et aller voir des gens sympas en ignorant ceux qui ne le sont pas. Et puis tu mets tout dans le même panier. C’est plus complexe que ça. »

    Prenons point par point : On peut pas tout avoir déjà. Les geeks sont devenus il y a quelques années (qu’on le veuille ou on) ce qu’on appelle aujourd’hui des leaders d’opinion. En clair : ce qu’ils sont les premiers à aimer sera demain apprécié de la majorité. C’est pour ça qu’HBO fait Game of Thrones, que le cinéma fait des films de super-héros, que la plupart des produits culturels qui veulent du prestige et une fanbase fidèle se précipitent vers les geeks (pas seulement de façon cynique, d’ailleurs, mais aussi parce que beaucoup de gens qui ont du talent pour créer sont des geeks eux-mêmes).

    Or leader d’opinion ça veut dire aussi, essayer d’être en avance sur son époque. Donc peut-être, éviter d’être rétrograde. O.K. la pub est rétrograde en général. Mais quand elle s’adresse à des gens qui sont capables d’envoyer des sacs de noix pas centaines à un network quand on leur supprime leur série préférée, on peut se demander ceux-ci ne pourraient pas la tenir comptable de ses propos. En tout cas, le fait de le souligner qu’elle est rétrograde ne devrait pas poser problème aux geeks au contraire (oui mais dans ce cas il faut parler de toutes les pubs pour geeks qui ne sont pas sexistes ? Evidemment NON c’est débile). Ils devraient être les premiers à dire: « On est intelligent (c’est le minimum normalement pour un geek) donc votre pub, vous la reprenez on en veut pas. » Comment le dire ? Je ne sais pas mais je suppose que les geeks doivent avoir accès à des moyens de communication moderne comme internet. Enfin c’est ce qu’on m’a dit.

    Ensuite, je trouve énorme de dire « Trop de généralités, trop de contre-vérités, trop d’approximations » et deux paragraphes plus loin prétendre que le papier auquel on répond dit : « LES GEEKS SONT SEXISTES ». J’ai lu le papier de Mar_lard deux fois et elle ne dis JAMAIS ça. JAMAIS. Elle dit « Sexisme chez les geeks », elle montre que les représentation sexistes le sont « sous prétexte qu’ils seraient « à dominance masculine » ». Elle parle d' »Une certaine population de gamers ». Elle précise « tous les geeks ne sont pas d’immondes machos » « toute cette merde est le fait d’une minorité très active », elle cite les tweets dégoutés de geeks hommes et femmes qui ont quitté le Parti Pirate après les tweets sexiste d’un des dirigeants. Donc en une phrase, la réponse réussi à faire « une généralité, une contre-vérité, une approximation ».

    Elle va exciter les haters ? Mais et alors. On sait tous très bien que c’est ce que font les haters. Ils s’excitent. Ça ne veut tout de même pas dire qu’on a plus le droit de rien dire non ? Les haters sont des bully, quelque soit le sujet sur lequel ils déversent leur haine. Si c’est ça on ne peut plus rien écrire de positif sur son film préféré, parce qu’attention ça va exciter les haters encore. Et argumenter et donner plein d’exemple pour expliquer pourquoi c’est bien, il faut surtout pas. Il faut ajouter une bonne dose de critique comme ça les haters se calmeront… Allons soyons sérieux. C’est une maladie française ça. On reste prisonnier de la dissertation, un mode d’écriture jésuitique qui empêche de produire un discours radical ou passionné puisqu’il faut forcément proposer soi-même le vaccin à ses propres arguments, et ne défendre une thèse qu’en la saupoudrant d’une antithèse et d’une synthèse. Soyons sérieux.

    Et cet argument surprenant : « pourquoi, veux-tu à toute force fréquenter une foule d’une telle médiocrité ? » Au XIX e siècle c’est exactement ce qu’on disait aux suffragettes « pourquoi voulez vous vous mêler de voter alors que ceux pour qui vous pourriez voter sont contre vos idées ? » Pardon ?

    D’une part on mélange exprès deux niveaux de discours. Je reviens au blog de Mar_lard (le vrai pas celui qui est fantasmé dans votre article) : elle ne dit jamais que les geek sont médiocres, elle dit que la communauté geek ferme trop souvent les yeux sur le sexisme. Elle pointe juste qu’il y a un problème réel dans une communauté qu’autrement elle aime. La réponse appropriée est-elle vraiment « change de hobby ? » Non parce que c’est hallucinant… En gros, l’ordre naturel règne c’est super, si t’es pas contente n’en fait pas partie et ne viens pas te plaindre si tu ne fais pas ce que tu veux. Abandonne ou courbe l’échine, en gros…

    « Tu ne peux pas tout mettre dans le panier. Tu ne peux pas comparer du quasi trafic d’humains avec des plaisanteries débiles sur la fake-geek girl.  »
    Elle ne les compare pas : elle les recense (encore une approximation). Comparer ça voudrait dire « évaluer l’un par rapport à l’autre », elle ne le fait jamais. Le principe même de l’article qu’elle écrit, c’est recenser les attitudes de sexisme qu’on eut rencontrer au sein des communautés geek. Il est donc normal qu’il y ait des attitudes de gravité diverse. C’est quoi le reproche là. Elle aurait dû faire trois articles bien séparés ? Pourquoi ?

    Et bien sûr, je ne parle même pas des accusions voilées : elle veut faire du buzz (ben oui quand je parle d’un truc qui me tient à cœur moi aussi j’espère que ce sera partagé… Et ?), qu’elle est communautariste (ce n’est pas le cas). Le pire c’est l’envolée faussement anar « les communautés c’est de la merde » ça me parle pas. Une communauté c’est juste un groupe de gens qui partage quelque chose. En soi ce n’est pas mal, tant que cette communauté n’estime pas qu’elle a plus de droit ou des droits plus importants que les autres (ce qui est la définition du communautarisme). Rarement vu une attaque aussi absurde. Attaquer les communauté c’est dire « les gens qui font des trucs ensemble c’est de la merde ». O.K. si vous voulez monsieur… Pas de problème si je recule doucement jusqu’à la porte avant de vous laisser seul dans votre nouvelle chambre capitonnée ?

    Mais ce qui me tue plus dans cet article, c’est la fin : »C’est toi qui choisis une montagne d’exemples pour dire que « les hommes blancs machin-truc » sont comme-ci ou comme-ça, en niant ce que toi et moi savons très bien, à savoir que les mécanismes de domination et de pouvoir sont infiniment plus complexes qu’un simple plaquage sommaire ethno-genré, et impliquent aussi une part plus ou moins grande de consentement de l’ensemble des maillons de la chaîne. » Pourquoi ça me tue ? parce que c’est l’argument massue pour dire que personne n’est responsable. C’est l’argument qui signifie : « Ouais tu vois le problème c’est partout. » ou « Il y a un certain ordre dans le monde et ceux qui veulent le renverser sont mal considérés. S’opposer à ça c’est une goutte d’eau dans l’océan. » (reference inside) Ouais, ça me désole vraiment de lire ça. Parce que si la lutte contre le sexisme ça ne commence pas par toi par moi par tout ceux qui sont autour de nous, si éveiller les consciences en leur mettant sous le nez les exemples peu ragoûtant de ce qui se passe autour d’eux pour préparer les gens à réagir la prochaine fois, alors ça ne commence nulle part. Ouais c’est génial « Shut up and play video-games ». Merci agent Smith, je reprendrais bien une pilule bleue, le monde que vous proposez est tellement super !

    1. Juste, en un mot : Tu dis que je dis que personne n’est responsable, mais je dis que tout le monde est coupable.
      Ce que je dis aussi, sans doute pas assez clairement (mais tu auras noté qu’il y a une suite ?), c’est qu’à mon avis, il y a un tas d’endroits qui ne sont « pas sauvables ». Ce que je propose, dans mon autre article, c’est justement de dépasser ça et de montrer l’exemple en faisant mieux. Je ne dis pas que c’est Marlar qui doit faire mieux, ni les filles, ni les féministes, mais TOUT LE MONDE. Tout ceux que ça concerne, ces histoires de discrimination et de sexisme.
      Ensuite, je crois que je n’ai pas encore assez gueulé ça partout dans les comms, mais JE SUIS D’ACCORD AVEC LE CONSTAT DE MAR_LAR ET AVEC LES SOLUTIONS QU’ELLE PROPOSE. Je devrais même me faire un t-shirt, à la fin.
      Pour le reste, c’est beaucoup d’exégese de mon texte et du sien, mais je suis tout sauf hostile aux réactions, même hostiles.

      Je ne sais pas si Mar_Lar voulait susciter le débat, mais ça marche 🙂

      1. Je ne pense pas que ma réponse soit hostile. Elle est juste dans le même ton que l’article : polémique. Pour l’instant, les réactions du genre « ce qu’elle dit n’est pas faux, mais le problème c’est la façon dont elle le dit » n’ont rien de constructif et ne prennent pas en compte les raisons pour lesquelles ce qu’elle dit est vrai et ce qui fait qu’elle le dit comme ça. Ensuite ce n’est pas une attaque personnelle, ce que tu es tout ça, je n’en sais rien. Je ne critique que ce que j’ai lu.

        Sinon, oui, je trouve fatiguant d’expliquer que quand on parle du sexisme dans les jeux vidéos (ou ailleurs) on n’a pas besoin de parler des cas où il n’y en a pas (c’est pas un bulletin météo, justement). Je ne vois pas très bien l’intérêt de souligner à chaque occurrence le fait que la communauté geek n’est pas sexiste 100% du temps, d’autant qu’elle dit au moins trois fois dans son article que c’est le cas.

        Maintenant peut-être que ton article était écrit dans un esprit moins critique qu’il m’a semblé en le lisant, mais tout ce que je soulève y est bien dit, donc il y a peut-être un problème sur le message qui passe à la fin. Parce que ce qu’on en retire ce n’est pas « JE SUIS D’ACCORD AVEC LE CONSTAT DE MAR_LAR ET AVEC LES SOLUTIONS QU’ELLE PROPOSE » mais « Mar_lard c’est rien qu’une communautariste qui critique les geeks avec une méthode douteuse et qui au final ferait mieux de s’attaquer au sexisme en général, plutôt que celui qu’elle voit autour d’elle… »

        Et vraiment, la fin de l’article sur le fait que « le sexisme c’est plus complexe patati patata » sur « vivre ensemble – non pardon – la communauté, c’est de la merde » puis sur « Shut up and play video game » (même complété par le passage en dessous) laissent une impression très différente de ce que tu dis… (Et non je n’ai pas lu l’autre article je ne savais pas que c’était un prérequis pour répondre à celui-là, qui est censé tenir tout seul, non ? Si tu as changé d’avis, ça vaut peut-être le coup de faire un edit en fin pour le préciser)

        Je tiens à ajouter que plusieurs personnes hostiles à Mar_lard et une plutôt neutre m’ont séparément renvoyé vers cet article, à chaque fois pour dire « tu vois ce qui ne va pas dans son article ? La méthode… Hein… La méthode… » Histoire de clore le bec à ceux qui sont d’accord avec son constat. Est-ce que vraiment tu voulais faire l’article qui allait être repris par tous ceux qui sont au moins partiellement dans le déni par rapport au problème de sexisme dans la communauté (ou le milieu ou les activités, bref ce que tu veux, ce n’est qu’un mot) geek ?

        1. « Et non je n’ai pas lu l’autre article je ne savais pas que c’était un prérequis pour répondre à celui-là, qui est censé tenir tout seul, non ? Si tu as changé d’avis, ça vaut peut-être le coup de faire un edit en fin pour le préciser) »

          Ca ne l’est pas, mais ayant moi-même trouvé que je n’étais pas très clair dans ce que je disais, j’ai écrit autre chose le lendemain, je vais mettre ça en édit, ouais, d’autant que j’ai encore des coquilles à virer (shame).

  25. Bonjour,

    Je sais que ce que je vais dire ne concerne pas les geeks mais le sexisme en général, mais par contre je rebondis sur l’idée renvoyée par cet article à savoir qu’on peut juste éviter les connards si on ne veux pas être confronté à eux :

    Ma femme ne va plus à la poste du quartier car elle est systématiquement sifflée et emmerdée par des dégénérés qui traînent toujours devant les bâtiments. Du coup elle fait comme vous dites, elle évite ces gens. Mais du coup elle ne peux plus se rendre à la poste, à moins d’aller se faire chier à aller à celle qui se trouve bien plus loin.

    Est-ce que c’est acceptable selon vous ? Moi je ne trouve pas. Je pense qu’il faut combattre le sexisme en général, même si c’est maladroit d’accumuler des anecdotes comme Mar_Lard l’a fait au moins on en parle, et – certains – condamnent, voire se rendent compte de choses qu’ils n’imaginaient pas.

    Et clairement même si nous sommes d’accord que les sexistes sont de vrais déchets, juste dire aux nanas qu’elles n’ont qu’à aller voir ailleurs ça n’est pas suffisant.

    1. La seule différence que je vois, c’est que votre Femme ne peut pas construire un autre Bureau de Poste, c’est ce que je dis dans le second article.
      Hm… en fait, lisez l’autre article que j’ai mis en édit, parce qu’en fait, c’est précisément de ça que je parle. Et je ne m’adresse pas « aux nanas » mais à tout le monde (parce que je pense que le problème ne vient pas du « male blanc hétéro cynique » mais de tout le monde, moi, vous, votre femme et ma plante verte compris. C’est pas une dillution de la responsabilité, mais le constat qu’on doit tous s’améliorer.

  26. Je ne suis pas geek, mais je sais me servir du net et je suis une fana de forums sur lesquels j’ai rencontré plein de gens irl, et je sais ce qu’irl et url veulent dire alors euh… Fausse geek female? Je sais pas. Je suis assez engagée au niveau du féminisme et du coup l’article de Mar Lard m’a vraiment intéressé. Je ne sais pas, parce que je ne suis pas du tout une gameuse et a part spyro le dragon une fois quand j’avais 12 ans je n’ai jamais touché un jeu vidéo et ca ne m’intéresse pas. La culture geek et les comics, le code et ces choses la déjà plus même si je suis une grosse bille. Donc je ne sais pas si ce qu’elle dit est vrai ou pas. Mais j’ai trouvé cela très intéressant. Et j’ai revu mes (exs) potes gamers, extrêmement mysogines… Un courrant que je retrouve quand même malgré tout beaucoup sur le net au détour de mes périgrinations forumesques.
    J’ajouterais que les filles ont tendances a se mettre dans ce role aussi… Pour les gameuses, les geeks purs and co je ne sais pas car je suis trop mainstream pour avoir une visibilité sur ces communautées spécifiques. Mais sinon nous aussi les nanas on se comporte de façon genrée. Alors oui du coup big up l’article, parceque moi j’ai appris des choses, j’ai eu une meilleure overview de plusieurs situations…
    Et j’ai aussi adoré la réponse de Zali qui était très pertinente, j’ai beaucoup aimé le fait qu’il étende les symptomes évoqués dans l’article de Mar lard a la société actuelle, qu’il ait eu d’aussi bons mots pour décrire un phénomène que je pressens sans savoir toujours aussi bien l’exprimer.

    Trollage bisounours

      1. Laisse moi du temps. J’étouffe mes sanglots, je reprends mon souffle, et je la démonte.
        Pérégrinage little pony

  27. Hello, very nice read, en particulier après avoir cogité un peu sur le blog de mar_lard surlequel je suis pour partie d’accord (qu’est ce qu’on en a foutre vous me direz?!). Le gros problème que j’ai avec celui mar_lard c’est le passage sur le jepg Mario avec la phrase « lol look at the looser with his videogames ». (sachant qu’en ce qui me concerne on peut débuter le décompte a 1984).

    Je me suis terriblement reconnu là dedans. C’est ce que la société renvoyait comme image pendant longtemps. Et en ce qui me concerne le jeux video a longtemps été tabou dans les relations filles/garçons.

    Aussi je me demande vraiment de quel droit Mar_lard peut elle décréter qu’étant là le premier, je voulais conserver l’exclusivité d’un « droit inhérent et supérieur sur la culture et les communautés geeks. »

    Rebootez votre cerveau sans déconner, ca ne vous a pas traversé l’esprit qu’il existait peut etre des geeks timides?

    Finalement je ressent un peu cet article ainsi:

    Si je déclare que « les femmes sont des débiles inutiles! » NB: sauf les femmes intelligentes.

    Ca ne sert a rien du tout, c’est faux et complètement con enfin ca fait rien avancer quoi.
    Bon ben dire pareil pour les hommes c’est tout aussi nul.

    PS: je ne peux que ramer contre les arguments du mansplanning, relatif équivalent du point godwin dans le sexisme et excellent moyen de terminer une conversation. Très en vogue en Suède. I may be wrong? You’re mansplanning, tchüss.

    1. Je me reconnais assez dans ce que vous dites.
      Au collège, j’étais différent, pas facile de définir cette différence.Un peu chétif, certainement pas assez sûr de moi, un peu plus introverti que les autres garçons. Résultat, j’étais considéré comme le naze ultime. Les filles, j’ai essayé, j’ai compris que c’était vain et qu’il valait mieux pas(moqueries publiques en général suivies de « est-ce que tu rentres dans le casier? Ha bah oui »).
      Des brimades quotidiennes, la boule au ventre et la nausée tous les matin avant d’aller en cours en se demandant ce qui allait bien pouvoir se passer. Oui des filles tiraient les ficelles et riaient ensemble quand je me faisais dérouillé par leurs « virils »(c’était leur manière de se prouver qu’ils l’étaient) amis.
      J’ai fini par passer mon temps de récré avec les autres « nazes » de mon genre. On parlait informatique, astronomie, on essayait de piger un broc à la physique quantique, fusion vs fission nucléaire… Des geeks quoi.
      Il a fallut un certain temps au lycée pour que des filles s’intéressent à nous. Au début, elles avaient toutes des problèmes informatiques ou un TP de physique à rendre.
      Assurément on nous prenait toujours pour des cons.
      Ensuite, y’a eu de vrais liens qui se sont créés, bref des femmes se sont enfin intéressé à nous pour des qualités que d’autres avait pris soin de ne pas voir et parfois même de dénigrer.

      Pourtant, même après tout ce qu’on a morflé, on a jamais eu l’attitude des débiles cités dans le billet de Mar_Lard, on a jamais rien voulu venger. Pas un seul de mes potes n’est capable de ces immondices.

      Ce genre d’histoire, je pense que c’est quelque chose qui s’est produit dans toutes les classes de collège.
      Quand on l’évoque on est taxé de mansplaining alors que la souffrance morale que j’ai éprouvée a cette époque était intense et inquiétait mes parents.

      Mar-Lard se trompe de cible en utilisant le mot geek.
      Elle touche des gens comme moi qui sont idéologiquement de son coté et qui ont un vécu sur le plan des violences physiques et morales leur permettant d’aborder le sujet avec un certain crédit.

      1. Non mais tu comprends, Mar_Lard elle parle pas de toi, elle parle des geeks.
        Tu te considères comme un geek ? Alors t’en es pas un: « geek » c’est une insulte. Une méchante.

  28. Putain le mec qui veut faire du clic §

    Bon j’ai pas tout lu dans les commentaires donc peut être que ce que je vais dire à déjà été souligné mais :

    1 – Ceci est un torchon chiant à lire monsieur Zali.
    2 – Ce qui m’a toujours gêné dans ce genre de propos (que ce soit sur les geeks ou par les geeks eux même, ceux qui se définissent ainsi), c’est ce coté magique qu’un geek devrait être constitué autrement que le reste de la population. Pourquoi donc ?

    Sinon pas grand chose à dire, j’ai suivi du coin de l’oeil cet été le « débat », si l’on peut nommer ainsi ce genre d’échanges, via twitter. J’en ai surtout retiré que beaucoup de gens ont eu, ou devraient avoir, des illusions brisées.

      1. Ca fait des années que je suis ton blog et tu me prend en full frontal premier degré :(. Ceci dit, reste mon second petit point, j’attends toujours.

        Sinon bof, pas trop, j’ai encore foiré des exams pour pas changer.

  29. Bravo pour cet article, l’ami 🙂 !

    Je l’ai parcouru intégralement ainsi que tous les commentaires et je souhaite juste te dire bravo et merci. Tu ne pars pas dans les excès et reprend calmement l’argumentaire de Mar_Lard. Je m’y retrouve totalement.

    PS : et non, cet article n’est pas paternaliste pas plus qu’il n’est communautariste et j’en passe. C’est un historien qui a fait pas mal de sociologie et d’anthropologie, dont les fameuses études de genre, qui te le dit ;).

  30. Ça doit être chiant de slalomer entre les bas de plafond qui croient c’est le clash du club des couilles contre l’autre teubée et d’autre part les fanboys qui sont d’accord avec des trucs que t’as pas écrit.

  31. Je remplace les condensateurs de vos vieilles Game Gear pour pas cher.
    Travail bâclé et ambiance équivoque si vous me plaisez.

  32. 1. Tu pourrais avoir de l’imagination et me traiter de thomiste, tant que tu y es… Auquel casd, je pourrais te répondre, zop, peut-être même zut.
    2. T’es combien dans ton armure ? Parce que mec, je ne sais pas quel est ton problème, mais Ssi ton kiff, c’est blaster les gens sur les blogs, lâche toi, vas-y, fais toi plaisir. Seulement ne viens pas me dire ce que je peux écrire ou ce que j’ai compris d’un texte ! Est-ce interdit de dire à quelqu’un qu’on est d’accord avec lui ? Est-ce que ça fait de moi un con de FBDM ? Est-ce qu’on peut répondre uniquement pour polémiquer selon toi ?

    PS : je me demande si IRL, t’aurais le même comportement…

    ABE

    1. C’est vachement prétentieux quand même. C’est pas parce que mon post suit le tien qu’il t’es adressé, c’est pas moi qui fait le thème WP.

  33. On notera que les deux grands jalons de la rhétorique féministe sont également ceux du Front National :
    1- Faire de l’exception une règle. Un arabe commet un vol donc tous les arabes sont des voleurs. Une fraction minoritaire de la communauté geek s’en prend violemment aux femmes donc tous les geeks et par extension tous les hommes sont violents envers les femmes.
    2- La victimisation. Le FN est victime d’un acharnement médiatique et politique. Les féministes sont victimes de l’acharnement d’une société « patriarcale » et rétrograde.

    Bref mon avis est que les féministes ont autant de penchants égalitaires que le FN a de penchants démocratiques. Tout ce fatras politiquement correct cache mal un désir revanchard de domination. Pour penser l’égalité il faut d’abord penser juste. Et vouloir faire payer aux hommes d’aujourd’hui les injustices commises par leurs ancêtres, est une idée fasciste.

    Alors restez vigilants, à moins que le rôle du bon toutou à sa mémère ne vous séduise.

    1. J’aiiiiiii
      Stoppé l’école et commencé l’alcool♪
      J’tire plus sur l’micro mais je bois de la Kro
      Alcolo picolo les gens du Nord ouaiche♫
      Ma famille
      Les blancs
      ALCOOOOL♪
      p-p-p-p-poum -k-ts-po-poum -k-ts

  34. Donc si j’ai bien compris, Mar_Lard n’a pas compris l’ampleur du phénomène, qui dépasse très largement une prétendue sphère « geek » protéiforme et sans contours qui en fait embrasse la quasi totalité de la planète (ce avec quoi je suis entièrement d’accord), mais en même temps le problème n’est que le fait d’une mini-sous-catégorie de geeks (20% environ des « geeks », à votre louche) au crétinisme avancé mais incurable qu’il suffit juste d’éviter afin de contourner cet écueil au fond très négligeable.
    A l’évidence, il y a un très sérieux problème dans votre argumentation.

  35. C’est dégueulasse de plus commenter ce blog sous prétexte que l’autre abrutie a réussi sa carrière de sociologue sans diplôme, vous êtes tous très très égoïstes et très jaloux.

      1. Ouais voilà, exactement, bien dit. Quand ça fait l’actualité tout le monde rapplique mais quand ça retombe, tout le monde va se faire remarquer ailleurs.

  36. Bonjour,
    alors je n’ai pas lu tous les commentaires parce qu’il y en avait beaucoup trop, alors désolée si je répète des trucs ou si j' »oublie » des thèmes qui ont été abordés dans les commentaires.
    Déjà, merci. Parce que je suis une fille, et je me suis toujours considérée comme féministe (en tout cas « de canapé » comme tu dis, mais bon, c’est déjà ça), par contre quand je suis tombée sur le blog de Mar_Lard, j’avoue que je me suis un peu remise en question. Je n’ai pas lu l’article dont tu parles, désolée (si un jour j’en ai le courage, je le ferai) mais j’ai lu celui sur Lara Croft et Joystick, et également celui sur les clichés sexistes des personnages de jeux vidéos, qui n’est pas écrit par Mar_Lard, mais publié sur son blog. J’étais à peu près d’accord avec celui sur Lara Croft (même s’il y avait beaucoup de généralités et d’accusations) mais pas vraiment avec l’autre. Enfin si, sur le fond, oui, mais il était comme celui que tu décris dans ton article: beaucoup d’extrêmes sortis de leur contexte et une absence totale de contre-exemple ou d’antithèse. Et si l’article avait quand même un bon fond, les commentaires étaient pire: l’auteure de l’article (je reprécise au cas où que ce n’était pas Mar_Lard, sur internet on est très pointilleux) répondait très violemment aux mecs qui tentaient de donner des contre-exemples ou qui avaient un avis un peu différent du sien, répondait tout gentiment aux quelques filles qui passaient par là et ignorait les commentaires que j’ai perso trouvé les plus intéressants, à savoir ceux qui allaient plus ou moins dans son sens en nuançant tout de même (comme ton article en fait).
    Je suis pas vraiment une geek à la base, mais je commence à m’intéresser vachement à la culture geek (enfin, à quelques domaines en tout cas, parce que ce qu’on classe sous cette étiquette est trop vaste pour que je connaisse tout) et je suis sur un forum qui a beaucoup d’influences geek (notre point commun à tous est les web-séries, mais il y a des rôlistes, des fans de Tolkien ou de Doctor Who, des gamers, des programmeurs…) Il y a autant de filles que de garçons (j’ai pas les statistiques mais j’ai pas vu de différence). Il y a un topic sur le mariage gay, et au début je voulais pas cliquer, parce que j’avais trop peur de voir un débat sanglant rempli d’insultes et de non-arguments. Ben même pas. C’est un des débats les plus respectueux et ouverts d’esprit que j’ai jamais vu, alors que partout ailleurs, les gens qui débattent de ce sujet s’entretuent à moitié. Et pourtant c’est, je suppose, ce qu’on pourrait qualifier de « communauté geek ». Avec des gens aux références aussi diverses que Tony Stark, Mario Bros ou Jon Snow. Alors peut-être que c’est une exception (j’espère pas), mais ça existe.
    Donc je suis d’accord avec son constat ( = il y a du sexisme dans les jeux vidéos, les gamers, et certainement d’autres aspects de ce qu’on appelle « culture geek » et ça ne doit être normal pour personne) mais comme toi, je trouve qu’il faudrait modérer un peu ses propos et ne pas faire de généralités et mettre tous ceux qui se proclament geek ou qu’on traite de geek, tous autant différents qu’ils soient dans le même sac. Je ne pense pas qu’il y ait une seule communauté geek, c’est beaucoup trop vaste. Il existe seulement plein de petites communautés; des forums, des chats, des conventions… Bref, merci pour ton article, Ca me fait me sentir un peu moins « bizarre » de ne pas approuver aveuglément tout ce que dit Mar_Lard alors que je suis une fille.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s